se motiver pour réviser

Examens : comment se motiver pour réviser ?

Les révisions : 2 compétences fondamentales à maitriser

Dans Apprendre à réviser, André Giordan et Jérôme Saltet écrivent :

On est bien d’accord, réviser est souvent pénible, surtout pour passer les examens et les concours tels qu’ils sont conçus en France. Ce qui veut dire qu’il faut :

– une forte motivation pour passer ces épreuves,
– une bonne confiance en soi pour y parvenir avec succès.

Or ces 2 compétences ne sont pas innées. On peut avoir des prédispositions qui sont le fruit de notre histoire personnelle mais la motivation et la confiance en soi se travaillent.

Le désir d’apprendre se nourrit de plusieurs sources dont les principales sont :

  • l’estime de soi
  • le projet de vie (être, faire, savoir…)
  • le sens donné aux révisions et aux apprentissages
  • le sentiment d’autonomie
  • le plaisir pris dans le fait d’apprendre

Je vous parlerai ici de la motivation (voir cet article au sujet de la confiance en soi).

 

La motivation, pré requis au désir d’apprendre, est individuelle.

La motivation est autant une affaire de besoin que de volonté. Qu’est-ce qui peut donner le désir de réviser pour réussir (l’année scolaire, l’examen ou le concours) ?

La motivation se travaille à court et long terme :

  • Se mettre au travail : comment puis-je fais naître en moi ce désir de vouloir vraiment réviser ?
  • Réviser dans la durée : comment garder ce désir d’apprendre ?

André Giordan et Jérôme Saltet proposent de se poser des questions avant de réviser :

-Réussir (cette année, ce concours, cet examen) :

1. Me tient vraiment à coeur
2. Est important pour moi
3. Me semble moyen

– Quand je pense à mes révisions, je me sens :

1. Débordant d’énergie
2. Angoissé, anxieux
3. Complètement abattu

– Quand j’envisage de réviser, je me sens :

1. Un super héros
2. Normal
3. Plutôt dilettant

– Sur une échelle de 0 à 10, à combien j’évalue mon envie de réviser :

1. Plus de 8
2. Entre 6 et 8
3. Entre 0 et 5

– Si je révise plus, cela me donnera :

1. 99% de chances de réussir
2. 75% de chances de réussir
3. Peu de chances de réussir

– Sur une journée de 24 heures, je pense pouvoir réviser :

1. 10 heures
2. 2 heures
3. 30 minutes

– Si je ne réussis pas la première année,

1. Je persévère même si je dois refaire une année complète et j’y arriverai
2. Je réfléchis à la manière d’obtenir autrement le résultat recherché
3. Je laisse tomber. D’autres buts me semblent plus accessibles.

 

Si vous n’avez que des 1, les révisions seront efficaces car la motivation est déjà là :-).

Si vous n’avez que des 3, est-il utile de persévérer dans cette voie ? Une réorientation peut-elle être envisagée ? Qu’est-ce qui me fait vraiment vibrer ? Comment faire pour me rapprocher ce qui m’enthousiasme ?

Si vous avez un mélange des 3 types de réponses, la motivation a besoin d’être travaillée et affirmée. Cela passe par la recherche de ce qui provoque le désir de réviser.

 

Comment se motiver pour réviser des examens : 2 axes !

Voici une liste des paramètres qui facilitent le désir d’apprendre :

  • cercle intérieur : les paramètres personnels
  • cercle extérieur : les paramètres de l’environnement
comment se motiver pour réviser
Source : Apprendre à apprendre – Giordan et Saltet

1. Les paramètres personnels : du SENS pour moi

Comme pour tout désir, le désir d’apprendre part de l’intérieur de chaque personne. Les professeurs, les parents, les amis, la famille ne peuvent pas faire à la place.

Celui qui révise est l’auteur de son parcours. Sur ce parcours, il trouvera des pratiques scolaire rébarbatives… qu’il pourra surmonter sous 3 conditions :

  • quand il est passionné par un sujet
  • parce qu’il a un projet : réussir une chose à laquelle il croit, qui va lui apporter un plus, qui représente une étape vers un objectif à long terme
  • parce que la situation présente a une signification particulière pour lui.

On peut s’investir dans une activité quand elle est vraiment désirable. Comment faire en sorte que les révisions soient au service :

  • d’un ou plusieurs besoins fondamentaux qui nous animent

Cela signifie chercher ce qui nous “fait bouger” . Voici une liste de quelques besoins qui peuvent nous amener à faire ce que nous faisons :

– un besoin d’autonomie

– un besoin d’expression de soi

– un besoin de respect de soi

– un besoin d’affection

– un besoin de contribution

– un besoin de justice

– un besoin de coopération

– un besoin de reconnaissance

– un besoin de beauté

– un besoin de goûter l’intensité de la vie

– un besoin de mouvement

– un besoin de posséder

– un besoin de pouvoir

– un besoin de sens dans l’existence

  • ou d’un projet d’être ou de faire

– Etre le premier ou parmi les premiers

– Etre le gagnant

– Réussir ce concours pour…

– Avoir une revanche sociale

– Répondre à une attente familiale

– Faire le bien autour de moi

– Créer de belles choses pour introduite de la beauté dans le monde

– Faciliter la vie des gens

– Combler un manque

Les objectifs auto concordants

Ces besoins ou ces projets doivent être incarnés dans des objectifs.

Les objectifs à long terme doivent être auto concordants, c’est-à-dire des objectifs intégrés au moi qui dépendent d’un choix individuel, nés d’un désir d’expression de soi et pas d’impression sur les autres. Dans le cadre des révisons, cela peut être d’avoir un examen avec une mention, être dans les 10 premiers à un concours, être admis dans une classe préparatoire sur dossier ou avoir 14 de moyenne à la fin du premier trimestre;

Les objectifs à court terme sont les actions à entreprendre chaque jour, chaque semaine pour atteindre les objectifs à long terme. Par exemple, cela peut être d’avoir minimum 15 de moyenne dans les matières fortes et assurer 12 dans les matières plus difficiles à la fin du trimestre.

La détermination de ces objectifs sera accompagnée d’un plan d’action.

 

2. Les paramètres de l’environnement

Un entourage bienveillant et encourageant

L’entourage peut jouer un rôle dans la motivation des élèves par sa bienveillance et ses encouragements. Tous les enfants sont intelligents et peuvent réussir. Il n’y a pas une définition de l’intelligence : on gagnerait à remplacer la question “es-tu intelligent ?” par “comment es-tu intelligent ?”. S

Des encouragements efficaces mettent l’accent sur :

  • les efforts fourni et le travail abattu
  • la description des résultats sans jugement de la performance
  • la demande des sentiments de l’enfant : comment tu te sens face à ces résultats ? qu’est-ce que tu en penses ? tu es fier ? tu es triste/ découragé ?
  • l’expression de ses propres sentiments : Voilà ce que ces résultats m’inspirent, Voilà comment je me sens quand je vois ces notes

On peut aussi aider les enfants à changer leur petite voix intérieure qui sapent leur motivation et leur confiance en soi. Ces 12 phrases aideront les enfants à désincruster leurs pensées négatives :

motiver pour réviser

 

Intégrer la psychologie positive dans la vie de famille peut aider parents et enfants à adopter un état d’esprit constructif, à identifier les forces et les talents de chacun pour les faire grandir et à rester confiant même face aux difficultés.

Un entourage bienveillant et encourageant aider les enfants à faire émerger le potentiel et les talents des enfants, tout en respectant leurs préférences et leurs choix d’orientation.

Voici un article qui pourra vous guider pour aider votre enfant à identifier ce qu’il aime faire et ce qu’il sait bien faire : Comment aider les enfants à trouver leur Elément.

 

Créer les bonnes conditions des révisions

Les conditions des révisions créent une bonne ou une mauvaise dynamique. Pour créer une bonne dynamique de révisions, l’organisation des révisions doit :

  • donner l’occasion de faire des choix

Une orientation subie demander d’assumer des efforts qui peuvent se révéler insurmontables. Une orientation choisie correspond à quelque chose qui a du sens et qui permet d’entretenir le désir d’apprendre sur le long terme.

  • conduire à des questions plutôt qu’à des réponses

Comprendre l’intérêt des questions et des sujets traités permet d’avoir une vision globale et de remettre les éléments en perspective. Je me souviens d’une séance de révisions avec une élève de 5° au sujet des paysans et des seigneurs au Moyen Age. Quand je lui ai demandé pourquoi ce sujet était au programme, elle n’en avait aucune idée. Je lui ai donc expliqué que les conditions de vie et de travail des paysans ont entraîné la Révolution Française. Comprendre en quoi ces conditions étaient difficile et intolérables permet de comprendre tout le reste de l’Histoire française. Je lui ai également demandé de se mettre à la place de ces paysans : quels sentiments ces conditions de vie t’auraient-ils inspirés ? C’était devenu évident que le système de servage ne pouvait que déboucher sur une révolution :-).

Ce travail de questions peut aussi éveiller l’intérêt pour certains points en particulier : on pourra prendre le temps de les creuser.

  • présenter de la nouveauté

Les méthodes de révision pourront être différentes : Mind Map, Lapbook, Sketchnote, fiches de révision classiques, jeux, palais de mémoire, flash cards…

L’organisation du temps pourra aussi être modifiée quand l’habitude crée de la monotonie plutôt que de la sécurité : le lieu de révision (pièces différentes, lieu de révision, seul ou en groupe, horaires de révision, position assise ou allongée…).

  • permettre l’autonomie

Avoir la possibilité de s’organiser soi-même.

  • combattre l’ennui

Cela peut passer par des petites choses comme un jeu de questions/ réponses type Qui veut gagner des millions ?, une séance de yoga pour se concentrer, des exercices de Brain Gym, une séance de visualisation ou de mime du devoir surveillé ou de l’examen, la planification de tout ce qui pourra être fait après…

  • se donner le droit de se défouler quand la pression devient insupportable

Aller courir, crier, faire une bataille de coussin, danser comme un fou, sauter dans tous les sens, taper dans un punching ball…

bon de colère
Source : Apprendre à réviser

3. Connaître les méthodes efficaces pour apprendre et mémoriser

 

Le fait de connaître le fonctionnement du cerveau peut aider à se motiver pour réviser. L’intelligence n’est pas fixée à la naissance car le cerveau est plastique. De nouvelles connexions entre les neurones se créent tous les jours, toutes les heures, toutes les minutes même ! Cela signifie qu’on peut créer de nouvelles connexions neuronales et apprendre à tout âge. Il n’y a pas de fatalité, il n’y a pas d’un côté les bêtes et de l’autre les intelligents.

Il existe par ailleurs des méthodes efficaces pour faciliter la mémorisation : les connaître et les appliquer peut motiver pour réviser car les révisions sont plus faciles et plus rapides.

 

………………………………………………………………………………………..

Pour apprendre à réviser efficacement, je vous conseille la lecture de ces 3 petits livres (abordables aussi bien en terme de prix que de contenu) :

Apprendre à réviser – André Giordan et Jérôme Saltet

Apprendre à apprendre – André Giordan et Jérôme Saltet

Apprendre à réussir – André Giordan et Jérôme Saltet

Enregistrer

Enregistrer

One thought on “Examens : comment se motiver pour réviser ?

Leave a Reply

Name *
Email *
Website