La danse de l’abeille : apprendre à contrôler l’attention (et éviter les distractions)

La danse de l’abeille : apprendre à contrôler l’attention (et éviter les distractions)

abeille regard concentration

Dans son livre Les petites bulles de l’attention, Jean-Philippe Lachaux, directeur de recherche en neuroscience cognitives, explique que le regard fait sans arrête des petits sauts. Même quand on a l’impression qu’il est posé sur une chose en particulier, il ne tient pas en place. C’est la raison pour laquelle le neuroscientifique compare le regard à une abeille.

L'”abeille-regard” vit sa vie et on ne peut pas contrôler tous ses déplacements. Apprendre à contrôler son attention et rester concentré, c’est apprendre à apprivoiser son abeille-regard. On peut apprendre à reconnaître la présence de l’abeille, à la ramener gentiment sur le tableau ou sur la page quand elle part vers la fenêtre ou la tête du voisin de classe.

En effet, quand l’abeille s’est posée quelque part, le regard se porte sur l’objet en question et les neurones se mettent au travail  pour se souvenir ce qui est habituellement fait avec cet objet (par exemple, trousse -> fermeture -> ouvrir et fermer). Jean-Philippe Lachaux constate qu’on se laisse parfois distraire par ce qu’on a sous les yeux juste parce que “l’abeille un peu fofolle” est partie se promener.

Quand on se laisse distraire, c’est souvent que notre abeille est partie faire un tour comme un chien qui aurait flairé un bel os; elle se pose et tous nos petits gestes automatiques se mettent en route.

Jean-Philippe Lachaux conseille alors, en cas de distraction, de commencer par se demander ce que fait l’abeille. Est-ce qu’elle part dans tous les sens ? Qu’est-ce qu’elle cherche ? Où devrait-elle être ? Puis-je la ramener tranquillement ?

Le neuroscientifique propose des petits exercices réguliers pour apprendre à contrôler l’abeille : garder le regard sur un objet aussi longtemps que possible au cours de son usage (par exemple, au moment de mettre la table, garder le regard sur une assiette de la sortie du placard jusqu’au dépôt sur la table; au moment de préparer le sac, garder le regard sur le cahier à ranger du bureau jusqu’au cartable sans rien faire d’autre, sans détourner le regard).

Cette image de l’abeille peut être utile pour comprendre en quoi le contrôle du regard a un rôle important dans la capacité à se concentrer. Quand on a envie de regarder quelque part, c’est parce que l’attention est déjà partie.  Par exemple, en pleine session de révision ou en cours, le regard va se poser sur la poche ou le sac et la la main se tendre pour saisir le téléphone. Pourtant, on a une force de décision et de contrôle : on n’est pas obligé de céder à chaque fois aux distractions et on est libre de décider de rediriger le regard (et la main) vers ce qui est ici et maintenant. Surveiller l’abeille, c’est, dans un premier temps, se demander régulièrement : que fait-elle ? où va-t-elle ? qui lui a dit d’aller là ? puis, dans un deuxième temps, c’est ramener tranquillement l’abeille là où elle doit être.

Pour faciliter le contrôle de l’abeille, il vaut mieux faire un peu de rangement pour enlever de la vue ce qui l’attire sans arrêt.

…………………………………….
Les petites bulles de l’attention : Se concentrer dans un monde de distractions de Jean-Philippe Lachaux (éditions Odile Jacob). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Les petites bulles de l’attention sur Amazon ou sur Decitre

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *