Aménager l’environnement de la classe pour favoriser l’autonomie des enfants en maternelle

Aménager l’environnement de la classe pour favoriser l’autonomie des enfants en maternelle

Aménager l'environnement de la classe pour favoriser l'autonomie des enfants en maternelle

Crédit illustration : freepik.com

 

Dans leur livre 100 idées pour développer l’autonomie des enfants grâce à l’ergothérapie, Juliette Lequinio et Gwendoline Janot proposent des idées pour structurer l’environnement d’une classe en maternelle. Les deux ergothérapeutes rappellent que l’autonomie est un concept-clé en ergothérapie. Les idées qu’elles proposent s’inspirent de la pédagogie Montessori pour l’aménagement de l’environnement.

Aménager les activités par zones

Juliette Lequinio et Gwendoline Janot suggèrent d’aménager les activités par zones et de disposer le matériel sur de petites étagères facilement accessibles pour que les élèves puissent se servir seuls.

Exemples :

  • disposer des craies en libre service à côté d’un tableau noir sur lequel les enfants ont le droit de dessiner ou écrire librement,
  • installer les jeux de construction près d’un tapis sur lequel les enfants pourront jouer,
  • prévoir le coin peinture à proximité d’un évier pour faciliter le nettoyage,
  • rendre le rangement facile en mettant des images de chaque élément sur les tiroirs/ caisses dans lesquels ces éléments se rangent.

Faire tourner le matériel entre deux périodes pour désencombrer l’espace

Effectuer des roulements du matériel d’une période à l’autre n’est pas si simple qu’il n’y paraît car cela suppose de bien choisir les jeux et jouets pour assurer une variété suffisante de compétences travaillées. Le roulement de jouets et du matériel renouvelle l’intérêt des enfant pour des matériels qu’ils prennent plaisir à redécouvrir alors qu’ils les avaient négligés quelque temps auparavant.

Encourager les activités qui développent l’autonomie

La pédagogie Montessori insiste beaucoup sur la notion d’adaptation de l’environnement et du matériel à la taille et aux besoins des enfants. Cela peut passer par des petites éponges adaptées à la taille des mains des enfants pour qu’ils nettoient eux-mêmes la table, des chemises de poupées avec des boutons à boutonner et déboutonner ou encore des petites carafes pour que les enfants se servent eux-mêmes à boire.

Pour aller plus loin : Je me lance en Montessori : les clés d’une préparation réussie pour l’école maternelle (y compris publique)

Aménager un coin repos

Tous les enfants ne gèrent pas la fatigue de la même manière. Autoriser à toute heure un temps de repos aide les enfants à se ressourcer et à revenir participer plus sereinement aux activités de la classe ensuite. Cela peut être une tente en tissu avec un tapis épais ou des gros coussins puis quelques doudous et des couvertures.

Lire aussi : Les classes flexibles : repenser l’organisation de la classe en fonction des besoins des élèves

Proposer des affichages adaptés

Les affichages, même soigneusement sélectionnés et créés avec des jolis couleurs et pictos, peuvent être des sources de distraction et/ou des surstimulations difficiles à gérer pour les enfants. Juliette Lequinio et Gwendoline Janot écrivent qu’un environnement épuré favorise l’attention et la concentration des élèves en maternelle (mais aussi dans les plus grandes classes).

Quelques idées pour épurer les affichages :

  • exposer les œuvres d’art dans le couloir plutôt que dans la classe ou contre la vitre pour qu’elles soient visibles depuis l’extérieur
  • proposer la date sous forme d’étiquettes rangées dans une pochette sans laisser visibles les sept jours de la semaine

Aménager la cour de récréation

Juliette Lequinio et Gwendoline Janot rejoignent les idées développées par Bruno Humbeeck qu’ils proposent pour lutter contre le harcèlement scolaire. Il s’agit de délimiter des zones circonscrites et dédiées à une activité en particulier dans la cour :

  • un espace circonscrit pour les jeux de ballon (délimité par un code couleur par exemple en peignant chaque partie du sol avec une couleur différente pour visualiser les espaces en un coup d’oeil); un espace dédié aux jeux calmes qui autorise les cerceaux, les échasses, les cordes à sauter etc…; un autre coin qui sera le coin calme où aucun matériel (ni ballon ni corde à sauter ou autre jeu) n’est admis à part des livres et des crayons pour dessiner (et peut-être laisser les enfants dessiner par terre dans ce coin);

 

  • un banc des copains : ce type de banc est comme une “station de bus” où les élèves attendent d’être le passager d’un jeu dans lequel les autres enfants vont l’embarquer. L’idée est d’en faire un endroit joli, attrayant, bien identifié, qui stimule l’empathie naturelle des enfants. les enfants seuls peuvent s’y asseoir et lance le message aux autres qu’il attend d’être intégré dans un jeu.

 

………………………………….
Source : 100 idées pour développer l’autonomie des enfants grâce à l’ergothérapie de Juliette Lequinio et Gwendoline Janot (éditions Tom Pousse). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander 100 idées pour développer l’autonomie des enfants grâce à l’ergothérapie sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *