Les enfants TDAH : la variabilité de leurs symptômes s’explique par plusieurs facteurs (et ne met pas en cause le diagnostic)

Les enfants TDAH : la variabilité de leurs symptômes s’explique par plusieurs facteurs (et ne met pas en cause le diagnostic)

enfants tdah variabilité symptômes

Les enfants avec un TDAH peuvent présenter des variabilités de comportement et cette fluctuation peut conduire certaines personnes peu au fait du fonctionnement des troubles de l’attention à penser que le diagnostic est faux.

Dans leur livre TDAH des enfants et adolescents : l’apport des thérapies cognitives et comportementales de Fanny Ayanouglou et Céline Alcaraz listent quelques facteurs qui peuvent modifier le comportement d’un enfant sans pour autant remettre en cause le diagnostic de TDA/H.

La fatigue

Les enfants TDAH ouvrent toutes leurs applications attentionnelles en même temps : ils sont accrochés par toutes les idées qui leur traversent l’esprit et tous les éléments sensoriels qui se présentent à eux dans l’environnement (sans discriminer leur pertinence pour l’activité en cours).

Tout en effectuant ses tâches d’apprentissage, l’enfant doit lutter constamment contre les éléments distracteurs, se contraindre à maintenir son attention sur les choses importantes et à gérer son impulsivité et son instabilité motrice. Tout cela exige de mobiliser beaucoup de ressources et d’énergie ! – Fanny Ayanouglou et Céline Alcaraz

En fin de journée, les enfants TDAH sont donc extrêmement fatigués et encore moins capables de se concentrer qu’en début de journée où les batteries sont pleines.

La présence de monde autour

Un enfant avec TDAH (comme les enfants non porteurs de troubles de l’attention) seront capables de plus d’attention en relation duelle qu’en groupe car les distracteurs sont bien plus importants quand il y a du monde autour (bruit, mouvement, stimulations). Ainsi, un enfant qui travaille seul avec un adulte pourra maintenir plus longtemps son attention.

L’aménagement de l’environnement

Un environnement structuré avec des règles claires et tenant compte des besoins des enfants TDAH leur permet de maintenir leur attention plus longtemps.

Pour aller plus loin : 25 aménagements possibles en classe pour accompagner l’impulsivité et les apprentissages des enfants avec TDA/H

Une limitation des stimulations sensorielles

Une pièce neutre, sans fond musical et sans télévision est plus propice au maintien de l’attention car l’attention a moins de chance d’être détournée, entraînant en coût pour se remobiliser sur la tâche en cours.

En classe, un enfant TDA qui se trouve près de la fenêtre risque de se laisser souvent distraire en regardant ce qui se passe dehors alors que, s’il est placé proche de l’enseignant, celui-ci pourra l’aider à se recentrer sur sa tâche.

L’intérêt de la tâche pour l’enfant

La motivation est importante dans le maintien de l’attention. Un enfant avec TDAH est plus en mesure de se concentrer sur une activité qui lui procure du plaisir ou lui apporte un retour positif. Un enfant TDAH est tout à fait capable de rester concentré sur une activité dans laquelle il va être confronté à un challenge attrayant ou sur une activité pour laquelle il éprouve un réel intérêt.

La durée de l’activité à effectuer

Plus une activité est longue, plus l’attention de l’enfant va décroître progressivement. En revanche, il peut rester attentif sur des plages de temps courtes, surtout s’il a appris à lutter activement contre les distractions et que l’environnement est aménagé de manière à l’aider.

Lire aussi : TDAH : 3 recommandations pour inhiber les réponses impulsives

L’effort à fournir

Quand l’effort intellectuel est important, l’enfant peut se retrouver en situation de double tâche. En effet, les capacités attentionnelles de tous les élèves sont limitées et celles des enfants avec TDAH encore plus. Personne ne peut faire un nombre infini de choses à la fois parce que des traitements nouveaux et sophistiqués, non automatisés, saturent les capacités d’attention. En revanche, des activités non exigeantes qui ne sont pas de réelles situations d’apprentissage (comme le fait de faire du sport, de passer un trajet en bus ou de faire des travaux de bricolage/ peinture) demandent peu d’efforts et, si ces activités sont attrayantes pour l’enfant, il va pouvoir rester concentré un certain temps.

 

En fonction de ces divers facteurs, les symptômes du TDAH de l’enfant pourront donc varier et il sera plus ou moins bien disposé à répondre à nos demandes. On note en particulier que les fins de journées et les fins de période scolaires (avant les vacances) sont particulièrement difficiles pour de nombreux enfants avec TDAH. Il convient donc de prendre ces aspects en compte lorsque nous les sollicitons ou quand nous leur formulons des exigences. –  Fanny Ayanouglou et Céline Alcaraz

………………………………..
Source : TDAH des enfants et adolescents : l’apport des thérapies cognitives et comportementales de Fanny Ayanouglou et Céline Alcaraz (éditions Tom Pousse). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander TDAH des enfants et adolescents : l’apport des thérapies cognitives et comportementales sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *