De la pâte à modeler pour apprendre à lire ?

De la pâte à modeler pour apprendre à lire ?

De la pâte à modeler pour apprendre à lire _

Dans son livre Pour ne plus ramer à l’école : une méthode de travail pour les dys, les haut-potentiel et les autres, Chantal Wyseur s’appuie sur les principes de la méthode Davis® pour expliquer en quoi certains enfants ont besoin de toucher pour apprendre. Elles regrette que de nombreux enseignants ne comprennent pas que certains enfants aient besoin de toucher les lettres pour apprendre à lire.

Elle insiste sur l’importance de proposer de la pâte à modeler en classe pour permettre aux enfants, notamment dyslexiques, de toucher pour apprendre. C’est d’autant plus important pour l’apprentissage de la lecture car les enfants “penseurs en film” ont besoin de mouvement réels ou imaginaires avant la verbalisation.

Le fonctionnement cognitif des élèves “penseurs en film”

Les élèves “penseurs en film” ont un fonctionnement cognitif particulier qui les dessert à l’école traditionnelle. Ces élèves ont besoin de se projeter eux-mêmes, de se voir agir dans un film, de bouger et toucher les lettres pour écrire et les chiffres pour calculer.

Chantal Wyseur explique ce fonctionnement en 3 étapes :

1. En imagination ou en “vrai”, l’élève bouge, touche, en ressentant simultanément des sensations et des émotions vécues et liées au mot ou à l’idée exposée. Il se fait donc un film.

2.L’élève se parle dans la tête et/ou à haute voix en mettant en mots ce qu’il imagine ou ressent.

3.L’élève pense à l’idée précise désigné par le mot en voyant une image fixe sur son écran mental, dans la tête.

Ces trois étapes se passent rapidement mais il manque souvent la première étape à l’école.

Les élèves “penseurs en film” ont besoin de toucher des objets (par exemple, fabriquer des lettres en pâte à modeler ou déplacer des pions dans une maquette) ou de se projeter dans un scénario qui leur apporte du plaisir et qui les met en position active.

Apprendre à lire pour les élèves “penseurs en film”

Chantal Wyseur écrit que ces élèves ont besoin de fabriquer et de toucher chaque lettre de l’alphabet avant de commencer à lire et de s’habituer à lire lettre par lettre puis le mot.

Grâce à cette double préparation mentale (modelage des lettres + lecture analytique), les élèves “penseurs en film” ne regardent plus les mots comme des images en soi (l’image du mot avec la forme des lettres plutôt que l’image du signifié) mais leur cerveau comprend que c’est un code à transformer en film. Pour un apprentissage efficace de la lecture, les enfants “penseurs en film” ont besoin de toucher et de prononcer la lettre jusqu’à la maîtrise de l’alphabet.

Il suffirait d’accepter qu’un quart environ des élèves ait besoin de matériel concret jusqu’à la fin de l’enseignement fondamental. Il suffirait de mettre quelques kilos de pâte à modeler dans chaque classe primaire, d’instaurer un règlement pour son utilisation et de la proposer à ceux qui en ont besoin. Pas à tout le monde. Ceux qui n’en ont pas besoin vont jouer, faire des boulettes, les lancer etc. – Chantal Wyseur

……………………………………………
Source : Pour ne plus ramer à l’école : une méthode de travail pour les dys, les haut-potentiel et les autres de Chantal Wyseur (éditions Desclée de Brouwer). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Pour ne plus ramer à l’école sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *