remplacer les devoirs

Et si on remplaçait les devoirs par ces 26 idées ?

Et si on remplaçait les devoirs par ces 26 idées ?

Jessica Smock est une ancienne enseignante américaine, docteure en science de l’éducation et mère de deux enfants. Elle écrit qu’elle regrette d’avoir donné beaucoup de devoirs lors de sa carrière d’enseignante en élémentaire (elle a enseigné à des enfants de 10/11 ans). Elle pensait que les devoirs sont une bonne manière de consolider les nouvelles connaissances et compétences, de développer le sens de l’autonomie et de l’organisation et de réfléchir sur les apprentissages (métacognition).

Or elle reconnaît que ces croyances étaient surtout guidées par la peur (la peur de l’échec de ses élèves, la peur de décevoir les parents, la peur que le pays soit mal classé dans les études comparatives internationales…).

Elle a pris connaissance de recherches qui ont démontré l’inutilité des devoirs pour les enfants avant l’entrée au collège (sixième en France, 6th grade aux Etats Unis) :

  • aucune étude n’a jamais réussi à trouver une causalité entre le volume de devoirs imposés et les performances académiques des élèves en élémentaire;
  • les devoirs ont plutôt tendance à dégrader l’attitude des enfants envers leurs enseignants et l’école en général (peur, stress, manque de confiance, fatigue…);
  • les devoirs entachent les relations avec les parents, dégradent la vie de famille (source de conflit, de punition, d’incompréhension…);
  • les devoirs “volent” du temps aux enfants (au détriment d’autres activités favorables au développement moteur, cognitif, émotionnel comme le jeu libre, les jeux dehors, les discussions…).

Voir la source (en anglais)

Jessica Smock propose de nombreuses autres activités pour remplacer les devoirs :

  1. Sauter à la corde, sur un trampoline
  2. Parler en famille
  3. Dormir
  4. Lire de manière non dirigée, juste pour le plaisir de lire
  5. Faire des puzzles
  6. Jouer dehors 
  7. Jouer dans un bac à sable avec des amis, creuser des trous dans la terre
  8. Aider à préparer le dîner (et de manière plus générale, contribuer aux tâches de la vie de famille)
  9. S’occuper d’animaux (par exemple : aller promener le chien)
  10. Jouer d’un instrument de musique 
  11. Ecouter de la musique classique
  12. Dessiner, peindre, coller
  13. Faire des expériences scientifiques
  14. Rendre visite aux grands parents, fréquenter des personnes âgées
  15. Se déguiser
  16. Jouer à des jeux de chahut
  17. Inventer des histoires
  18. S’ennuyer
  19. Méditer
  20. Jouer à des jeux de construction
  21. Apprendre à coudre, à tricoter
  22. Faire du vélo
  23. Prendre des photos
  24. Jouer à des jeux coopératifs avec des enfants de tous âges
  25. S’occuper de plante, jardiner
  26. Danser

Les apprentissages scolaires sont une forme d’apprentissage. Les devoirs grignotent le temps que les enfants peuvent accorder à d’autres formes d’apprentissages, comme l’apprentissage des relations sociales, l’apprentissage émotionnel, le développement moteur… Vous l’aurez compris, cette liste n’est ni exhaustive ni “obligatoire”. L’idée est de porter l’attention sur les risques d’une trop grande part d’activités structurées, imposées par les adultes, immobiles, à l’intérieur et sources de stress dans la vie des enfants (… et de conflits dans la famille).

………………………………………………………………………………………………………………………………

Pour rappel de la loi en France au sujet des devoirs écrits en élémentaire : 

La circulaire du 29 décembre 1956 (en application de l’arrêté du 23 novembre 1956) relative à la suppression des devoirs à la maison ne laisse pas d’ambiguïté sur la volonté du ministère de l’époque : « Aucun devoir écrit, soit obligatoire, soit facultatif, ne sera demandé aux élèves hors de la classe. Cette prescription a un caractère impératif et les inspecteurs départementaux de l’enseignement du premier degré sont invités à veiller à son application stricte ».

Plusieurs circulaires ont accompagné les modalités à donner au travail à la maison :

  • La circulaire du 6 septembre 1994

Cette circulaire précise clairement comme les précédentes l’interdiction des devoirs à la maison en ces termes : « Dans ces conditions, les élèves n’ont pas de devoirs écrits en dehors du temps scolaire. À la sortie de l’école, le travail donné par les maîtres aux élèves se limite à un travail oral ou des leçons à apprendre».

  • L’arrêté du 25 janvier 2002

Les fonctions essentielles du travail personnel donné à l’élève sont les suivantes :

  • Fixation de certains apprentissages, mémorisation ;
  • Liaison avec les familles ;
  • Développement de l’autonomie, de la responsabilité et du sens de l’organisation.

Au regard de ces finalités, la question de l’approche méthodologique est fondamentale. En effet, il est indispensable d’apprendre en classe aux élèves comment on apprend une leçon, une poésie, une table de multiplication, une définition, comment on prépare un exposé, comment on effectue une recherche documentaire… On doit apprendre à l’école à se passer de l’école, c’est là la règle. Et pour y parvenir, il faut d’abord faire à l’école, en étant très guidé, ce que, progressivement, on sera amené à faire – et même à évaluer – tout seul (Philippe Meirieu).

Après ce demi siècle d’évolution réglementaire à l’aune de l’inévitable renvoi aux inégalités sociales et familiales qui caractérise le travail de l’élève à la maison et son accompagnement, il est établi que les devoirs à la maison (et toutes formes de travail écrit) sont strictement interdits. Néanmoins, les enseignants peuvent donner des travaux oraux et des leçons à apprendre.

(source : « Les devoirs à la maison »par Philippe WOLF, Inspecteur de l’Education Nationale de la circonscription d’Oléron-Sainte-Marie)

Il en résulte qu’un enseignant en primaire peut donner à ses élèves :

  • un travail oral (lecture ou recherche par exemple),
  • des leçons à apprendre à la maison.

En France, aucun devoir écrit, soit obligatoire, soit facultatif, ne peut être demandé aux élèves en dehors de la classe.

Même si cela peut sembler une position délicate, il est possible, en tant que parents, de refuser l’effectuation des devoirs écrits par les enfants en classes élémentaires (CP au CM2).

COMBATTRE STRESS EXAMEN

8 trucs et astuces pour combattre le stress pendant une évaluation/ un test/ un examen

8 trucs et astuces pour combattre le stress pendant une évaluation/ un test/ un examen

1. Garder un objet ressource accessible (dans la trousse ou sur soi)

Chaque enfant prend un petit objet (galet, peluche, pièce…) à l’intérieur de ses deux mains. Une fois qu’ils tiennent bien cet objet, ils sont invités à imaginer un endroit qu’ils aiment beaucoup, dans lequel ils se sentent bien. Ils ressentent le plaisir à s’y trouver. Ils sont invités à stimuler leurs sens :

  • sentir des odeurs,
  • ressentir des sensations (la chaleur du soleil, le froid de la neige, le vent salé du bord de mer…),
  • avoir des goûts dans la bouche ,
  • entendre des sons,

Quand les enfants sont bien installés dans cet endroit, ils ancrent la sensation de bien-être associée dans l’objet.

L’objet reste ensuite auprès de l’enfant à portée de main (dans une poche de veste ou de pantalon, dans le cartable…). Chaque fois que l’enfant prend l’objet dans sa main, le cerveau se rappellera de cette sensation de bien-être. Cela pourra l’aider en cas de stress à l’école et au collège.

 

2. Mettre à disposition dans la trousse une objet à malaxer : balle anti stress, bout de pâte à fixer, un élastique…

 

3. Mâcher un chewing gum ou sucer une pastille (si cela est autorisé)

 

4. Déposer l’odeur d’un parfum familier sur la partie d’un vêtement ou un mouchoir 

 

5. Ecrire et déposer des messages d’encouragement sous le bol du petit déjeuner, dans la trousse, sous l’oreiller…

Des idées ici : La meilleure façon de valoriser et d’encourager !

phrases-encourageants-enfants

6. Avoir recours à la visualisation positive 

J’aime beaucoup les exercices de visualisation positive proposés par France Hutchison dans son livre 100 jeux avec Namasté pour la concentration, les émotions et la socialisation des enfants. Ces histoires enseignent aux enfants à aller puiser des ressources personnelles face à un défi, à oser demander de l’aide. L’enfant est amené à créer un changement positif dans sa tête via l’évocation d’images calmantes ou relaxantes. Voici la visualisation de l’arc en ciel magique :

visualisation-positive-enfants
Source : 100 jeux avec Namasté pour la concentration, les émotions et la socialisation des enfants (Béliveau éditeur)

 

7. Pratiquer une respiration en pleine conscience

Pour que les techniques de relaxation soient efficaces, il  est nécessaire de les pratiquer plusieurs fois par jour et pendant plusieurs semaines.

Pour commencer, inviter l’enfant à s’allonger sur son lit ou sur un tapis au sol, avec un coussin sous la tête. Vous pouvez vous asseoir à côté de lui (ou vous allonger pour faire l’exercice en même temps).

Demandez à l’enfant de prêter tranquillement attention à sa respiration. Ensemble, inspirez et expirez profondément plusieurs fois.

Quand vous le sentez prêt, dites lentement, d’une voix calme et détendue :

Ferme les yeux. Remue les orteils… remue-les, remue-les… et relâche. 

Maintenant, pointe les orteils vers l’avant … puis remonte-les vers toi. 

Vers l’avant, vers toi… et relâche. 

Maintenant, inspire doucement et vraiment profondément, 

et imagine l’air qui remplit tout ton corps, de la tête aux orteils, comme si tu gonflais à la manière d’un ballon.

Expire lentement, petit à petit, en laissant ton corps s’enfoncer sur ton lit ou sur le sol. 

A présent, serre chacun de tes deux mains pour former une petite balle… puis ouvre-les en écartant bien les doigts. 

Serre de nouveau les mains, puis ouvre-les en écartant les doigts aussi largement que possible… et relâche. 

Inspire de nouveau profondément et imagine que l’air remplit tout ton corps, de la tête aux orteils, comme si tu gonflais à la manière d’un ballon.

Expire lentement, progressivement, en laissant ton corps s’enfoncer dans le moelleux de ton lit ou du sol. 

Maintenant, étire les bras au-dessus de ta tête ainsi que les pieds, de façon à te sentir aussi long que possible… et détends-toi au maximum. 

Étire de nouveau et relâche. Étire de nouveau et relâche. 

A présent, laisse retomber tes bras de chaque côté de ton corps et pose les mains sur ton ventre.

Fronce les traits de ton visage, de façon à tendre tous tes muscles au maximum… et relâche.

Maintenant, fais un grand sourire… et relâche tous les muscles de ton visage. Souris encore… et relâche. 

Inspire lentement et profondément par le nez, et sens ton ventre grossir, tes mains sont toujours sur ton ventre et se soulèvent. 

Expire lentement par la bouche, et sens ton ventre se dégonfler. Relâche, relâche tout ton corps. 

Continue à respirer profondément jusqu’à ce que tu te sentes vraiment détendu.

 

8. Se projeter et anticiper mentalement

Dans Apprendre à apprendre avec la PNL, il est écrit

Si nous voulons que les enfants aient accès longtemps à ce qu’ils ont mémorisé, nous devons donc les inviter à penser à plus long terme.

Faire un pont vers le futur pour une matière qui vient d’être étudiée fonctionne comme un message à l’inconscient à qui on demande de faire le lien entre cette nouvelle connaissance et différents contextes.”

Le pont vers le futur constitue une “opération associée (comme si on y était)”. Elle prépare à réutiliser l’information, à la fois cognitivement et émotionnellement (réduction du stress).

L’enfant visualise chaque étape de son évaluation depuis le moment où il passe les portes de son établissement, puis traverse la cour, rentre dans la salle , s’assoit, reçoit sa copie, lit les questions et commence à y répondre. L’enfant s’entraîne à anticiper : quelle forme l’évaluation prendra-t-elle ? quelles sont les attentes du correcteur ?

……………………………………………………………..

Source : J’aide mon enfant à faire ses devoirs : Méthodes, outils et conseils pour coacher son enfant de Anne Gramond (éditions Eyrolles). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander J’aide mon enfant à faire ses devoirs  sur Amazon. 

motiver pour faire les devoirs

Devoirs à la maison : 5 idées pour (se) motiver à les faire

chouette c'est l'heure des devoirsDevoirs à la maison : 5 idées pour (se) motiver à les faire

Charles Caplette est enseignant en lycée professionnel. Il a écrit un livre dans lequel il propose 50 idées ludiques et créatives pour (se) motiver à faire les devoirs avec joie et enthousiasme.

Ces idées s’adressent à des enfants de 6 à 12 ans environ.

 

1. Se mettre en mouvement : le rituel de démarrage

Charles Caplette propose de mettre en place un rituel de démarrage à la manière du Haka des All Blacks.

On peut soit improviser un enchainement de mouvements, de paroles, de grimaces, soit noter sur papier l’esprit général sur un papier avant de cogiter sur le contenu du rituel (plutôt guerrier, dynamisant, apaisant…).

Le Haka sera encore plus motivant quand il est réalisé par tous les membres de la famille. Il pourra évoluer au cours du temps.

Selon Charles Caplette, le fait de bouger, de crier, de mobiliser son énergie ensemble favorise la mise en action. Le cerveau se déconnecte un moment pour entrer dans le mouvement et créer de la complicité, un esprit d’équipe invincible.

devoirs maison
Source : Chouette, c’est l’heure des devoirs

2. Créer une bonne ambiance par le déguisement

Les enfants (et pourquoi pas les parents) vont se déguiser avec le costume (qui peut être improvisé) de leur héros préféré.

Comme les héros réussissent toujours à surmonter les difficultés, les devoirs deviennent une sorte de mission à accomplir ou alors un obsctacle à surmonter avec héroïsme.

Le fait de se déguiser aidera les enfants à revêtir les qualités du héros en question : rapidité, agilité, courage, optimisme, générosité, patience… On pourra même énumérer les qualités des héros choisis et voir en quoi elles peuvent aider à faire les devoirs, lesquelles évoquer pour tel ou tel travail.

 

3. S’organiser avec des Lego

Charle Caplette propose de transformer la liste des devoirs en blocs de Lego par l’évaluation de la difficulté du travail, du temps nécessaire, de l’envie. Les enfants pourront attribuer une couleur à chaque élément et représenter le niveau en nombre de cubes.

Par exemple, apprendre les verbes du 1° groupe représente 5 Lego bleus, apprendre la table de multiplication de 6 représente 10 Lego jaunes…

Chaque fois qu’un travail est terminé, les Lego correspondant à la tâche seront assemblés et les enfants pourront se rendre compte visuellement du travail accompli et de ce qu’il reste à faire.

Cette activité présente plusieurs avantages :

  • être actif dans la préparation de son travail : prendre une position personnelle sur la valeur et la difficulté de chaque travail, donner de la valeur, comparer…
  • transformer une tâche en métaphore : le travail devient une activité de construction
  • stimuler le corps dans l’apprentissage par le choix des Lego et la construction
  • développer le sentiment d’une mission accomplie : l’évolution du processus est visuelle et le résultat final est construit par étapes

On pourra s’amuser à construire une maison tout au long de la semaine.

 

4. Travailler ensemble : à toi de m’apprendre quelque chose !

L’enfant devient le “maître d’école”. Sa mission est de nous apprendre la leçon sur laquelle il sera interrogé à l’école. Il devra réfléchir au résultat qu’il attend de nous et définir une stratégie pour atteindre son but.

Pour rendre l’activité plus efficace, on pourra faire semblant de ne pas comprendre afin de tester le niveau de compréhension de l’enfant et sa capacité à reformuler avec ses propres mots.

 

5. Jouer pour apprendre

Charles Caplette propose toutes sortes de jeu pour rendre les apprentissages plus efficaces et ludiques :

  • fabriquer une cocotte en origami avec des questions et des réponses portant sur une leçon (un exemple de cocotte sur les tables de multiplication),
  • créer un jeu de l’oie (un exemple ici sur l’orthographe),
  • mimer et mettre en scène une leçon d’histoire,
  • jouer à Questions pour un champion,
  • réaliser un film en stop motion

 

Du côté de la loi : la question des devoirs au primaire en France

La circulaire du 29 décembre 1956 (en application de l’arrêté du 23 novembre 1956) relative à la suppression des devoirs à la maison ne laisse pas d’ambiguïté sur la volonté du ministère de l’époque : “Aucun devoir écrit, soit obligatoire, soit facultatif, ne sera demandé aux élèves hors de la classe. Cette prescription a un caractère impératif et les inspecteurs départementaux de l’enseignement du premier degré sont invités à veiller à son application stricte”.

Plusieurs circulaires ont accompagné les modalités à donner au travail à la maison :

  • La circulaire du 6 septembre 1994

Cette circulaire précise clairement comme les précédentes l’interdiction des devoirs à la maison en ces termes : « Dans ces conditions, les élèves n’ont pas de devoirs écrits en dehors du temps scolaire. À la sortie de l’école, le travail donné par les maîtres aux élèves se limite à un travail oral ou des leçons à apprendre».

  • L’arrêté du 25 janvier 2002

Les fonctions essentielles du travail personnel donné à l’élève sont les suivantes :

  • Fixation de certains apprentissages, mémorisation ;
  • Liaison avec les familles ;
  • Développement de l’autonomie, de la responsabilité et du sens de l’organisation.

Au regard de ces finalités, la question de l’approche méthodologique est fondamentale. En effet, il est indispensable d’apprendre en classe aux élèves comment on apprend une leçon, une poésie, une table de multiplication, une définition, comment on prépare un exposé, comment on effectue une recherche documentaire… On doit apprendre à l’école à se passer de l’école, c’est là la règle. Et pour y parvenir, il faut d’abord faire à l’école, en étant très guidé, ce que, progressivement, on sera amené à faire – et même à évaluer – tout seul (Philippe Meirieu).

Après ce demi siècle d’évolution réglementaire à l’aune de l’inévitable renvoi aux inégalités sociales et familiales qui caractérise le travail de l’élève à la maison et son accompagnement, il est établi que les devoirs à la maison (et toutes formes de travail écrit) sont strictement interdits. Néanmoins, les enseignants peuvent donner des travaux oraux et des leçons à apprendre.

(source : « Les devoirs à la maison »par Philippe WOLF, Inspecteur de l’Education Nationale de la circonscription d’Oloron-Sainte-Marie)

Il en résulte qu’un enseignant en primaire peut donner à ses élèves :

  • un travail oral (lecture ou recherche par exemple),
  • des leçons à apprendre à la maison.

En France, aucun devoir écrit, soit obligatoire, soit facultatif, ne peut être demandé aux élèves en dehors de la classe.

Même si cela peut sembler une position délicate, il est possible, en tant que parents, de refuser l’effectuation des devoirs écrits par les enfants en classes élémentaires (CP au CM2).

 

…………………………………..

Source : Chouette, c’est l’heure des devoirs (de Charles Caplette)

Chouette, c’est l’heure des devoirs est un livre pratique et ludique par sa mise en page. Il n’est pas question de psychologie de l’enfant ou de stratégies d’apprentissage, notamment pour des enfants porteurs de troubles de l’apprentissage. A prendre donc pour ce qu’il est : une liste d’activités qui visent à créer un climat positif au moment des devoirs… utile, efficace et pratico-pratique, notamment grâce à sa mise en page gaie, aérée et colorée !

Commander Chouette, c’est l’heure des devoirs sur Amazon.

Enregistrer

Enregistrer

bien faire les devoirs enfants

ENFANTS : 7 points pour bien faire les devoirs (sans stress et avec efficacité)

ENFANTS : 7 points pour bien faire les devoirs (sans stress et avec efficacité)

1. Commencer par identifier et compléter les manques

La méthode des petits pas (ou kaizen) part du principe qu’on peut toujours décomposer une tâche difficile en petites taches simples. Ainsi, il sera rassurant pour l’enfant de ne pas tout reprendre à zéro et de repérer que certaines connaissances utiles sont déjà en place. Identifier et compléter les manques est efficace pour bien faire les devoirs.

Cela peut passer par des questions :

  • qu’est-ce que tu as en mémoire ?
  • qu’est-ce que tu sais déjà sur le sujet ?

 

flash cardL’enfant n’aura alors plus qu’à compléter les manques.

Cette approche peut aider dans la mémorisation par coeur : ainsi, l’apprentissage des tables de multiplication peut paraître insurmontable mais il est fort probable que l’enfant en connaissent déjà certaines (la table de un, de deux et quelques opérations qu’il aura retenues à force de manipulation par exemple). Il suffit donc d’identifier les tables non sues et de ne travailler que celles-ci. Un planning d’apprentissage pourra être mis en place sur quelques jours ou semaines afin d’apprendre deux ou trois tables par jour.

 

De même, il est plus efficace de lire quand on sait ce qu’on cherche : si l’enfant connaît le “trou” à combler, il aura un projet de lecture avant d’attaquer un document ou une leçon

 

2. S’appuyer sur les connaissances existantes

Pour rendre l’enfant acteur de ses apprentissages et que les devoirs soient efficaces dans la consolidation et la mémorisation des notions vues en classe, on peut le guider vers la réponse en s’appuyant sur les ressources qui sont déjà dans sa tête.

Plutôt que donner une réponse toute faite, il est possible de répondre par des questions aux questions :

  • qu’est-ce qui te manque pour répondre ?
  • où penses-tu trouver cette information ?
  • à quel moment en avez-vous parlé en classe ?
  • avez-vous fait un exercice qui s’y rapporte et sur lequel tu pourrais t’appuyer ?
  • avez-vous lu un texte/ regardé une image qui s’y rapporte en classe ?

En laissant l’opportunité à l’enfant de trouver par lui-même les réponses à ses questions, non seulement il sera fier mais l’apprentissage sera d’autant plus efficace. En effet, les neurosciences ont montré que les émotions positives influencent positivement les apprentissages.

 

3. Imaginer les questions qui seront posées : un “pont vers le futur”

Il est important de préparer l’enfant maintenant (le moment des devoirs) à répondre à demain (le moment de l’évaluation): à quel moment sera-t-il important que je me souvienne de l’information ?. Et cela pour deux raisons :

  • la visualisation

Une fois en situation de restitution, il pourra faire revenir les éléments appris/ mémorisés en pensant au lieu et au moment où il l’a apprise, à ce qu’il a fait à ce moment là.

Pour que cette approche soit encore plus efficace, vous pouvez travailler de manière inhabituelle : à vélo, en jouant des scènettes (j’ai récemment rejoué la scène où le vassal prête serment au seigneur en jurant sur les reliques avec mon élève de 5°), en montant et descendant les escaliers…

  • la mise en projet

L’enfant apprendra avec le projet de réciter/ restituer en classe en présence de ses camarades et selon les exigences de l’enseignant.

Vous pourrez par exemple commencer par poser des questions sur un paragraphe l’un après l’autre, puis des questions couvrant plusieurs paragraphes et enfin un chapitre entier, des questions de cours “par coeur”, des définitions, des commentaires de texte ou encore des QCM (selon les habitudes et exigences de l’enseignant).

Comment aider son enfant à faire ses devoirs ?

Dans Apprendre à apprendre avec la PNL, il est écrit

Si nous voulons que les enfants aient accès longtemps à ce qu’ils ont mémorisé, nous devons donc les inviter à penser à plus long terme.

Faire un pont vers le futur pour une matière qui vient d’être étudiée fonctionne comme un message à l’inconscient à qui on demande de faire le lien entre cette nouvelle connaissance et différents contextes.”

Le pont vers le futur constitue une “opération associée (comme si on y était)”. Elle prépare à réutiliser l’information, à la fois cognitivement et émotionnellement (réduction du stress).

 

4. Construire la pensée

Certains élèves ont du mal à se détacher du “par coeur” pour appliquer leurs connaissances aux exercices ou pour répondre à des questions nécessitant synthèse et reformulation.

Dans ce cas, deux approches peuvent être complémentaires afin de construire la pensée des enfants et préparer en amont le terrain pour bien faire les devoirs :

  • libérer l’expression

Il s’agit de travailler l’expression orale de l’enfant : cela peut passer par des échanges quotidiens sur ce qu’il a vécu, ce qu’il a vu ou lu. Il s’agira pour lui de raconter avec ses mots mais de manière structurée un film, un livre, sa journée… Mais il devra faire l’effort de s’exprimer dans un français communicable et vous devrez lui demander de répéter ou d’expliquer chaque fois qu’il cherchera à parler par des gestes, par des expressions inappropriées, chaque fois qu’il diras “tu vois ?”, chaque fois qu’il fera preuve de connivence.

  • inventer un film/ une histoire à partir des connaissances apprises

L’enfant devra alors imaginer des images mentales, se créer des illustrations des mots qu’il a appris, peut-être des paroles (mais le film peut aussi être muet), il pourra être acteur de ce film (se déplacer, faire des gestes, écrire en l’air, utiliser des objets comme symboles, parler…).

Vous vérifierez que tous les mots importants sont présents et lui demanderez d’utiliser ce film pour répondre à vos questions. Il aura le droit de bouger, de se parler, de parler à voix haute même, de fermer les yeux… tout ce qui compte est la restitution.

apprendre a apprendre avec la PNL
Illustration tirée de Apprendre à apprendre avec la PNL

5. Apprendre à regarder

Beaucoup d’enfants n’accordent pas d’importance aux illustrations et graphiques présents dans les manuels (je le constate avec mon élève de 5°). Or ces illustrations sont de vraies sources d’informations, non seulement pour mieux comprendre une notion mais aussi pour répondre à des exercices. Je demande régulièrement à mon élève :

  • où peut-on trouver des infos complémentaires ?
  • as-tu observé l’ensemble des éléments présents sur la page ?
  • qu’as-tu appris dans les illustrations ?
  • que t’apporte le titre de ce graphique ?

Il conviendrait d’apprendre aux enfants à observer et à décrire en dehors du travail scolaire. Cela peut se faire au cours d’une balade en forêt où vous pourrez vous-même décrire ce que vous voyez, sentez, entendez, touchez… L’idée est de contempler et de saisir les détails, les nuances, l’impression d’ensemble et les sous parties de l’ensemble. Petit à petit, l’enfant prendra part à cette description et exercera sa capacité à observer puis à rendre compte de ce qu’il voit (capacité qu’il pourra réinvestir pour bien faire les devoirs !).

apprendre à observer

6. Faire confiance au ressenti

Le canal des sensations nous permet de repérer une erreur. Devant une erreur ou un doute, on ressent une sensation désagréable : on sent que c’est juste. Vous pouvez donc inciter l’enfant à “sentir si c’est juste” au moment des devoirs.

En cas de doute, incitez le à écrire toutes les réponses possibles et à les passer au scanner “anti doute” : laquelle sens-tu le mieux ?

 

7. Planifier l’étude et les révisions

Toute information non utilisée est oubliée après un certain temps. Pour qu’une information reste constamment accessible en mémoire longue (et c’est le cas pour les élèves préparant le brevet, le bac ou des concours d’entrée dans de grandes écoles), il faut donc :

  • réellement utiliser l’information (par exemple, en faisant des exposés régulièrement, en lisant des livres en rapport avec le thème ou en parlant/écoutant la langue).
  • réviser régulièrement l’information : selon Tony Buzan, une séquence temporelle idéale serait
    • sur une journée :planifier pour réviser
      • 1 heure d’étude
      • 10 minutes de pause
      • 10 minutes de première révision
      • deuxième révision de 10 minutes en fin de journée (avant de dormir par exemple pour compter sur le sommeil)
    • dans la semaine :
      • troisième révision
    • dans le mois :
      • quatrième révision
    • dans les 6 mois :
      • cinquième révision
    • entre les 6 mois et l’examen ou le concours :
      • sixième révision.

Les neurosciences ont montré que la récupération est capitale pour la mémorisation. Elle peut s’effectuer sous forme de questions. sous forme de tests par exemple. Vous pouvez donc aider votre enfant en ce sens à chacune des étapes de cette séquence temporelle car l’interrogation régulière des élèves sur le contenu du cours donne de meilleurs résultats qu’un apprentissage « par cœur ».

 

………………………………………………………………………………..

Sources :

La lettre d’Initiative et Formation n°111 (novembre 2014)

Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux

Apprendre à apprendre avec la PNL

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

livres apprendre efficacement

Pédagogie positive : 10 livres pour apprendre autrement (et efficacement)

Pédagogie positive : 10 livres pour apprendre autrement (et efficacement)

livre pédagogie positive 1. Apprendre autrement avec la pédagogie positive : mon préféré

Votre enfant a des difficultés pour se concentrer et retenir ses leçons ? Vous en avez assez des “crises de tête” qui finissent en pleurs ? Vous rêvez de faire rimer travail scolaire avec plaisir, découverte et réussite ? La Pédagogie positive est faite pour vous.

Facile à mettre en oeuvre, cette pédagogie offre une démarche pour apprendre à apprendre, mémoriser, comprendre et structurer…

Elle aide les enfants à retrouver le goût de faire leurs devoirs et les ados à adopter une méthode de travail efficace grâce à des outils innovants et simples tels que le Mind Mapping, la gestion mentale…

Dans cet ouvrage gaiement illustré, les auteures, psychologues spécialistes de l’éducation, réhabilitent le questionnement et la curiosité des enfants de la maternelle à la fin de leurs études et redonnent confiance aux adultes qui les accompagnent. Leur mission est de révolutionner les méthodes d’apprentissage pour permettre à chacun de réveiller son profond désir d’apprendre, dans la joie et la bonne humeur !

Ma chronique à ce lien.

Commander Apprendre Autrement avec la Pédagogie Positive sur Amazon.

 

 

objectif mémoire2. Objectif mémoire : orienté moyens de mémorisation

Mémoriser rapidement vos cours, comprendre mieux et plus vite, réviser avec efficacité, vous en rêvez ? Au moyen d’exercices ludiques et d’exemples concrets, ce livre se met au service de votre succès et vous aide à : comprendre comment fonctionne votre mémoire ; découvrir votre profil d’apprentissage ; trouver des procédés mnémotechniques qui vous correspondent ; organiser votre travail et vos révisions ; réaliser des fiches, des Mind Maps.; “cartonner” le jour J !

Associé au site Internet donnezdusens, cet ouvrage vous offre des clés précieuses pour réussir vos études !

Commander Objectif mémoire : Au lycée et à l’université, (re)trouvez le goût de travailler avec plaisir et efficacité sur Amazon.

 

 

mais qu'est ce qui l'empêche de réussir3. Mais qu’est-ce qui l’empêche de réussir : mieux comprendre et accompagner les troubles spécifiques de l’apprentissage (TDAH, dyslexie, haut potentiel…)

Mais qu est-ce qui empêche un enfant de réussir ? Tous les enfants veulent réussir et tous les parents souhaitent voir leur enfant heureux !
Alors, quand la difficulté est là, une seule attitude : comprendre, comprendre vraiment, pour mieux accompagner. Bien identifier la nature des difficultés pour que cet enfant-là, à ce moment-là de son histoire, puisse être relancé sur le chemin de sa réussite, de son plein épanouissement. Une démarche essentielle pour l avenir de l enfant. Pour son projet de vie.
Est-ce un trouble des apprentissages du club des dys ? Un trouble de l attention, une difficulté de mémoire, de raisonnement ? Est-ce un enfant surdoué ? S agit-il plutôt, ou aussi, d un manque de confiance en soi, d un problème affectif envahissant qui empêche de penser, de travailler ?
Ce livre invite chacun, parents et professionnels, à découvrir et à comprendre les mécanismes cognitifs et affectifs, toujours intriqués, qui peuvent entraver la dynamique scolaire et personnelle. Un livre pour savoir comment faire et permettre à chaque enfant, à chaque ado d avancer sur SA route.
Un outil incontournable pour aider efficacement tous les enfants à retrouver leur dynamique de réussite. Toute leur réussite !

Commander Mais qu’est-ce qui l’empêche de réussir sur Amazon.

 

 

apprendre à apprendre4. Apprendre à apprendre : un condensé efficace à petit prix

Apprendre efficacement et intelligemment, d’accord, mais comment s’y prend-on ? Bien se connaître et tirer les enseignements de ses erreurs sont les deux préalables indispensables pour s’organiser et se fabriquer des ” trucs ” infaillibles.

Et puis, il faut savoir où l’on va, poser calmement les problèmes pour pouvoir les résoudre, sans oublier de prendre en compte notre corps, cet allié trop souvent négligé…

Grâce à des exemples concrets et à de précieux conseils, aussi simples que pratiques, cette méthode permet de mieux appréhender ses études et de gagner du temps !

Commander Apprendre à apprendre sur Amazon (3 €)

 

 

j'aide mon enfant à mieux apprendre5. J’aide mon enfant à mieux apprendre : focus sur les intelligences multiples

“L’heure des devoirs et des leçons” fait partie du quotidien vécu chaque jour par les enfants et les adolescents, une fois sortis de l’école.

Pour certains, l’autonomie est totale, pour d’autres une aide est proposée ou imposée par un adulte. Ce temps passé entre enfant et adulte peut être d’une grande richesse, ou bien générer tensions et souffrances.

Comment faire pour éviter d’en arriver aux cris, aux punitions, aux chantages divers, aux injures, tout cela à cause d’une leçon de géographie ou d’un exercice de mathématiques ?

Ce livre, essentiellement pratique, vous propose des outils d’apprentissage et des manières de faire pour bien vivre ces moments-là.

Commander J’aide mon enfant à mieux apprendre sur Amazon.

 

 

donner l'envie d'apprendre6. Donner l’envie d’apprendre : plein de stratégies pour (r)éveiller le désir d’apprendre

Un ouvrage qui vous explique, de façon concrète, comment se construisent, à l’école et à la maison, les compétences de vos enfants et comment vous pouvez les accompagner dans leur scolarité en leur donnant l’envie d’apprendre.

 

Ce livre aborde le travail scolaire autrement, explore les compétences et savoir-faire indispensables à l’épanouissement de l’enfant.

Les enseignants trouveront également ce livre fort utile. Ils y (re)découvriront :
• Les notions de base de la psychologie de l’apprentissage comme la motivation ou l’organisation de la pensée.
• Des solutions aux difficultés majeures de l’élève comme la non-compréhension dans la lecture.
• La nécessité de faire mémoriser des réussites pour favoriser l’estime de soi.
• Les mécanismes en jeu dans l’attention et la mémorisation pour installer des méthodes qui marchent.
• L’importance du corps et de ses rythmes.

Mieux connaître l’enfant, et non seulement l’élève, en prise avec l’apprentissage est un plus quand il s’agit d’enseigner et une aide à l’épanouissement des potentialités de l’élève.

Commander Donner l’envie d’apprendre: Comment aider vos enfants à réussir à l’école sur Amazon.

 

 

Génie toi-même !7. Génie toi-même : la créativité au service des apprentissages scolaires

Dans ce livre passionnant et très pratique, les génies donnent leurs meilleurs conseils : prends des notes, comme Léonard de Vinci : pose-toi des questions, comme Darwin ; pense en images, comme Einstein ; travaille avec méthode, comme Agatha Christie…

Sur chaque page, tu trouveras un foisonnement d’anecdotes, de jeux ou d’exercices stimulants qui développeront «pensée géniale» selon trois axes : être curieux, imaginatif et déterminé.

Les génies pensent-ils différemment des autres hommes ? Et si oui, comment s’y prendre pour adopter leurs idées, trucs et astuces ?

Tel est le fil rouge de cet ouvrage qui propose, sous la forme d’un livre interactif, de s’inspirer des méthodes de création de grands génies de l’histoire humaine. Salvador Dali, Charlie Chaplin, Thomas Edison, Vincent Van Gogh ou le philosophe grec Héraclite : ces penseurs, artistes ou scientifiques incontestables ont tous mis en pratique des techniques de créativité originales et parfois amusantes, que Génie toi-même ! reprend, prolonge et enrichit en 27 fiches d’activités à concrétiser soi-même. À l’attention de toute la famille, une mine de trouvailles à la fois pratiques, ludiques, futées ou loufoques, pour s’amuser en se cultivant et réciproquement.

J’utilise ce livre de manière intensive avec les élèves que j’accompagne :-).

Commander Génie toi-même ! sur Amazon.

 

 

tout est là juste là8. Tout est là, juste là : pour une meilleure gestion du stress et des émotions

La méditation de pleine conscience, c’est apprendre à être vraiment présent. Être présent à ce que l’on vit. Au moment où on le vit. Juste maintenant. C’est cela qui change tout. Pour chacun d’entre nous, pour les enfants et les ados aussi !

Les objectifs de ce livre :

– aider les enfants à grandir, à s’épanouir, à vivre mieux, à résister à la dispersion, à être moins stressés, plus concentrés.

– leur permettre de se relier, à chaque instant, à toutes leurs ressources.

Ainsi pourront-ils devenir des adultes bien dans leur tête, dans leur coeur, dans leur vie, en accord profond avec ce qu’ils sont.
– La méditation de pleine conscience est un outil médical performant.
– Un CD inclus pour pratiquer les exercices de méditation.
– Des conseils pratiques et concrets pour pratiquer la méditation avec les enfants et les adolescents.
– Dans des situations particulières d’agitation, de manque de concentration, de troubles du sommeil.

Ce livre propose une découverte riche de la psychologie positive, avec un gros accent sur la méditation de pleine conscience. J’utilise le CD qui propose 12 séances de méditation pour les enfants et les adolescents.

Commander Tout est là, juste là: Méditation de pleine conscience pour les enfants et les ados aussi sur Amazon.

 

trouver son élément9. Trouver son Élément : découvrir ses talents et ses passions

Après la théorie de ” L’Élément”, best-seller international… place à la pratique !

Connaissez-vous vos talents ? Qu’aimez-vous vraiment faire ? Où en êtes-vous dans votre vie ? Comment aider vos enfants à trouver leur voie ?

Si vous cherchez des réponses à ces questions, ce livre est pour vous.

Ken Robinson y retranscrit de nombreux témoignages édifiants de personnes qui ont finalement trouvé leur voie et propose une série d’exercices pratiques pour vous aider à découvrir la vôtre.

 

Commander Trouver son Elément sur Amazon.

 

chouette c'est l'heure des devoirs10. Chouette, c’est l’heure des devoirs : se mettre aux devoirs dans la joie !

50 idées pour aider votre enfant à travailler joyeusement à la maison grâce à la pédagogie positive.

Comment motiver un enfant qui a passé 6 heures assis à l’école à se mettre à faire ses devoirs ?
Comment inventer une nouvelle façon d’apprendre ?

Ce livre propose aux parents des outils pour aider les enfants à faire leurs devoirs à la maison et surtout faire de cette corvée un moment de complicité et de plaisir d’apprendre.

Les « 50 recettes » ont été créées par l’auteur, professeur et papa de 3 enfants. Les fiches/jeux sont classées par étape:
-Être complice
-Commencer
-Créer l’ambiance
-S’organiser
-Apprendre à apprendre
-Explorer/être curieux
-Terminer.

Pour chacune d’entre elles, il est noté le temps de mise en œuvre, le matériel nécessaire et le degré d’énergie et de concentration requis de l’enfant.

Commander Chouette c’est l’heure des devoirs ! sur Amazon.

Enregistrer

Enregistrer