expression écrite histoire enfants

Expression écrite : 6 questions à se poser pour construire une histoire (pour guider les enfants à partir de 8 ans)

Expression écrite : 6 questions à se poser pour construire une histoire (pour guider les enfants à partir de 8 ans)

Dans son livre Faire écrire les enfants, Faly Stachak propose aux enfants de toujours commencer par se poser ces 6 questions pour poser les éléments d’une histoire écrite cohérente et intéressante. 

QUI ? 

Qui est le héros ou l’héroïne de l’histoire ?  A quoi ressemble-t-il/elle (physique, personnalité, habits, métier ou fonction, lieu de vie, qualités et défauts…) ?

Qui est l’adversaire du personnage principal ? A quoi ressemble-t-il (physique, personnalité, habits, métier ou fonction, lieu de vie…) ?

Quels sont les autres personnages (amis, famille, adultes, enfants, animaux de compagnie…) ? Le personnage principal va-t-il faire de nouvelles rencontres ? Y-a-t-il des personnages qui vont aider ou sauver le héros ou l’héroïne ? Qui sont-ils (animaux, humains, personnages imaginaires…) ?

QUAND ?

Quand a lieu cette histoire ? Est-ce dans le présent, dans le passé, dans le futur ?

A quel moment le héros va-t-il rencontrer des problèmes ?

A quel moment pourra-t-on dire que le problème est résolu ?

Où ?

Où l’action de départ se situe-t-elle ? Quelle description peut-on faire de ce lieu (la localisation, les couleurs, les odeurs, le paysage, les constructions, les éléments naturels…) ?

Où l’aventure va-t-elle emmener  le héros ou l’héroïne ?

Dans combien de lieux différents ?

Comment les personnages s’y rendent-ils ?

Où va-t-elle se terminer ?

QUOI ? (qu’est-ce qu’on y fait ? pour quoi faire ?)

Quelle est la situation de départ du héros ou de l’héroïne ?

Quel problème le héros ou l’héroïne va-t-il rencontrer ? Qui ou quoi est à l’origine de ce problème ?

Que veut-il/elle obtenir ? Quel est le but de la quête (un objet, une idée à défendre, un personne ou plusieurs personnes à délivrer…) ?

Dans quel but le héros ou l’héroïne va-t-il/elle se mettre en route ? Pour quoi faire ? Pour devenir qui ?

Est-ce une question de vie ou de mort ?

Quel effet, quelles conséquences cela a-t-il sur la vie du héros ?

POURQUOI ?

Quelles sont les causes du problème à résoudre ?

Quelles sont les raisons du conflit avec l’adversaire ?

Pourquoi est-ce que ce problème est difficile à résoudre ?

COMMENT ?

Comment le ou les adversaire(s) empêche(ent)-ils le héros ou l’héroïne d’atteindre son but ?

Que fait le héros ou l’héroïne pour surmonter les obstacles ?

Quelles actions seront mises en place ? Le personnage principal a-t-il besoin d’aide ? Devra-t-il se déplacer ? Devra-t-il se déguiser/ se cacher/ se battre/ ruser… ? Quel est l’enchaînement des actions s’il y en plusieurs ?

Quels sont les résultats de chacune des actions ? En cas d’échec, quelles autres solutions sont trouvées ?

Qu’est-ce qui a permis au héros ou à l’héroïne de ne pas craquer dans les moments difficiles ?

Que rapporte-t-il/elle de son aventure (récompense, objet…) ? Qu’y gagne-t-il (une renommée, de nouveaux amis, une leçon de sagesse, une meilleure situation financière…) ?

Quelle est la situation de fin ? Qu’est-ce qui a changé par-rapport à la situation de départ ?

 

Ces questions permettent de faire avancer une histoire et de remplir les trois parties de manière efficace pour le lecteur :

  • le début (présentation du personnage principal dans son monde habituel; mise en place du lieu, du temps et du décor; puis apparition du problème et préparation aux aventures),
  • le milieu, là où se joue le suspense (les difficultés se présentent; le courage et la détermination sont convoqués; la tension grimpe et il faut faire preuve de créativité; des personnages ressources apparaissent; les obstacles finissent pas être surmontés),
  • la fin, heureuse en général (le héros ou l’héroïne terrasse l’adversaire puis quitte le monde des aventures; il/elle rentre chez lui/elle avec l’objet de l’aventure; il/elle est changé.e et les anciennes connaissances le remercient, l’admirent et/ou écoutent le récit de cette expérience; un nouvel ordre est établi).

…………………………………………………………………………..

Source : Faire écrire les enfants : 300 propositions pour écrire des histoires de Faly Stachak  (éditions Eyrolles). Disponible en librairie, en médiathèque ou sur internet.
Commander Faire écrire les enfants : 300 propositions pour écrire des histoires sur Amazon.

le très gros cahier d'activités de balthazar

Le très très gros cahier d’activités de Balthazar d’après la pédagogie Montessori (pour les enfants de moyenne section/ grande section)

Le très très gros cahier d’activités de Balthazar d’après la pédagogie Montessori (pour les enfants de moyenne section/ grande section) : présentation

le très gros cahier d'activités de balthazarLe très très gros cahier d’activités de Balthazar d’après la pédagogie Montessori propose de nombreuses activités pour aborder les premiers apprentissages : les lettres, les chiffres, les formes, les grandeurs, les comparaisons, les animaux, le graphisme, la phonologie.

Plus de 200 activités pour créer, dessiner, imaginer et aborder les premiers apprentissages, lettres, chiffres, formes, couleurs, nature, saisons… La collection Balthazar intègre la pédagogie de Maria Montessori en appliquant l’un de ses principes fondamentaux : permettre à l’enfant de ” faire pour comprendre ” et ainsi ” l’aider à faire seul “.

Contient des autocollants et des images à découper.

 

Toutes les activités proposées sont inspirées de la pédagogie Montessori.

Le très très gros cahier d’activités de Balthazar contient des activités qui invitent les enfants à :

  • manipuler

    • des autocollants à coller,
    • des images à découper,
  • utiliser les 5 sens

    • faire des sons pour accompagner le bruit du vent/ de la pluie,

 le très très gros cahier d'activités de Balthazar Montessori

 

  • aborder tous les aspects de la vie et des apprentissages

    • des recettes de cuisine,
    • des activités autour de la nature (nommer les fruits du potager, relier les fruits et légumes à l’endroit où ils poussent…)
    • des images d’animaux (relier la queue au bon animal, coller les petits des animaux à côté de leurs parents…)

 le très très gros cahier d'activités de Balthazar Montessori

    • de la géographie (colorier la terre en marron et les océans en bleu…)
    • de la géométrie (des tangrams, de formes géométriques à tracer, de comparaison des grandeurs….)

e très très gros cahier d'activités de Balthazar Montessori

    • du graphisme

 le très très gros cahier d'activités de Balthazar Montessori graphisme

  • imaginer et créer

    • des anti coloriages (compléter un dessin incomplet en fonction de l’inspiration).

J’ai aimé

Les auteurs du très très gros cahier d’activités de Balthazar mettent un point d’honneur à proposer des degrés de difficulté croissante mais qui restent abordables pour ne pas mettre l’enfant en difficulté et lui permettre de faire tout seul. (par exemple, repasser avec le doigt sur les lettres, les chiffres, les tracés; repasser par dessus les tracés; continuer les tracés; tracer seul à partir d’un modèle).

 le très très gros cahier d'activités de Balthazar Montessori

La mise en page est agréable : pas de consignes trop longues ni d’éléments perturbants, les éléments à travailler sont gros, une page/une activité, des pages exclusivement en noir et blanc.

Ce cahier est une véritable aide à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture : il peut venir en soutien des apprentissages en fin de moyenne section/ grande section de maternelle.

Ce cahier laisse une large part à la créativité en alternant consignes “scolaires” et consignes plus libres. Les petites touches d’humour et l’accompagnement de Pépin et Balthazar plaisent beaucoup aux jeunes enfants.

………………………………………………………………………………………………………………
Le très très gros cahier d’activités de Balthazar – pédagogie Montessori de Caroline Fontaine-Riquier et Marie-Hélène Place (éditions Hatier) est disponible en librairie, en centre culturel ou sur internet.

Commander Le très très gros cahier d’activités de Balthazar sur Amazon.

préparation geste écriture dumont

La préparation du geste d’écriture par Danièle Dumont (son importance et des exercices ludiques)

La préparation du geste d’écriture par Danièle Dumont (son importance et des exercices ludiques)

Afin de travailler efficacement le geste d’écriture (et éviter de devoir passer par des exercices de remédiation en CP ou plus tard), Danièle Dumont, docteur en sciences du langage et auteure de Enseigner à l’école primaire – Le geste d’écriture, insiste sur l’importance d’une préparation au geste d’écriture à travers des activités sur le mouvement, l’espace et la forme. Les mauvaises tenues du crayon peuvent se prendre tôt et résister ensuite à la remédiation, ce qui pose problème quand “je n’aime pas écrire” devient “je n’aime pas apprendre”.

Danièle Dumont propose en maternelle de :

  • multiplier les jeux de doigts

Dans son livre, elle propose par exemple plusieurs comptines pour apprendre le nom des doigts. Elle propose également de travailler la motricité de l’index par la peinture à doigt.

  • travailler sur la mobilité, l’agilité de la main et des doigts

  • multiplier les activités motrices

Pour Danièle Dumont, les exercices de motricités sont primordiaux dès la petite section car l’activité motrice et les manipulations précèdent les apprentissages plus symboliques.

Ainsi, elle préconise des activités d’alignement, de rangement, de classement (avec des cubes en bois par exemple). Elle insiste également sur les activités de latéralisation.

  • préparer au lignage des cahiers

Quelques exemples d’activités ludiques de préparation à l’horizontalité de la ligne et la régularité des espaces à proposer aux enfants de 3/5 ans :

  • la disposition de cubes en ligne et régulièrement espacés pour faire slalomer une moto ou un bonhomme sur des rollers,
  • l’alignement des éléphants (en jouets ou en images) qui vont au lac à la queue leu leu,
  • l’alignement de voitures arrêtées au feu rouge (elles se suivent mais ne se touchent pas, elles ne doivent pas être trop espacées « sinon le conducteur suivant va klaxonner », elles doivent être bien alignées « sinon elles gênent les voitures qui viennent en sens inverse »…).

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Pour aller plus loin : Enseigner à l’école primaire – Le geste d’écriture éd. 2016 de Danièle Dumont (édition Hatier) est disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Enseigner à l’école primaire – Le geste d’écriture sur Amazon.

Gymnastique de l’esprit : un petit jeu pour progresser en écriture à partir de 8/9 ans

Gymnastique de l’esprit : un petit jeu pour progresser en écriture à partir de 8/9 ans

Voici une activité sous forme de défi que j’ai faite en cette fin d’année avec une élève de 13 ans. Cette jeune fille n’aime pas beaucoup lire ni écrire mais elle a bien accroché avec cette “gymnastique de l’esprit”.

Il s’agit d’écrire sous une contrainte : on prend 7 mots au hasard (dans le même livre ou dans 7 livres différents) et on écrit un texte qui les contient tous. 

Nous avons fait cette activité à plusieurs reprises et j’ai été vraiment étonnée des progrès réalisés d’une séance sur l’autre. La première fois, elle a écrit une seule longue phrase sans vraiment de sens pour “caser” tous les mots. La deuxième fois, elle a écrit un texte de 2 phrases avec un peu plus de sens. Au cours des séances suivantes, elle a réussi à écrire plus d’une page à l’appui de seulement 7 mots. Voici la progression de la production d’écrit en photo : elle en était très fière :-).

jeu-pour-progresser-en-ecriture

J’ai accompagné mon élève dans ses progrès en me livrant à cet exercice en même temps qu’elle. C’est elle qui m’a choisi 7 mots au hasard et on a écrit chacune de notre côté notre texte. Elle a pu alors voir que j’ai réussi à écrire des textes rigolos et structurés à partir de cette contrainte… et cela lui a donné envie :-).

Je suis vraiment satisfaite d’avoir proposé cette activité à cette élève car je me suis rendue compte qu’elle dessinait très bien les personnages de manga et je lui ai proposé d’écrire un manga… elle a accepté avec enthousiasme ! Ce petit jeu d’écriture lui a vraiment donné confiance en sa capacité d’imagination et d’écriture.

A partir de 8/9 ans.


Cette activité est extraite du livre Génie toi-même de Philippe Brasseur.

Génie toi-même !

lire-et-ecrire

Lire et écrire : un support précieux pour les enfants qui se demandent à quoi ça sert d’apprendre à lire (et même ceux qui n’aiment pas lire)

Lire et écrire : un support précieux pour les enfants qui se demandent à quoi ça sert d’apprendre à lire (et même ceux qui n’aiment pas lire)

lire et écrire

Je suis tombée par hasard sur le livre Lire et écrire (de la collection Mes p’tites questions).

Je travaille avec des enfants en difficulté d’apprentissage et je me suis dit que ce livre pourrait être un moyen de les aider à prendre plaisir à lire.

 

Ce livre répond à des questions comme

  • Qui a inventé l’écriture ?
  • Lire et écrire, ça sert à quoi ?
  • Peut-on vivre sans savoir lire et écrire ?
  • Pourquoi l’écriture des livres est-elle différente de celle des cahiers ?
  • Apprendre à lire, c’est facile ?
  • C’est grave si je n’aime pas trop lire ?
  • Ecrire, je peux en faire un métier ?
  • Est-ce qu’on lira et écrira encore en 2050 ?

Chaque double page répond à une question grâce à des petits textes précis et abordables dès 5 ans, et des illustrations colorées.

On commence par un petit résumé de l’Histoire de l’écriture. Saviez-vous que c’est aux marchands que l’on doit l’invention de l’écriture ? Ils en ont eu besoin pour tenir leurs comptes. La première forme d’écriture s’appelait l’écriture cunéiforme. Mais avant l’écriture, les hommes préhistoriques laissaient quand même des traces sous forme de dessins ou de gravures.

enfant qui n aime pas lire

 

Les enfants découvriront également dans ce livre l’histoire de l’imprimerie et du premier livre, ils apprendront qu’ils existent de nombreux alphabets et que l’écriture chinoise comporte plus de 3000 signes, que les aveugles peuvent aussi lire grâce au Braille et qu’à l’origine, l’écriture était étroitement liée à la religion.

La lecture et l’écriture sont abordées sous une forme à la fois utilitaire et plaisir : lire permet d’apprendre plein de nouvelles choses, de mieux connaître le passé, de se souvenir d’informations qu’il est difficile de garder en mémoire, de trouver des informations dont on a besoin… mais lire, c’est aussi accéder à des mondes imaginaires !

lire et écrire à quoi ça sert

 

On peut vivre sans lire ni écrire mais cela rend la vie beaucoup plus difficile. Savoir lire et écrire rend plus libre, moins dépendant des autres.

La question de l’écriture attachée qui pose tant de problèmes à de nombreux enfants y est abordée : l’écriture en attaché permet d’écrire plus vite car le geste de la main ne s’arrête pas après chaque lettre.

On y explique aussi que chaque enfant a son rythme pour apprendre à lire : autour de 6/7 ans, la plupart des enfants savent lire et d’autres ont besoin de plus de temps pour y parvenir. Il n’est jamais trop tard pour apprendre ! En revanche, la lecture demande de l’entraînement : plus on lit et plus on devient un bon lecteur. Le mieux pour apprendre à lire, c’est encore d’en avoir envie !

Une fois qu’on sait déchiffrer, il nous reste à comprendre le sens de ce qu’on vient de lire : cela demande de l’attention pour retenir les idées.

Quoiqu’il en soit, ce qui compte est qu’on sache lire. On n’est pas obligé d’aimer la lecture car chacun a ses goûts… mais peut-être que ce n’est qu’une question d’environnement ou de choix :-). L’envie et le goût de lire peuvent naître à tout moment. Il suffit parfois de tomber sur le bon livre pour avoir le déclic.

lire et écrire enfants

 

Lire et écrire sont des acquis pour la vie : même si les formes de lecture et d’écriture vont probablement changer dans le futur, elles seront toujours présentes. Mais sous quelles formes ? Le livre se termine sur cette interrogation : une bonne manière d’enclencher le dialogue avec les enfants !

Les points forts :

  • la partie historique
  • l’ouverture sur le monde (les hiéroglyphes, l’écriture chinoise, le Braille, l’abandon de l’écriture attaché dans certains pays)
  • la bienveillance (chacun va à son rythme, parfois il suffit de tomber sur le bon livre pour prendre plaisir à lire)
  • les questionnements sur l’évolution de l’écriture et de la lecture dans le futur (faut-il s’inquiéter ou se réjouir des nouvelles technologies comme la tablette ?)

…………………………………………………………………………………..

Lire et écrire est disponible en médiathèque, chez votre libraire et sur internet. Pour les enfants dès 5 ans.

Commander Lire et écrire sur Amazon.

 

a-quoi-ca-sert-lorthographe

A quoi ça peut servir l’orthographe ?

A quoi ça peut servir l’orthographe ?

J’ai beaucoup aimé le texte d’introduction du livret L’orthographe sans se casser la tête de L’Ecole Vivante.

L’orthographe ne sert pas à grand chose, vraiment ?

Quand on ne comprend pas à quoi ça sert l’orthographe, on ne voit pas de raisons d’éviter les erreurs d’orthographe ou de perdre du temps à se relire pour les corriger.

(On ne parle pas ici des personnes dyslexiques ou dysorthographiques).

Mettre un pullover propre ne sert pas à grand chose non plus, alors ?

Finalement, un pull taché de chocolat, de dentifrice, de gras ou encore de jus de fraise tient tout aussi chaud qu’un pull propre.

L’effort de laver un pull ne vaudrait-il donc pas la peine ? Pas plus que celui de mettre des vêtements propres alors ?

Pourtant, la plupart des gens lavent leurs habits et mettent des pulls propres. On peut y trouver plusieurs raisons :

  • parce qu’ils n’aiment pas qu’on pense qu’ils sont sales et négligés ?
  • parce qu’ils ne veulent pas choquer les autres ?
  • parce que c’est un manque de respect pour soi-même et pour les autres ?
  • parce que mettre un pull sale pour rendre visite à quelqu’un, c’est un peu comme lui dire :”Vous ne méritez pas que je m’habille mieux que ça” ?

Faire lire un texte plein de fautes à quelqu’un, c’est pareil. Cela revient à lui dire “Je suis négligé et vous ne méritez pas que je fasse l’effort de corriger mes erreurs“.

Par ailleurs, l’écriture sert à communiquer. Communiquer, c’est transmettre des pensées ou des informations. Quand les erreurs sont trop importantes, la fonction même de communication disparaît car l’autre n’arrive pas à comprendre les mots qui lui sont adressés.

Même quand les erreurs ne rendent pas le texte complètement incompréhensible, c’est plus long et fatigant de lire un texte truffé d’erreurs car cela force à jouer aux devinettes, à faire des allers retours dans le texte pour saisir le sens global ou à se poser des questions auxquelles on n’a pas les réponses.

 

L’orthographe ne sert donc pas à avoir de bonnes notes en dictées ou en rédaction à l’école; l’orthographe sert à communiquer avec les autres, à rentrer en relation avec autrui, à lui montrer du respect.

orthographe enfantsCharlotte Dejey et Catherine Nouvelle proposent des pistes et des jeux pour progresser en orthographe dans le livret L’orthographe sans se casser la tête de L’Ecole Vivante.


 

 

 

>>>Pour aller plus loin :

roue-des-mots-difficiles

 

 

jeu-de-loie-de-lorthographe

 

la fabrique à histoires

La Fabrique à histoires : une boîte à idées ludique pour que les enfants construisent des histoires

La Fabrique à histoires : une boîte à idées ludique pour que les enfants construisent des histoires

Présentation de l’éditeur

la-fabrique-a-histoires« Il y a toujours un enfant pour demander : comment fait-on pour inventer une histoire ? Il mérite une réponse honnête ».

Inspiré par cette phrase de Gianni Rodari, Bernard Friot invente un livre-coffret ingénieux et ludique, une véritable boîte à outils pour excercer son imagination, inventer des histoires et se lancer en écriture.

Mettre en mouvement l’imagination des enfants et les inciter à écrire, prendre part en s’amusant à la création d’une histoire, voilà le contrat de lecture de cette boîte à outils de l’apprenti écrivain…

Un carnet, intitulé «Moteur à rédaction», rassemble des activités qui sont autant d’ateliers d’écriture. Chaque atelier convoque des «outils» (jeu de cartes, plateau de jeu, moulins à paroles, réservoir à réel, catalogue de personnage, etc.) qui sont « physiquement » proposés à l’enfant. Le tout, carnet et outils, rassemblé dans une boîte à fermeture aimantée.

Chaque atelier s’accompagne d’une histoire écrite par l’auteur illustrant l’activité proposée. Une manière attractive et ludique de faire entrer les enfants dans l’écriture sans qu’ils aient l’impression de faire des exercices scolaires.

 

Les points forts

J’utilise La Fabrique à Histoires avec un élève de CE2 que j’accompagne dans ses apprentissages scolaires (instruction en famille). Il n’aime pas beaucoup écrire et nous avons déjà abordé la structure des récits à l’oral (qui/ quand/ où/ problème/ péripéties/ fin et retour à une situation stable) à l’aide de cartes héros/ problème du héros/ allié et objet magique pour l’aider à résoudre son problème (cartes issues du Coffret Cartes Créatives de Lise Bartoli).

Nous continuons donc notre travail sur la construction d’histoires avec cette boîte à histoires. Pour l’instant, nous travaillons encore à l’oral car la maîtrise du langage oral est essentielle dans le développement de l’enfant, avant d’exiger que ce dernier produise un texte à l’écrit.

J’aime beaucoup ce coffret car il offre de nombreux outils qui peuvent servir de supports à différents ateliers de production d’histoires et de textes :

  • un moteur à rédaction (les propositions pour construire une histoire pas à pas)
  • un catalogue (une galerie de personnages pour choisir les héros, les lieux, les situations, les morceaux d’histoire)
  • un jeu de cartes (pour renverser des situations et jouer avec différentes façons de commencer une histoire)
  • une réserve de textes (des exemples de textes produits à partir des outils proposés dans le coffret)
  • un plateau de jeu (pour faire avancer les personnages dans un décor, les mettre en danger, les aider, leur inventer un parcours)
  • un réservoir à réel (des cartes postales, des photos d’identité,  des panoramiques pour ne jamais être à court d’inspiration)
  • des pièces détachées (un livret de croquis pour découper l’histoire et la faire progresser)
  • un moulin à mots (pour faire parler les personnages et jouer sur les registres de langue)

fabrique à histoire enfants

Le moteur à rédaction est l’élément principal de la Fabrique à Histoires car il se présente comme un carnet d’activités pour construire pas à pas une histoire et piocher tous les ingrédients qui vont la composer dans les autres outils. Pour chaque activité du carnet, Bernard Friot propose d’utiliser un ou plusieurs outils de la Fabrique.

Les activités se déclinent autour de nombreux thèmes ou techniques qui plaisent beaucoup aux enfants (par exemple : deux images de début et de fin et il faut inventer ce qui se passe entre les deux; des débuts de texte loufoques à compléter; des personnages à décrire; changer de point de vue pour raconter la même histoire; des cartes mots à piocher ou à associer…).

idées production de textes élémentaire

La Fabrique à Histoires permet de travailler différents aspects qui aident à construire un récit efficace et structuré :

  • planter un décor en le décrivant avec le plus de détails possible,
  • introduire un personnage avec des caractéristiques physiques et de caractère,
  • imaginer des problèmes/ événements inattendus,
  • ménager le suspense,
  • changer de point de vue,
  • relancer l’intrigue avec des “et si…”.

A partir de 6/7 ans.

…………………………………………………………………………………

La Fabrique à Histoires : ateliers d’écriture de Bernard Friot (éditions Milan) est disponible en libraire, en centre culturel ou sur internet.

Commander La Fabrique à Histoires : ateliers d’écriture sur Amazon.

 

bien-tenir-le-crayon-enfant

PRISE DU CRAYON: Une histoire pour apprendre comment bien tenir le crayon (ergothérapie)

PRISE DU CRAYON: Une histoire pour apprendre comment bien tenir le crayon (ergothérapie)

Une petite histoire ludique pour capter l’attention des jeunes enfants sur leur prise du crayon et les motiver à l’améliorer si nécessaire (stratégie d’ergothérapie), par Josiane Caron Santha ergothérapeute à la clinique Les Mille Pattes (Canada).

Pour une version qui se présente directement aux enfants : https://youtu.be/106m7nKdcYo

Petite note : une bonne prise du crayon ne dépend pas seulement de la motivation de l’enfant et de bons enseignements. Elle devient possible seulement quand le corps est prêt. Ainsi, si malgré sa motivation et quelques efforts l’enfant n’y arrive pas, il ne faut pas insister mais plutôt lui offrir le soutien approprié pour faire progresser son développement moteur global et fin.

preparer-lecture-ecriture

5 compétences qui préparent l’entrée en lecture et en écriture

5 compétences qui préparent l’entrée en lecture et en écriture

Avant de pouvoir lire et écrire, l’enfant passe par l’acquisition de plusieurs compétences préalables. Comment les favoriser à l’école et à la maison ?

1.L’orientation dans l’espace

L’enfant doit pouvoir s’orienter dans l’espace avant de pouvoir s’orienter sur une feuille de papier, distinguer sa droite de sa gauche et le haut du bas pour lire et écrire dans le “bon” sens.

Des idées d’activités pour travailler les notions d’horizontal et de vertical ainsi que la latéralisation (à partir de 3/4 ans) :

  • Le jeu Twister est par exemple un bon moyen de travailler la latéralisation (le fait de connaître sa droite et sa gauche) en s’amusant.

 

  • Pour la notion d’horizontal, on peut commencer par montrer l’horizon à l’enfant (à la plage ou dans un champ) et dire une phrase comme celle-là : “Tu vois, on croit que la mer se termine là-bas tout au fond”. En tenant la main de l’enfant, on peut lui faire balayer l’horizon et ajouter :”Cette ligne qui sépare la mer et le ciel s’appelle l’horizon”. Vous pouvez ensuite vous coucher par terre et dire “Si je fais comme l’horizon, on dit que je suis à l’horizontal”. On peut inviter l’enfant à s’allonger pour être en position horizontale également. On pourra recommencer cet exercice de vocabulaire avec les bras à l’horizontale, en traçant des traits dans le sable ou dans la terre, en plaçant des objets sur une surface plane (un balai, un bout de bois…).

Une fois que l’enfant a bien compris la notion d’horizontal, on pourra lui poser des questions sous forme de devinettes :

Quand tu dors dans ton lit, tu es… ?

Le gardien de but qui se jette par terre pour rattraper le ballon est… ?

Les haricots dans ton assiette sont… ?

  • Pour la notion de vertical, on pourra planter différentes choses dans le sol (bâtons, doigt, pelle…) ou appuyer des outils contre un mur (balai…). On pourra alterner les positions (“je suis à l’horizontal” en se couchant par terre et “je suis à la verticale” en se levant) et donner des consignes à l’enfant (“mets tes bras à l’horizontal/ à la verticale”, “trouve un objet dans la pièce à l’horizontal/ à la verticale”…).

 

  • Le jeu de la voiture pour distinguer la gauche de la droite : on pourra proposer ce jeu aux enfants lors de trajets en voiture. On dessine une voiture sur une feuille en papier et on invite les enfants à s’imaginer dans cette voiture. On leur explique qu’ils dessineront de chaque côté de la voiture ce qu’ils voient pendant le trajet. Avant le départ, on pourra prendre des exemples : “à gauche, je vois la maison; à droite, je vois un grand arbre. Où est-ce que tu dessineras la maison ? Où est-ce que tu dessineras l’arbre ?”. Pendant le trajet, on pourra dire : “regarde le cheval à droite/ regarde les éoliennes à gauche/ regarde les tournesols à droite…”. Les enfants seront incités à chercher les éléments nommés (et donc ils développeront la compréhension des concepts de droite et gauche). Plus les enfants seront familiers avec ces concepts, moins on les guidera. On pourra juste donner des indices : “regarde les vaches, elles sont à…”.  A l’arrivée, les enfants dessineront les éléments dont ils se souviennent. L’important n’est pas la quantité de choses dessinées mais la compréhension de la droite et de la gauche.
droite gauche jeux garanderie
Source : Jeux pour apprendre d’après la pédagogie d’Antoine de la Garanderie (de Bénédicte Denizot)

(idées puisées dans le livre Jeux pour apprendre d’après la pédagogie d’Antoine de la Garanderie)

 

2.L’observation

Certaines lettres de notre alphabet se ressemblent beaucoup : en écriture dite “script”, seule la barre sur le côté distingue les lettres b, d, p, q. Les enfants doivent être capables de distinguer ces détails qui changent tout au niveau de la lecture et de l’écriture.

Là encore, l’orientation dans l’espace intervient : la barre verticale se situe à droite ou à gauche, en bas ou en haut.

Quelques idées d’activités pour solliciter le sens de l’observation et favoriser la discrimination visuelle :

  • Les jeux d’observation des différences (on en trouve beaucoup dans des magazines pour enfants) ou de mise en paires 
  • Des livres dédiés

Certains livres reposent sur le principe de l’observation fine (les plus connus étant ceux de la collection “Où est Charlie ?”). Nous aimons beaucoup ceux de la collection Cherche et trouve pour travailler le sens de l’observation tout en découvrant de nouveaux continents, de nouveaux temps (la Préhistoire, les chevaliers…), de nouveaux univers.

Quand ma fille était plus jeune, elle passait des heures avec le livre Fourmis (dès 2/3 ans).

  • Une sélection de jeux qui sollicitent le sens de l’observation à partir de 4 ans ici.

 

3.La mémorisation

La mémorisation des formes graphiques qui composent les lettres est une compétence préalable à l’entrée en lecture et en écriture. La mémorisation des sons associés aux lettres intervient également, surtout si l’apprentissage du principe alphabétique a débuté avec l’apprentissage du nom des lettres. Il est parfois difficile pour les enfants de passer du nom de la lettre au son qu’elle émet.

Les jeux de Memory sont très efficaces pour aider les jeunes enfants à muscler leur mémoire tout en s’amusant.

 

4.La motricité fine

La calligraphie nécessite une bonne coordination motrice. La motricité de la main est une composante essentielle de l’apprentissage de l’écriture. Le rôle de la main dans les apprentissages est fondamental.

De nombreuses activités inspirées de la pédagogie Montessori proposent de développer la motricité fine, en vue de l’écriture. Vous trouverez de nombreuses idées gratuites d’activités de motricité fine inspirée de la pédagogie Montessori sur Internet.

la main dans la pédagogie montessori

 

 5.L’abstraction

Passer du chat en tant qu’animal (que l’enfant peut voir, caresser et entendre miauler) au chat en tant que mot (composé d’une syllabe et des deux sons ch/a) est un pré-requis à l’apprentissage de la lecture. Cela nécessite que l’enfant soit capable de se dissocier du signifié (l’animal) pour se concentrer sur le signifiant (le mot à voir comme un ensemble de lettres qui émettent des sons et dont la combinaison produit du sens).

Les jeux de mots et les comptines sont d’excellentes façons de développer la conscience phonologique des enfants. Je vous invite à lire cet article : Jeux de mots et comptines pour préparer l’entrée en lecture

……………………………………………………………………….

Inspiré par : J’aide mon enfant à bien parler, bien lire, bien écrire : Donnez toutes les chances à votre enfant en l’accompagnant dans ses apprentissages de base de Ghislaine Wettstein Badour (éditions Eyrolles)

cahier apprendre écrire dumont

Dumont : un cahier d’écriture pour apprendre à écrire progressivement et efficacement

Dumont : un cahier d’écriture pour apprendre à écrire progressivement et efficacement

Présentation

cahier-ecriture-cpDans le cahier 1 Apprentissage, une progression rationnelle, fondée sur les formes de base et leurs dérivées, facilite l’observation des lettres. Ce cahier a pour objectif de libérer les élèves de CP au plus tôt des difficultés d’écriture et de stimuler le goût de lire.

L’auteure, Danièle Dumont, propose ce cahier pour que les élèves écrivent toutes les lettres de l’alphabet en moins de 3 mois (pour droitiers et gauchers).

Danièle Dumont, docteur en sciences du langage, a consacré l’essentiel de ces 30 dernières années à l’observation de l’écriture manuscrite. Son intérêt pour l’évolution de l’écriture a dirigé son mémoire de DU d’expertise en écritures et documents vers l’écriture des personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Cette recherche a eu par la suite une incidence notable sur sa compréhension du fonctionnement de l’acte graphique. Plus tard, elle s’est intéressée à la relation entre le discours et les pratiques de classe dans l’enseignement de l’écriture en maternelle puis à la place du geste d’écriture dans l’apprentissage de l’écriture et à son impact dans l’enseignement de l’écriture.

 

J’ai aimé

L’apprentissage de la formation des lettres est progressive : pour chaque lettre, les enfants sont d’abord invités à tracer des formes de base puis des dérivées et ensuite à tracer des lettres à partir de ces formes de base. Les lettres sont composées de formes issues de deux unités minimales :

  • la première va de la gauche vers la droite “en passant par en bas” : elle a pour forme de base la boucle
  • la deuxième va de la gauche vers la droite “en passant par en haut” : elle a pour forme de base le pont

Un exemple de progression à partir de la boucle : on forme la lettre e. En étirant les doigts vers le haut, on obtient la lettre l. En étrécissant la boucle au maximum, on forme une étrécie. Avec une étrécie simple qu’on surplombe d’un point, on forme la lettre i. En redoublant le tracé, on obtient la lettre u…

cahier apprentissage écriture

Danièle Dumont insiste sur cet apprentissage progressif pour ne jamais placer les enfants devant une difficulté qu’ils ne pourraient pas surmonter. Les difficultés sont abordées une à une et chaque page du cahier ne contient que des lettres déjà apprises plus la nouvelle lettre.

La progression suit la logique de mise en place du geste graphique mais tient également compte de la lecture (en introduisant tôt la lettre S par exemple).

cahier apprentissage écriture dumont

Les deux premières pages sont les fondations de l’édifice et ont plusieurs objectifs :

  • tenir correctement le crayon pour avoir un geste assuré
  • savoir suivre le lignage du cahier pour y poser correctement les mots
  • prendre conscience des interlignes pour bien placer les lettres

exercice apprendre à écrire

Les consignes sont claires et elles aussi progressives :

  • observer la lettre en noir
  • repasser au crayon plusieurs fois de suite les lettres tracées en bleu
  • recopier la lettre
  • reproduire les enchainements avec des lettres déjà étudiées
  • recopier les mots outils
  • recopier (un mot, une suite de mots, une phrase)
  • continuer la frise de repères en respectant le modèle (pour consolider la perception et le respect des lignages. Les enfants qui ont du mal à suivre le lignage en écrivant gagneront à commencer leurs séances d’écriture par ces exercices.

Ce cahier s’inscrit dans la méthode créée par Danièle Dumont (Hatier pédagogie – Le geste d’écriture, Méthode d’apprentissage Cycles 1 et 2) mais peut très bien s’utiliser seul.

Ce cahier est précédé dans cette méthode de cahiers pour la maternelle (espace graphique, forme de base…) et suivis de cahier pour le CE1 (perfectionnement et majuscule). Là encore, ces cahiers peuvent être utilisés indépendamment les uns des autres (mais ils risquent de perdre en efficacité et en cohérence).

Le cahier 1 Apprentissage peut être utilisé en remédiation pour des enfants en cours de CP ou plus tard. C’est à cet effet que je l’ai acheté pour ma fille (en fin de CP).

………………………………………………………………….

Les cahiers d’écriture CP nº1 – Apprentissage (éditions Hatier) est disponible en librairie, en centre culturel ou sur internet.

Commander Les cahiers d’écriture CP nº1 – Apprentissage sur Amazon.