Scolarité : le piège de la facilité chez les enfants et adolescents à haut potentiel intellectuel

Scolarité : le piège de la facilité chez les enfants et adolescents à haut potentiel intellectuel

piège facilité scolarité haut potentiel

Arielle Adda est psychologue spécialisée dans l’accompagnement des enfants dits surdoués ou à haut potentiel intellectuel. Dans son livre Psychologie des enfants très doués, elle écrit que certains enfants à haut potentiel intellectuel estiment tout naturel de réviser un cours et de l’apprendre, de prendre le temps de noter et faire leurs devoirs, mais que d’autres ignorent tout travail scolaire et se fient à une facilité intellectuelle qui leur permet de réussir un contrôle qu’ils n’ont pas révisé.

Ces derniers vont présenter une attitude distraite lors de leur scolarité, mais aussi parfois empreinte d’un ennui pesant quand ils ont l’impression d’entendre des données qu’ils pensent connaître depuis toujours. Ils ne comprennent pas comment il est possible d’être “mauvais élève” puisqu’ils arrivent à suivre sans la moindre peine. Ils connaissent la plupart des informations contenues dans les leçons parce qu’ils les ont “glanées” au fil de lectures, d’émissions ou de conversations entendues.

Arielle Adda note que ces élèves à haut potentiel veillent à conserver leurs amis ou, à minimum, à ne pas passer pour les “martiens” de service en faisant attention à ne pas dépasser outrageusement les autres élèves. Ils font donc le strict minimum en s’appuyant sur la facilité que leur procure leur haut potentiel intellectuel.

Pourtant arrive un moment où cette facilité ne fonctionne plus, généralement au collège, ou plus tard, au lycée ou encore, de façon plus dramatique, en classe préparatoire, en médecine, à la fac ou en grande école.

En effet, plus les études se complexifient, moins il devient impossible d’apprendre un cours simplement en écoutant le professeur ou en le lisant une fois la veille au soir.

Ces élèves se trouvent confronter à la difficulté de développer une démonstration en mathématiques, parce que la réponse s’était toujours imposée d’elle-même auparavant et parce que les étapes n’avaient pas besoin d’être détaillées méthodiquement.  Ils peuvent avoir du mal à se contraindre à passer des heures à rédiger des devoirs ou à préparer des exposés : jusque-là quelques instants d’intense concentration suffisaient.

Arielle Adda alerte sur le fait que la facilité scolaire se referme alors comme un piège.

L’adolescent pense avoir perdu tout pouvoir, toutes ses qualités se sont effacées, son image, reflétée par ses notes devenues catastrophiques, s’est fracassée. Il plonge dans un désarroi si profond qu’il pourrait s’y engloutir si on ne venait à son secours en lui révélant qu’il existe des méthodes de travail, efficaces et accessibles. – Arielle Adda

>>>Des exemples de méthodes de travail efficaces et accessibles : 10 techniques de travail pour retenir ses cours efficacement

Ainsi, il est essentiel de donner aux enfants à haut potentiel intellectuel le goût de l’effort dès leur plus jeune âge, c’est-à-dire dès la maternelle :

  • en les faisant travailler leurs points faibles,
  • en les incitant à exercer leur mémoire (notamment par le jeu),
  • en les entraînant à faire leurs devoirs sans traîner pour éviter les étourderies provoquées par l’urgence,
  • en insistant sur l’état d’esprit de croissance (la capacité à progresser tout au long de la vie grâce aux efforts et à l’entraînement),
  • en leur demandant d’expliciter leurs raisonnements,
  • en encourageant les efforts, les stratégies, le processus, les progrès plutôt que les résultats.

encourager les enfants

………………………………………………………………..

Source : Psychologie des enfants très doués de Arielle Adda (éditions Odile Jacob). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Psychologie des enfants très doués sur Amazon ou sur Decitre

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *