Donner du sens aux choses à apprendre par coeur (pour plus d’efficacité)

Donner du sens aux choses à apprendre par coeur (pour plus d’efficacité)

Donner du sens aux choses à apprendre par coeur

Dans son livre Au secours ! Mon ado ne veut pas travailler, Isabelle Sandillon rappelle que l’objectif d’apprendre par cœur a un sens car toutes nos connaissances sont en lien avec la réalité. Tout le monde a besoin, à un moment ou un autre dans sa vie, de faire appel aux connaissances emmagasinées dans la mémoire : nommer l’endroit précis du corps où on a mal, tenir une discussion compréhensible avec une personne qui parle une langue étrangère, écrire une lettre de motivation sans erreur d’orthographe…

La position d’Isabelle Sandillon rappelle celle de Daniel T. Willingham. Selon lui, la culture générale est une condition sine qua non de l’apprentissage de compétences.

Daniel T. Willingham réfute les idées selon lesquelles, d’une part, il est inutile de mémoriser des faits à notre époque, sachant qu’on peut toujours aller se renseigner et trouver les informations dont on a besoin  sur internet et, d’autre part, les faits eux-mêmes changent si rapidement que la moitié des informations mémorisées seront obsolètes dans cinq ans.

Daniel T. Willingham définit l’action de réfléchir comme une nouvelle façon de combiner les informations. Les informations en question peuvent provenir de la mémoire à long terme (des faits que nous avons mémorisés) ou de l’environnement. Pour pouvoir bien réfléchir, il faut connaître les faits. Les processus tels que le raisonnement ou la résolution de problèmes sont liés aux connaissances factuelles qui sont entreposées dans notre mémoire à long terme (et pas seulement celles qu’on trouve dans l’environnement).

Plus on sait, plus il est facile de savoir. – Daniel T. Willingham

Pour donner du sens aux connaissances à apprendre par coeur, il est utile d’avoir en tête l’utilité de cet apprentissage mais également de se projeter dans les demandes de l’enseignant (quel type d’exercices, quelles questions aux évaluations…).

Par exemple, apprendre par coeur les formes du preterit des verbes irréguliers en anglais permet 1) de construire des phrases au passé compréhensibles par tous les autres anglophones et 2) de répondre aux attentes du professeur lors de l’évaluation (exemples : donner la forme preterit à partir de la base verbale, retrouver la base verbale à partir du preterit, passer des phrases en anglais du présent au preterit, traduire des phrases au passé du français à l’anglais…).

Apprendre par coeur a un vrai sens au niveau global (élever son niveau de connaissance) et un vrai sens du point de vue de la matière concernée (cela permet d’améliorer son niveau de compréhension et de maîtrise de cette matière). – Isabelle Sandillon

Isabelle Sandillon conseille d’inviter les enfants et adolescents qui ont des données à apprendre par coeur à :

question compréhension gestion mentale

 

  • se projeter dans le ou les exercice(s) demandé(s) par l’enseignant et visualiser ce qui est attendu : la nature des attentes (restitution orale, écrite, QCM, problèmes utilisant les données à apprendre en situation, nombre d’exercices…) et les circonstances matérielles (contrôle, concours, salle de classe habituelle ou autre lieu, présence d’autres adultes que le prof, jury, durée de l’épreuve…);

 

  • entrer dans le coeur des apprentissages en ayant abordé les deux premiers points pour savoir où aller et comment y aller. 

Pour aller plus loin dans le “comment y aller”, voici quelques ressources :  La méthode des lieux (ou méthode de Loci) : une méthode très efficace pour apprendre par coeur

……………………………………..
Au secours ! Mon ado ne veut pas travailler...: des solutions simples, efficaces et faciles à mettre en oeuvre de Isabelle Sandillon (éditions Eyrolles). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Au secours ! Mon ado ne veut pas travailler… sur Amazon ou sur Decitre.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *