3 activités pour améliorer les fonctions exécutives des enfants en classe

3 activités pour améliorer les fonctions exécutives des enfants en classe

activités pour améliorer les capacités exécutives classe

Dans le livre Le cerveau et les apprentissages – Cycles 1,2,3, Grégoire Borst rappelle que la mémoire de travail, l’inhibition et la flexibilité cognitive constituent les trois fonctions exécutives qui permettent au cerveau humain de contrôler l’ensemble des processus et des stratégies à mettre en oeuvre pour résoudre des problèmes de la vie quotidienne et à l’école.

Je vous propose 3 types d’activités pour améliorer les fonctions exécutives des enfants en classe.

1.Des activités pédagogiques spécifiques

Dans le programme américain “Tools of the Mind” créé par les Dr. Elena Bodrova et Dr. Deborah Leong, un ensemble de jeux permettent aux enfants de développer leurs capacités d’inhibition dans le cadre de situations scolaires. Par exemple, dans une tâche de comptage, les élèves se mettent en binôme et l’un compte pendant que l’autre vérifie l’exactitude du comptage. Ils échangent ensuite leurs rôles. Cette situation nécessite que chaque enfant respecte bien son rôle et notamment que celui qui vérifie inhibe l’envie de compter à haute voix en même temps que son camarade.

De la même manière, un dispositif permet aux enfants de gérer leur temps de parole : l’enfant qui tient un carton avec une oreille doit écouter et n’a pas le droit de parler. Ce dispositif renforce les capacités de contrôle de soi et d’autorégulation des enfants dans la classe et favorise de manière indirecte les apprentissages scolaires.

2.Des jeux de maîtrise de l’impulsivité

Il existe des petits jeux simples qu’on peut utiliser en classe pour renforcer les capacités d’inhibition des enfants comme

  • “Jacques a dit”,
  • “ni oui ni non”,
  • “1,2,3 soleil” “jour/nuit” (jeu où on demande à l’enfant de dire jour quand il voit une image de lune et nuit quand il voit une image de soleil),
  • inventer des consignes ludiques pour travailler la maîtrise de soi (ex : dire aux enfants de lever la main seulement s’ils entendent leur nom précédé d’une couleur et énoncer des consignes sans couleur ou avec des prénoms non distribués dans la classe)
  • associer des idées en interdisant les associations de mots qui viennent ensemble spontanément (ex : “une tablette de”… avec l’interdiction de dire “chocolat”/ “un porte” avec l’interdiction de dire “manteau”)
  • trouver deux mots de catégories différentes en alternance (ex : légume/ mobilier -> tomate/ chaise/ concombre/ canapé/ carotte/ table…)
  • montrer des objets dans la salle et dire un coup la forme de l’objet, un coup sa couleur
  • inventer un geste que l’adulte fera et qui signifie à l’enfant qu’il doit arrêter ce qu’il est en train de faire

3.La pleine conscience

La méditation de pleine conscience peut également avoir des effets sur les capacités exécutives des enfants, et notamment d’inhibition. Pratiquer la pleine conscience semble produire une amélioration des fonctions exécutives (surtout pour les enfants entre 7 et 9 ans, avec les moins bonnes capacités exécutives de départ).

Pour aller plus loin : Pleine conscience et apprentissage font bon ménage : 4 propositions au fil de la journée en classe

 

Ces jeux et activités permettent en partie d’améliorer les fonctions exécutives des enfants même si les transferts sur les apprentissages scolaires restent limités.

……………………….
Source : Le cerveau et les apprentissages – Cycles 1,2,3 de Olivier Houdé et collectif (éditions Nathan). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Le cerveau et les apprentissages – Cycles 1,2,3 sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *