Des difficultés dans la régulation de la motivation en lien avec l’inhibition et le circuit de récompense chez les enfants avec un TDAH

Des difficultés dans la régulation de la motivation en lien avec l’inhibition et le circuit de récompense chez les enfants avec un TDAH

tdah-des-difficultes-dans-la-regulation-de-la-motivation

Dans leur livre TDAH des enfants et adolescents : l’apport des thérapies cognitives et comportementales, Fanny Ayanouglou et Céline Alcaraz rappellent qu’un enfant présentant un TDAH a des difficultés pour réguler sa motivation. Pour lui, s’engager dans une activité et maintenir son effort dans la durée pour la mener à terme est très difficile sans feedback positif immédiat.

Pour tous les humains, s’engager dans une activité et rester concentrés tout au long de cette activité dépend de la motivation qui naît du retour qu’ils imaginent retirer de l’activité en question.

L’inhibition permet de s’autoréguler et de maintenir la motivation et le niveau d’éveil permettant de réaliser une tâche jusqu’au bout, même en l’absence d’une gratification immédiate ou d’un renforcement externe. L’inhibition permet de garder une certaine objectivité dans la réflexion pour rester centré sur le but à atteindre et de s’auto-renforcer afin de moduler son niveau d’éveil nécessaire à la réalisation de la tâche. L’immaturité de l’autorégulation chez les enfants TDAH en lien avec un déficit d’inhibition va entraîner chez eux une faible persistance dans la poursuite de leurs activités : comme ils ont du mal à s’auto-renforcer, cela se répercute sur leur auto-motivation et ils peuvent avoir des difficultés à mener une activité à terme.

Par ailleurs, le circuit de récompense des enfants avec un TDAH est déficitaire par rapport à celui des autres enfants. Le circuit de récompense est l’ensemble des neurones qui participent dans le cerveau à la production de dopamine, molécule biochimique qui renforce les comportements habituellement bénéfiques en provoquant une sensation de plaisir. C’est la raison pour laquelle on observe souvent chez les enfants présentant un TDAH des réactions émotionnelles ou comportementales trop rapides et trop intenses (ou, à l’inverse, une absence ou une faiblesse de réactions).

………………………………..
Source : TDAH des enfants et adolescents : l’apport des thérapies cognitives et comportementales de Fanny Ayanouglou et Céline Alcaraz (éditions Tom Pousse). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander TDAH des enfants et adolescents : l’apport des thérapies cognitives et comportementales sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *