livres compter mathématiques maternelle

Sélection de 13 livres à compter pour une initiation aux mathématiques (de 3 à 6 ans)

Les intérêts des livres à compter pour les jeunes enfants

Les avantages des livres qui proposent des histoires à base de nombres sont nombreux car les enfants sont initiés :

  • à la suite des chiffres et des nombres et à leurs noms,
  • au dénombrement d’une collection d’objets,
  • aux différentes écritures des chiffres et des nombres (en lettres et en chiffres),
  • au calcul (par addition, par soustraction, par partage…).

Ces livres à compter peuvent être de bons compléments aux activités mathématiques, en classe ou à la maison.

Sélection de 13 livres à compter pour une initiation aux mathématiques (de 3 à 6 ans)

La comptine numérique dans l’ordre croissant

Les trois livres suivants introduisent le passage au nombre suivant par augmentation de une unité à chaque fois. Le passage d’une collection d’objets à une autre se fait par l’ajout d’une unité.

La petite chenille qui fait des trous (jusqu’à 5)

A peine née, la petite chenille a très faim : elle croque une pomme et fait un trou, elle croque deux poires et fait deux trous, puis trois prunes, quatre fraises et cinq oranges. A partir de 3 ans (éditions Mijade).

 

 Maman (jusqu’à 10)

Comme tous les livres de Mario Ramos, ce livre à compter ne manque pas d’humour : un petit garçon traverse toute la maison à la recherche de sa maman et ne remarque même pas les animaux du zoo qui l’ont envahie ! Deux lions, trois girafes… Cet album avec peu de texte est aussi l’occasion de travailler le langage en maternelle à travers la description de chaque pièce de la maison. A partir de 3/4 ans (éditions Ecole des Loisirs).

 

 Petit 1

“Petit 1” cherche de nouveaux amis mais il est exclu de tous les groupes qu’il cherche à intégrer car il n’est pas comme eux (lapins, grenouilles…)… jusqu’à ce qu’il rencontre le zéro ! A chaque nouvelle rencontre, le groupe contient une unité de plus que le groupe précédent. A partir de 3/4 ans (éditions Circonflexe).
petit un livres à compter

 

 

Combien d’oiseaux (jusqu’à à 20)

1 coq, 2 perruches, 3 canards,… 9 paons,… 14 cygnes… et ainsi de suite jusqu’à 20 !

A partir de 3 ans (éditions Albin Michel Jeunesse)

 

 Le compte est rond (de 1 à 20, puis 30, 40, 50, 75 et 100)

Ce livre ludique plaira particulièrement aux enfants grâce à ses trous de plus en plus nombreux au fil des pages qui révèlent chacun une surprise une fois la page tournée.

Un livre ludique pour apprendre à compter et à visualiser les unités de 1 à 20, puis les dizaines de 20 à… 100 ! A partir de 5/ 6 ans (éditions Hélium).

 

La comptine numérique dans l’ordre décroissant

Dans ces trois livres, la quantité diminue de un 1 à chaque étape. Les enfants apprennent à revenir au nombre précédent.

Dix petites chenilles se promènent

Dix petites chenilles font une sortie. L’une ralentit, il en reste donc… neuf !
Un livre coloré et écrit en gros pour une première introduction aux chiffres de 10 à 1. Un final en pop up que les plus jeunes adoreront ! A partir de 2/3 ans (éditions Gründ ).

 

 10 p’tits pingouins

Un livre animé avec des pop ups et des languettes à tirer pour jouer à compter à l’envers de 10 à 0.

A partir de 3 ans (éditions Hélium).

 

Dix dans un lit

Ce livre est basé sur une célèbre comptine d’origine anglo saxonne : dix petits enfants sont dans un grand lit, “et un tomba du lit, il n’en resta que neuf”, jusqu’à ce que le lit soit vide ! A partir de 3/4 ans (éditions Nathan).

dix dans un lit livres à compter

 

Le rang dans une liste

Ce livre permet de travailler les nombres qui indiquent une position dans une liste.

Le cinquième

C’est l’histoire de cinq jouets cassés qui attendent leur tour chez le médecin : ce livre est une bonne introduction aux mots désignant le rang (premier, deuxième, troisième, quatrième et cinquième) dès la petite section (il est utilisé par certains enseignants en moyenne section également). A partir de 4 ans (éditions L’Ecole des loisirs).

 

Les différentes écritures des chiffres

Chiffres en friche

Dans le livre Chiffres en friche, les nombres ne sont pas toujours présents. Certains sont écrits en toutes lettres, d’autres en chiffres, parfois même avec quatre types d’écriture chiffrée différents (universel, romain, arabe et chinois). A partir de 5/6 ans (éditions Larousse).
chiffres en friche livres à compter

 

Un, cinq, beaucoup

Toute l’histoire tourne autour de la manière d’écrire les chiffres : une histoire qui sollicite la vue et le toucher.

A partir de 3 ans (Minedition).

 

Compléments et partage

Dix petits amis déménagent

Retrouver les enfants cachés permet de travailler les compléments (de dix à sept ou à huit par exemple).

A partir de 5/6 ans (éditions L’Ecole des loisirs).

 

La chevrette qui savait compter jusqu’à 10

Le livre commence de façon classique par un comptage de un en un jusqu’à 6 puis augmente la collection de quatre d’un coup.
Ce livre permet également de donner un sens au comptage : la chèvre, toute fière de savoir compter, compte ses amis à longueur de temps mais ceux-ci en prennent marre et la poursuivent. C’est à ce moment que tous comprennent que compter, c’est bien utile dans certaines situations ! A partir de 5/6 ans (éditions L’Ecole des loisirs).

 

dessin animé mathématiques

Donald au pays des mathémagiques : un dessin animé pour comprendre à quoi servent les maths !

Donald au pays des mathémagiques : un dessin animé pour comprendre à quoi servent les maths !

Je vous propose de visionner avec les enfants le dessin animé Donald au pays des mathémagiques. Ce dessin animé est magnifique pour expliquer en quoi les mathématiques contribuent à la musique, à l’architecture, aux jeux (comme les échecs ou le billard) et comment la nature suit des lois mathématiques.

Les enfants y apprendront les mystères du nombre d’or et découvriront même les techniques pour devenir imbattables au billard. J’aime l’idée à transmettre aux enfants que chaque porte fermée aujourd’hui sera ouverte par l’esprit de recherche des générations à venir.

 

Pour aller plus loin : MATHS : 2 trucs simples pour la réussite de tous les enfants

repenser enseignement mathématiques

5 grands piliers pour repenser l’enseignement des mathématiques (par un prof de maths)

Au delà de la résolution des problèmes mathématiques, apprendre aux enfants à les FORMULER

Dan Meyer est un professeur de mathématiques enseignant aux Etats Unis. Dans la vidéo ci dessous, il propose une révolution de l’enseignement des maths : au delà de la résolution des problèmes, apprendre aux enfants à les FORMULER.

5 symptômes de l’inefficacité de l’enseignement classique des mathématiques

Il part d’un constat qu’il a fait au sujet de ses élèves. Il a repéré 5 symptômes de l’inefficacité de l’enseignement classique des mathématiques :

1. Le manque d’initiative

2. Le manque de persévérance

3. Le manque de mémoire

4. L’aversion pour les problèmes et les énoncés écrits

5. La recherche désespérée de la bonne formule à copier coller pour résoudre des problèmes asbtraits et sans sens

 

Dan Meyer propose de réduire les énoncés des problèmes à quelques mots, sans données concrètes. Les enfants devront alors chercher eux-mêmes de quelles informations ils ont besoin pour résoudre le problème qui se pose à eux. Dan Meyer propose également de poser des “vrais problèmes” (et pas seulement des problèmes sur le papier) : manipuler, agir, regarder, donner du sens, faire des hypothèses, discuter, confronter les idées, tester, vérifier.

5 grands piliers pour repenser l’enseignement des mathématiques

Les propositions de Dan Meyer reposent sur 5 grands piliers :

1. Utiliser les médias pour passer de l’abstrait au concret (photos, vidéos, caméra)

Pour des problèmes de remplissage de récipients, il apporte le récipient et le remplit réellement d’eau. Il filme le temps de remplissage, demande aux étudiants d’émettre des hypothèses sur le temps que cela va prendre, puis de vérifier. De quelles informations a-t-on besoin ? Où les trouver ? Comment ?

 

2. Encourager l’intuition des enfants

Cela peut passer par la manipulation, le jeu, le fait de rendre indispensable la résolution du problème pour améliorer le quotidien.

 

3. Poser les questions les plus courtes possibles

Moins les enfants ont d’informations, plus des questions spécifiques et pertinentes peuvent émerger.

 

4. Laisser les enfants construire le problème

Ce sont les enfants qui formulent le problème, ils ne se contentent pas de le résoudre.

 

5. Aider les enfants un peu moins

Laisser les enfants réfléchir, chercher, se tromper, ajuster pour lutter contre ce que Dan Meyer appelle “une impatience face à la complexité”.

 

Les maths donnent du sens au monde. Les maths sont le vocabulaire de l’intuition. Nous avons besoin de gens pour résoudre les problèmes. – Dan Meyer

signes mathématiques plus petit plus grand

Une manière efficace de distinguer les signes mathématiques < (plus petit que) et > (plus grand que)

Une manière efficace de distinguer les signes mathématiques < (plus petit que) et > (plus grand que)

J’ai découvert récemment la méthode Lyons pour l’enseignement des mathématiques. Il s’agit d’une pédagogie qui s’appuie sur la réflexion de l’enfant sans aucun enseignement explicite. Elle est utilisées par quelques enseignants et par de nombreuses familles qui pratiquent l’instruction en famille (IEF).

C’est dans cette méthode que j’ai découvert cette manière d’appréhender les signes < (plus petit que) et > (plus grand que). Elle a l’avantage de placer les enfants dans une situation de chercheurs, de mathématiciens en herbe.

Je peux vous garantir que cette manière fonctionne et de manière définitive : testée avec un élève de niveau CP qui en a parfaitement compris la signification et avec un élève de 3° qui avait du mal à se souvenir du sens de la pointe :-).

On placera par exemple 5 jetons (ou billes ou grains de café ou cailloux ou Playmaïs…) à droite et 3 jetons à gauche. On laissera un espace entre les deux quantités. On demandera à l’enfant où il y en a le plus. 

On lui proposera ensuite deux bâtonnets (ou deux pailles ou deux crayons ou deux allumettes…) et on lui demandera de les placer entre les deux quantités de manière à indiquer où il y a le plus de jetons et où il y en a le moins.

Pour faire cela, il devra mettre le plus d’espace entre les bouts de bâtonnets qui sont du côté où il y a le plus de jetons et le moins d’espace (même aucun espace) du côté où il y en a le moins.

signes mathématiques plus petit plus grand
Ici avec des Playmaïs et des allumettes

On pourra proposer d’autres problèmes à résoudre de la même manière (le plus d’espace entre les 2 bouts pour la quantité la plus élevée; pas d’espace entre les 2 bouts pour la quantité la moins élevée) avec les bâtonnets :

  • 4 jetons à gauche et 2 à droite
  • 6 à gauche et 3 à droite
  • 8 à droite et 2 à gauche
  • 0 à gauche et 7 à droite
  • 5 à droite et 5 à gauche

Le dernier problème permet d’aborder le signe égal et c’est l’enfant ici qui va reconstruire la signification de ce signe. En fait, il suffit à l’enfant de placer les bâtonnets de sorte que les espaces à gauche et à droite soient les mêmes. Robert et Michel Lyons, les créateurs de la méthode Lyons, proposent des solutions valables trouvées par des élèves :

signes mathématiques

 

L’enfant qui a choisi une de ces représentations a vraiment compris et il ne lui reste plus qu’à apprendre celle qu’ont retenue les mathématiciens. Ces derniers devaient choisir entre toutes ces façons et ils ont décidé de prendre celle-ci = (notre signe égal).

Depuis que cette décision a été prise, tous ceux qui bons en mathématiques utilisent cette façon. Il y a à présent plein de bons mathématiciens en plus sur la Terre :-).

La méthode (de 5 à 13 ans) est accessible en téléchargement gratuit à ce lien.

 

chaine-you-tube-pour-reviser-les-maths

Une chaine You Tube pour réviser les maths (au collège et au lycée)

Une chaine You Tube pour réviser les maths (au collège et au lycée)

M@ths et tiques est une chaîne YouTube tenue par Yvan Monka, prof de maths en lycée : des cours de maths en plus de 1 000 vidéos pour aider les collégiens et les lycéens à réviser leurs leçons de maths.

Site officiel : http://www.maths-et-tiques.fr (des cours complets, des exercices, des curiosités…)
Twitter : https://twitter.com/mtiques

Quelques exemples de vidéos pour réviser les maths :

 

>>>Plus de chaînes You Tube pour aider les jeunes à réviser : Les You Tubeurs que les ados aimeraient avoir comme profs !

réussite maths enfants

Maths : 2 trucs simples pour la réussite de tous les enfants

Maths : 2 trucs simples pour la réussite de tous les enfants

Jo Boaler est professeur en sciences de l’éducation à l’université de Stanford. Elle a écrit le livre Experiencing School Mathematics. Elle affirme que seules deux choses simples suffiraient à assurer la réussite de tous les enfants en maths :

  1. utiliser le pouvoir des croyances positives,
  2. rendre les maths vivantes et visuelles.

 

1. Le formidable pouvoir des croyances positives

Jo Boaler explique que le cerveau des personnes qui ont un état d’esprit en développement grossit plus suite à une erreur que celui des personnes qui ont un état d’esprit fixe. L’état d’esprit en développement permet d’aborder les erreurs de manière positive et d’en tirer des leçons efficaces.

Ce qu’on apprend est lié à nos croyances : quand on croit qu’on a un potentiel d’apprentissage illimité, on apprend beaucoup plus (c’est ce qu’ont montré des IRM du cerveau d’élèves). Littéralement, plus de connexions se font entre les neurones !

L’instauration d’un état d’esprit en développement permet aux enfants de croire qu’ils pourront apprendre ce qu’ils veulent, qu’ils peuvent compter sur leur cerveau et leurs efforts.

>>>Pour aller plus loin :

7 clés pour instaurer l’état d’esprit de développement chez les enfants

Pourquoi est-il important d’expliquer la neuroplasticité aux enfants (et comment le faire) ?

 

2. La manière de poser les questions et les problèmes mathématiques : des fiches à la manipulation et à la visualisation

Jo Boaler propose d'”ouvrir” l’enseignement des mathématiques. Elle évoque plusieurs pistes à cet effet :

 

  • poser des questions ouvertes

Les questions ouvertes admettent des réponses ouvertes (à la différence de oui ou non, d’un choix type QCM).

questions ouvertes en mathsrtes en mathsvertes en maths

 

  • aller au delà des questions sur les quantités, les opérations, les nombres, les calculs

Dans sa conférence Ted, Jo Boaler donne l’exemple d’un problème mathématique : il s’agit de retrouver la fonction qui donne le nombre de carrés dans la figure finale en fonction du nombre de carrés dans la figure de départ.

réussite maths enfants

 

Plutôt que demander d’exprimer la fonction, Jo Boaler  a demandé : “Comment voyez-vous les formes grandir ?”. Elle a reçu autant de réponses différentes que d’élèves.

réussir en mathématiques enfant

 

A force de manipulations, les élèves sont arrivés à se rendre compte que le ré-arrangement des petits carrés transforme les triangles en grand carré.

réussite mathématiques enfants

 

  • enseigner les mathématiques de manière visuelle et créative

Jo Boaler insiste sur la manière de présenter les résultats : ajouter des couleurs, des schémas, des dessins…

apprendre maths visuellement

 

  • manipuler et arrêter de travailler sur des fiches/fichiers

Pour ma part, j’utilise un mix de différentes approches pour l’enseignement des mathématiques. Je ne peux plus me passer des réglettes Cuisenaire ni du boulier, j’utilise également beaucoup les multicubes avec les plus jeunes (maternelle/CP) et les attrimaths (notamment pour la géométrie).

réussir en maths enfants

 

Pour formaliser, je m’inspire de plusieurs méthodes :

mathématiques reggio

C’est ainsi par la combinaison de la méthode Lyons et des réglettes que j’ai enfin compris pourquoi il y avait le mot “carré” dans racine carrée (… à 30 ans passés) !

 

  • montrer la beauté et la richesse des maths

Le site MicMaths propose de nombreuses vidéos qui épateront les enfants : des tours de magie à base de formules mathématiques, des dessins et des mandalas à partir des tables de multiplication, des énigmes à résoudre…

Mickaël Launay essaie à travers ses vidéos de rendre les mathématiques moins abstraites et théoriques par une mise en pratique qui réconcilie plaisir de chercher et utilisation concrète des connaissances acquises.

 

  • autoriser l’utilisation des doigts pour compter à tout âge

Jo Boaler cite les dernières découvertes en neurosciences :  empêcher l’utilisation des doigts pour compter serait néfaste au développement de l’esprit mathématique des enfants et des adolescents. Elle recommande de laisser les enfants utiliser leurs doigts aussi longtemps qu’ils en auront besoin, que ce soit à l’école ou à la maison (pour les devoirs).

Source : How you can be good at math, and other surprising facts about learning | Jo Boaler | TEDxStanford
Source :  How you can be good at math, and other surprising facts about learning | Jo Boaler | TEDxStanford

 

  • poser des « vrais problèmes » (et pas seulement des problèmes sur le papier) 

Quand on laisser les enfants construire le problème, ils ne se contentent pas de le résoudre, ils le formulent ! Quand le problème a un sens pour eux, ils sont plus enclins à manipuler, à agir, à regarder, à donner du sens, à faire des hypothèses, à discuter, à confronter les idées, à tester et à vérifier.

C’est ce qu’on retrouve dans les pédagogies type Freinet ou dans les apprentissages autonomes : les enfants résolvent des problèmes qu’ils rencontrent dans leur quotidien.

La posture de l’adulte est alors d’aider les enfants un peu moins, de les laisser réfléchir, chercher, se tromper et ajuster.