Réviser : une méthode de révision efficace grâce à un travail personnel et actif

Réviser : une méthode de révision efficace grâce à un travail personnel et actif

une méthode de révision efficace

Dans son livre Savoir par cœur sans apprendre par cœur, Michèle Temam explique que la réussite entraîne la réussite et insiste sur l’intérêt d’acquérir une méthode efficace d’apprentissage. Elle ajoute que gérer son stress passe également par une bonne méthode d’apprentissage. Une méthode efficace passe nécessairement par des techniques d’appropriation du savoir, qui ne peuvent pas se réduire à des lectures et relectures lors des révisions.

Michèle Temam regrette que de nombreux d’étudiants pensent que leurs trous de mémoire sont dûs au stress. Pourtant, ils sont plus souvent dûs à un apprentissage superficiel et des révisions reposant uniquement sur des lectures répétées.

Michèle Temam a conçu une méthode de révision avec des bases d’apprentissage solides. Cette méthode s’appuie sur l’acquisition d’une vision globale du sujet grâce à un travail de révision personnel et actif :

  • des lectures tissées :
    • lecture entière globale du support (leçon, chapitre, livre…)
    • puis relectures avec un angle d’attaque sur lequel se focaliser pour chaque relecture

 

  • du travail personnel d’appropriation du support :
    • surligneur d’une même couleur les éléments relevant d’un angle d’attaque,
    • intégrer des éléments signalétiques pour les passages importants,
    • souligner les titres de même niveau d’une couleur identique,
    • noter des numéros de page dans la marge pour faire des liens sur une même notion abordée plusieurs fois dans une leçon ou un livre.

 

  • des “tiroirs mentaux” qui consistent à regrouper les éléments concernant une notion fondamentale expliquée différemment dans une même leçon (ou plus)
    • organiser les idées dans des rubriques de classification
    • regrouper des éléments pertinent dans des catégories bien étiquetées (nom pertinent pour englober les éléments inclus)

 

  • des microfiches de travail qui rendent compte du cheminement de la pensée qui a permis de comprendre le sujet (les “tickets de bus”)
    • schémas synthétiques et dessins
    • hiérarchisation des informations
    • sigles, symboles, indices graphiques (tirets, flèches…) et acronymes personnels
    • restitution des informations grâce à de accroches
    • abstraction minimale

 

  • des auto tests sous forme de QCM inventés,
    • d’abord à livre (ou leçon) ouvert
    • puis à livre fermé,
    • avec correction de toutes les réponses (corriger les réponses justes conforte le savoir et la confiance tandis que corriger les fausses permet de comprendre d’où vient l’erreur et de rectifier),
    • en mathématiques, les QCM peuvent être complétés ou remplacés par des exercices et problèmes vus en classe ou dont les énoncés ont la même structure.

 

Selon Michèle Temam, la création de ces parcours cognitifs lors des révisions permettent d’établir une cartographie mentale du sujet. Par exemple, les tiroirs mentaux permettront, par la simple évocation d’un titre, de rappeler l’ensemble du contenu.

 

Les principes de la mémorisation à long terme à connaître pour des révisions efficaces

La méthode de mémorisation de Michèle Temam repose sur plusieurs principes :

  • L’expertise favorise la mémorisation : apprendre à partir de rien nécessite un travail de mémorisation pur, rébarbatif mais la construction du savoir se fait par accumulation progressive des connaissances, en “greffant” les nouvelles informations sur celles qui existent déjà.

 

  • Il faut limiter le nombre d’éléments à mémoriser par vagues successives en les classant et en les hiérarchisant (ex : grouper des éléments à mémoriser sous 4 rubriques avec une étiquette précise puis, si le nombre d’éléments dépasse 4 dans cette catégorie, créer une nouvelle catégorisation en sous-groupes, et ainsi de suite, afin d’obtenir un arbre d’informations).

 

  • L’expertise ne dépend pas nécessairement de l’âge mais de l’exposition au domaine concerné. Il est toujours utile de rattacher les nouvelles données aux connaissances sémantiques déjà acquises.

 

  • Utiliser des procédures de classement permet de retenir des informations quand elles sont trop nombreuses ou complexes.

 

Focalisez toute votre énergie à identifier, comparer, rejeter les détails, fractionner et réunifier, analyser et synthétiser, décomposer et globaliser. Mettez en évidence les éléments essentiels, façonnez le support à votre image, coloriez-le, plantez-y vos panneaux de signalisation. N’attendez pas d’en savoir parfaitement le contenu pour commencer à faire des QCM que vous trouverez dans les annales des années précédentes, et commencez à les faire à livre ouvert. Astreignez-vous à chercher les réponses en feuilletant votre livre, et allez les traquer partout où vous pouvez les trouver, pour vous approprier le support. Faites preuve d’imagination, inventez-vous des questions, des chemins d’apprentissage. – Michèle Temam

……………….

Source : Savoir par cœur sans apprendre par cœur de Michèle Temam (éditions Odile Jacob). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Savoir par cœur sans apprendre par cœur sur Amazon, sur Decitre ou sur Cultura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *