[Neurosciences] Mémoriser efficacement à long terme avec des réactivations à intervalle régulier en classe

[Neurosciences] Mémoriser efficacement à long terme avec des réactivations à intervalle régulier en classe

neurosciences mémoire long terme

Les études en neurosciences appliquées à l’apprentissage ont démontré ce que les enseignants appliquent déjà en classe depuis longtemps : il est important de répéter et de réactiver à intervalle régulier les connaissances afin de consolider les apprentissages. En ce qui concerne l’intervalle de répétition, il n’existe cependant pas de recette prête à l’emploi car cela dépend du contenu à apprendre et de la durée de mémorisation souhaitée.

Dans son livre Réinventez vos formations avec les neurosciences, Aurélie Van Dijk mentionne toutefois deux points importants à exploiter en classe ou en formation :

1.Espacer les apprentissages sur plusieurs périodes intercalées de périodes de repos est plus efficace dans la durée que des apprentissages regroupés.

2.Agrandir progressivement l’écart entre les intervalles de répétition permet d’ancrer durablement un apprentissage : bien qu’il soit important de répéter rapidement un apprentissage avant qu’il soit rapidement oublié, une fois cela fait, l’espacement des répétitions suivantes peut augmenter progressivement dans le temps et c’est l’effort même pour rappeler l’information en mémoire juste avant qu’elle ne soit oubliée qui renforce la mémorisation à long terme.

En classe, cette utilisation des répétitions pour un apprentissage plus efficace peut passer par :

  • répéter un même message plusieurs fois mais sous différents angles (ex : utiliser une vidéo en complément, faire rédiger des questions aux élèves sur la thématique abordée, préparer un exposé, faire créer aux élèves des encarts de mémorisation…);
  • créer des associations entre une information nouvelle et des informations déjà existantes (via des comparaisons, des métaphores, des rappels de liens logiques ou chronologiques…) afin de multiplier les indices qui permettront de se souvenir plus aisément de l’information stockée;
  • proposer des exercices ou activités pendant laquelle les élèves sont amenés à répéter le message avec leurs propres mots;
  • à la fin de la journée, utiliser un quiz ou demander aux élèves de réaliser une carte mentale pour synthétiser et réactiver les messages clés (sans notion de classement ou de notes);
  • répéter le message le lendemain, puis une semaine, puis un mois après la première rencontre avec l’information.

Par ailleurs, prendre en compte les heuristiques de disponibilité de la mémoire humaine permet de les déjouer ou bien de les activer en situation d’enseignement ou de formation. L’heuristique de disponibilité signifie qu’on base nos décisions spontanées sur ce qui est le plus facilement disponible dans notre mémoire. Quand la mémoire doit faire un choix ou prendre une décision rapide, elle va utiliser ses connaissances et ses souvenirs : plus une information est facile à rappeler dans la mémoire, plus elle va peser dans la décision prise par le cerveau. Les informations les plus faciles à rappeler en mémoire sont celles qui :

  • ont été accompagnées d’émotions fortes (agréables ou désagréables);
  • ont été rencontrées souvent;
  • ont été rencontrées récemment.

La mémoire va d’abord consulter les informations de ce type en premier d’où l’intérêt d’utiliser ces trois leviers (émotion, répétition, récence) pour les apprentissages scolaires.

……………………………………………………………

Source : Réinventez vos formations avec les neurosciences de Aurélie Van Dijk (éditions ESF Sciences Humaines). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Réinventez vos formations avec les neurosciences sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *