livres leçons de choses sciences enfants

Petites leçons de choses : classique et efficace pour enseigner les sciences aux enfants

Petites leçons de choses : classique et efficace pour enseigner les sciences aux enfants

Présentation

petites-lecons-de-choses

 

La leçon de choses est un moyen classique et efficace d’enseigner les sciences aux enfants : à partir de l’observation d’objets du quotidien, ils apprennent à reproduire des schémas, à faire des expériences, à nommer, distinguer, classer, réfléchir…

 

Petites leçons de choses de Jean-Pierre Picandet (éditions La Librairie des Ecoles) comporte :

  • 70 leçons de choses inspirées des objets de la vie de tous les jours
  • des planches de dessins réalistes pour s’entraîner à observer et à réfléchir
  • plus de 200 expériences à réaliser seul ou avec l’aide d’un adulte

gland-lecon-de-choses

Les points forts

L’observation et la manipulation proposées : les apprentissages partent du concret. Les leçons de choses du livre reposent toujours sur trois principes simples :

  1. la présentation d’objets concrets,
  2. la sollicitation des cinq sens pour toucher, sentir, remarquer les caractéristiques, comparer avec ce qui est déjà connu,
  3. l’observation attentive pour décrire et nommer.

leçons de choses

Les leçons de choses portent sur des “choses” du quotidien, apportent des réponses aux questions que les enfants se posent sur leur entourage proche :

  • des objets familiers (crayons, feuille de papier, craies, plâtre…)
  • des animaux de l’entourage (abeilles, escargots, poissons…)
  • des fleurs, des plantes et des arbres de l’environnement proche (noisettes, champignons, tilleul, blé, houx…)
  • des aliments présents dans la cuisine ou au marché (orange, oignon, beurre, pain, miel, noix…)
  • des éléments naturels (les différents états de l’eau, le sable, l’argile, la laine…)
  • le corps humain (le squelette, le sang, la peau, les dents…)

leçons de choses enfants

De nombreuses expériences sont décrites pour inviter les enfants à expérimenter et découvrir les propriétés ou les usages de certains matériaux, de certains aliments (ex : le sucre peut être écrasé, chauffé, dissous dans l’eau).

La mise en page est agréable et richement illustrée.

livre de sciences enfants

Le texte est pertinent et dit juste ce qu’il faut (ni trop, ni trop peu). On y parle nervure, rameau, isolant thermique, gypse, cardage, condensation…

Ma fille s’est vraiment appropriée ce livre et aime le feuilleter. Certaines expériences nécessitent la présence d’un adulte et c’est l’occasion de faire des sciences ensemble.

Dès 6 ans. Un livre utilisé par des nombreuses familles pratiquant l’instruction en famille pour les sciences et la découverte du monde.

……………………………………………………………………………………………………………………….

Petites leçons de choses de Jean-Pierre Picandet (éditions La Librairie des Ecoles) est disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Petites leçons de choses sur Amazon.

Enregistrer

expression écrite histoire enfants

Expression écrite : 6 questions à se poser pour construire une histoire (pour guider les enfants à partir de 8 ans)

Expression écrite : 6 questions à se poser pour construire une histoire (pour guider les enfants à partir de 8 ans)

Dans son livre Faire écrire les enfants, Faly Stachak propose aux enfants de toujours commencer par se poser ces 6 questions pour poser les éléments d’une histoire écrite cohérente et intéressante. 

QUI ? 

Qui est le héros ou l’héroïne de l’histoire ?  A quoi ressemble-t-il/elle (physique, personnalité, habits, métier ou fonction, lieu de vie, qualités et défauts…) ?

Qui est l’adversaire du personnage principal ? A quoi ressemble-t-il (physique, personnalité, habits, métier ou fonction, lieu de vie…) ?

Quels sont les autres personnages (amis, famille, adultes, enfants, animaux de compagnie…) ? Le personnage principal va-t-il faire de nouvelles rencontres ? Y-a-t-il des personnages qui vont aider ou sauver le héros ou l’héroïne ? Qui sont-ils (animaux, humains, personnages imaginaires…) ?

QUAND ?

Quand a lieu cette histoire ? Est-ce dans le présent, dans le passé, dans le futur ?

A quel moment le héros va-t-il rencontrer des problèmes ?

A quel moment pourra-t-on dire que le problème est résolu ?

Où ?

Où l’action de départ se situe-t-elle ? Quelle description peut-on faire de ce lieu (la localisation, les couleurs, les odeurs, le paysage, les constructions, les éléments naturels…) ?

Où l’aventure va-t-elle emmener  le héros ou l’héroïne ?

Dans combien de lieux différents ?

Comment les personnages s’y rendent-ils ?

Où va-t-elle se terminer ?

QUOI ? (qu’est-ce qu’on y fait ? pour quoi faire ?)

Quelle est la situation de départ du héros ou de l’héroïne ?

Quel problème le héros ou l’héroïne va-t-il rencontrer ? Qui ou quoi est à l’origine de ce problème ?

Que veut-il/elle obtenir ? Quel est le but de la quête (un objet, une idée à défendre, un personne ou plusieurs personnes à délivrer…) ?

Dans quel but le héros ou l’héroïne va-t-il/elle se mettre en route ? Pour quoi faire ? Pour devenir qui ?

Est-ce une question de vie ou de mort ?

Quel effet, quelles conséquences cela a-t-il sur la vie du héros ?

POURQUOI ?

Quelles sont les causes du problème à résoudre ?

Quelles sont les raisons du conflit avec l’adversaire ?

Pourquoi est-ce que ce problème est difficile à résoudre ?

COMMENT ?

Comment le ou les adversaire(s) empêche(ent)-ils le héros ou l’héroïne d’atteindre son but ?

Que fait le héros ou l’héroïne pour surmonter les obstacles ?

Quelles actions seront mises en place ? Le personnage principal a-t-il besoin d’aide ? Devra-t-il se déplacer ? Devra-t-il se déguiser/ se cacher/ se battre/ ruser… ? Quel est l’enchaînement des actions s’il y en plusieurs ?

Quels sont les résultats de chacune des actions ? En cas d’échec, quelles autres solutions sont trouvées ?

Qu’est-ce qui a permis au héros ou à l’héroïne de ne pas craquer dans les moments difficiles ?

Que rapporte-t-il/elle de son aventure (récompense, objet…) ? Qu’y gagne-t-il (une renommée, de nouveaux amis, une leçon de sagesse, une meilleure situation financière…) ?

Quelle est la situation de fin ? Qu’est-ce qui a changé par-rapport à la situation de départ ?

 

Ces questions permettent de faire avancer une histoire et de remplir les trois parties de manière efficace pour le lecteur :

  • le début (présentation du personnage principal dans son monde habituel; mise en place du lieu, du temps et du décor; puis apparition du problème et préparation aux aventures),
  • le milieu, là où se joue le suspense (les difficultés se présentent; le courage et la détermination sont convoqués; la tension grimpe et il faut faire preuve de créativité; des personnages ressources apparaissent; les obstacles finissent pas être surmontés),
  • la fin, heureuse en général (le héros ou l’héroïne terrasse l’adversaire puis quitte le monde des aventures; il/elle rentre chez lui/elle avec l’objet de l’aventure; il/elle est changé.e et les anciennes connaissances le remercient, l’admirent et/ou écoutent le récit de cette expérience; un nouvel ordre est établi).

…………………………………………………………………………..

Source : Faire écrire les enfants : 300 propositions pour écrire des histoires de Faly Stachak  (éditions Eyrolles). Disponible en librairie, en médiathèque ou sur internet.
Commander Faire écrire les enfants : 300 propositions pour écrire des histoires sur Amazon.

obstacles créativité enfants

7 obstacles à la créativité des enfants (+ comment libérer la créativité des enfants)

7 obstacles à la créativité des enfants

La créativité embrasse tous les domaines d’activité du quotidien, pas seulement les pratiques artistiques.

Créer, c’est à la fois se situer dans l’environnement et agir sur cet environnement en y apportant sa marque propre. – Guyette Lyr

Marie Gervais, auteure de Libérons la créativité de nos enfants, nomme plusieurs obstacles à la créativité :

  1. les non réponses ou l’évitement des questions posées par les enfants,
  2. les négations des émotions des enfants, et notamment de leurs peurs (qui sapent la confiance en soi et en le monde),
  3. un trop plein d’interdictions (« il ne faut pas… ») et d’obligations (« il faut… »),
  4. des injonctions contradictoires (“laisse moi, trouve -toi une occupation” puis “mais tu ne peux pas rester tranquille et arrêter de faire des bêtises”),
  5. un emploi du temps de ministre (qui empêche le jeu libre et la gestion autonome du temps),
  6. un abus d’écran,
  7. la difficulté de faire émerger la pensée divergente à l’école avec les notes, les QCM, les classements et le système de punitions/récompenses.

 

2 facteurs pour lever les obstacles à la créativité des enfants

L’environnement matériel et l’attitude des parents sont essentiels pour que la créativité naturelle des enfants s’épanouisse.

les couleurs dans l espace montessori

1. Un environnement créatif stimulant

L’environnement joue un rôle important dans le potentiel créatif des enfants. Il est même considéré comme le troisième professeur dans la pédagogie Reggio.

Un environnement adapté et favorable

  • Voir la maison à hauteur d’enfant (avec des rangements accessibles, organisés, du matériel à disposition, du mobilier pratique et favorisant l’autonomie…)
  • Dédier une pièce ou un espace à la créativité avec du matériel varié accessible et disponible (un espace ouvert et décoré, stimulant où il est facile de se servir et de ranger)

Le matériel

Source : Racheous
Source : Racheous

Il vaut mieux éviter le matériel trop coûteux qui risque de nous crisper en cas de casse ou de mauvaise utilisation et d’adapter le matériel en fonction de l’évolution de l’enfant :

  • des pinceaux de toute taille,
  • des rouleaux en mousse,
  • des feutres,
  • des crayons de couleurs,
  • des crayons gras,
  • des craies,
  • des peintures de toute sorte (à l’eau avec les plus jeunes),
  • des bâtons en bois,
  • des boules de laine feutrée,
  • des paillettes,
  • des gommettes,
  • des plumes,
  • des règles de plusieurs tailles,
  • du carton,
  • des ciseaux,
  • de la colle,
  • du scotch,
  • des pochoirs,
  • des surligneurs fluos,
  • des aimants,
  • de l’argile,
  • des feuilles blanches et de couleurs,
  • des journaux,
  • des vieux prospectus,
  • des bouts de tissu,
  • de la tapisserie,
  • des marrons,
  • des glands…

argile reggio

Stocker et mettre en valeur

On essaiera de mettre en place un espace créatif où chaque chose a sa place afin que le rangement soit facile et rapide.

Pour éviter de jeter les créations sans se faire submerger, on pourra sélectionner avec les enfants ce qu’on garde et ce qu’on jette. On pourra aussi les exposer, de façon permanente ou en organisant des “expositions” ponctuelles.

On pourra ranger les œuvres que les enfants souhaitent conserver mais qui ne sont pas (ou plus) exposées dans des classeurs. On pourra ainsi les feuilleter régulièrement et se replonger dans des périodes de la vie des enfants à travers leurs créations artistiques.

2. Une attitude positive pour un accompagnement ouvert et confiant de nos enfants

Cette attitude positive englobante nous invite à revoir nos façons de faire machinales, dans la manière que nous avons de nous adresser  à nos enfants, de les écouter, de leur répondre ou de les mettre en garde.

La créativité se nourrit d’émotionnel et a besoin de racines affectives et cela peut passer par :

  • favoriser le questionnement et l’autoriser,

  • accorder notre confiance aux enfants et avoir foi dans la nature de l’enfant,

S’ils ne connaissent qu’obligations et interdictions, comment pourront-ils développer cet amour du partage et de la découverte ? – Marie Gervais

  • impliquer les enfants dans la vie quotidienne,

Il est facile d’écarter les enfants de certaines tâches qui demandent un temps d’apprentissage, parce que nous sommes fatigués, que nous n’avons pas envie de repasser derrière eux.. mais alors comment pourront-ils apprendre les gestes ? – Marie Gervais

  • montrer l’exemple (cultiver des passions, s’impliquer dans ce qui a du sens, partager des centres d’intérêt, faire preuve d’altruisme…),

Un enfant ne se nourrit pas de nos paroles mais de nos actes et de notre façon d’être. – Marie Gervais

  • accepter chaque enfant tel qu’il est sans les étiqueter.

Cessons de les catégoriser de manière positive (“il est doué”, “il est rapide”, “il est gentil”) ou négative (“il est brouillon”, “il est feignant”, “il est pataud”) : dans les deux cas, l’enfant est enfermé dans une image de lui qui ne représente qu’une petite partie de ce qu’il est à un moment donné ! – Marie Gervais

………………………………………………………………..

Source : Libérons la créativité de nos enfants de Marie Gervais (éditions La Martinière). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Libérons la créativité de nos enfants sur Amazon. 

stéréotype cerveau des filles

Le cerveau a-t-il un sexe ? (ou comment l’éducation et les stéréotypes entravent les performances des filles)

Le cerveau a-t-il un sexe ? (ou comment l’éducation et les stéréotypes entravent les performances des filles)

Je vous propose cette vidéo limpide et étayée scientifiquement qui reprend et infirme plusieurs idées reçues au sujet des différences de performances entre hommes et femmes.

Catherine Vidal est neurobiologiste et directrice de recherche à l’institut Pasteur. Elle a été promue chevalière de la Légion d’honneur en 2009.

Son intérêt porte sur les rapports entre science et société, en particulier les préjugés idéologiques sur le cerveau, le sexe et le déterminisme en biologie.

L’éducation et la culture jouent un rôle important sur l’estime de soi et les connexions neuronales car le cerveau a la capacité de se façonner en fonction de l’expérience et de l’apprentissage. C’est ce qu’on appelle la neuroplasticité (ou plasticité cérébrale).

En raison de la plasticité cérébrale, nous avons tous des cerveaux différents indépendamment de notre sexe.

Nous avons donc le pouvoir en tant qu’adultes (parents, enseignants, éducateurs) de briser les stéréotypes de genre et permettre à garçons et filles de déployer toutes leurs possibilités, indépendamment du déterminisme culturel qui assigne des rôles, des qualités et des limites en fonction du sexe. En effet, l’estime de soi et les stéréotypes de genre (du type les filles sont nulles en géométrie) influencent les résultats des tests (les résultats des filles à un même test diffèrent selon que ce test est présenté comme un test de géométrie ou de dessin…).

C’est l’éducation et non la biologie qui explique les différences de résultats entre les sexes à un même test. on comprend ainsi pourquoi l’éducation influencée par les stéréotypes de genre entrave les performances des filles… et l’urgence de prendre conscience de ces stéréotypes pour les dépasser.

……………………………………………………………………………………………………………………………

Catherine Vidal a écrit plusieurs livres, dont Cerveau, Sexe et Pouvoir (éditions Atlas). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet. 

Commander Cerveau, Sexe et Pouvoir sur Amazon.

Résumé :

Les femmes sont-elles « naturellement » douées pour le langage et les hommes bons en maths ?

Nos aptitudes et nos personnalités seraient-elles inscrites dans le cerveau depuis la naissance ?

Les recherches récentes montrent au contraire que, grâce à ses propriétés de « plasticité », le cerveau fabrique sans cesse des nouveaux circuits de neurones en fonction de l’apprentissage et de l’expérience vécue. Rien n’est jamais figé dans le cerveau, quels que soient les âges de la vie. C’est une véritable révolution pour la compréhension de l’humain.

Cet ouvrage, qui s’est imposé au fil du temps comme un livre de référence, replace le débat autour de la différence des sexes sur un terrain scientifique rigoureux, au-delà des idées reçues.

Les avancées des neurosciences apportent ainsi un éclairage nouveau sur le rôle de la biologie et de l’environnement socio-culturel dans la construction de nos identités de femmes et d’hommes. Notre destin n’est pas inscrit dans notre cerveau !

école sudbury démocratique

Sudbury : à la découverte d’une école pas du tout comme les autres (une école libre et démocratique sans programme, sans prof et sans note)

Sudbury : à la découverte d’une école pas du tout comme les autres (une école libre et démocratique sans programme, sans prof et sans note)

 

Les écoles inspirées par le modèle Sudbury sont des écoles dites libres et démocratiques sans programme, sans professeur (seulement des facilitateurs d’apprentissage) et sans note. Dans ce type d’écoles, les enfants ne sont pas regroupés par tranche d’âge mais la diversité des profils et d’âge favorise l’ouverture aux autres et le développement de chacun. Les apprentissages sont libérés des programmes et se font de manière autonome et informelle.

Chaque membre (on ne parle plus d’élève mais bel et bien d’enfants et d’adolescents) est libre de choisir ses activités sur la base de sa propre motivation, de ses besoins et intérêts du moment. Les écoles type Sudbury permettent à leurs membres de mener leurs activités à leur rythme. Elles sont dites démocratiques dans le sens où chaque membre, enfant ou adulte, est l’égal de l’autre, ayant le même pouvoir dans le fonctionnement de la structure. Les règles de fonctionnement sont établies de manière collégiale et démocratique.

Une vidéo pour comprendre le fonctionnement d’une école pas comme les autres :

Des témoignages de parents, d’enseignants et d’enfants :

On a tous cette impression que si on ne nous dit pas ce qu’il faut faire et apprendre et comment l’apprendre, alors on n’apprendra rien. Mais on apprend partout et tout le temps. On apprend plus qu’on ne le pense.

On s’est tous laissé convaincre par un mythe : le mythe est que si on va à l’école et qu’on a des bonnes notes, et puis qu’on va à l’université et qu’on a là encore des bonnes notes, on est sûr de réussir sa vie.

Les enfants et adolescents doivent trouver eux-mêmes ce qu’ils veulent faire et c’est quelque chose que personne ne peut faire à leur place.

Qu’est-ce qu’il y a de plus important qu’être soi-même ?

Les choses qui me faisaient peur au sujet de l’école au départ sont devenues les choses que je vois aujourd’hui comme d’énormes points forts.

C’est beau ce qui se passe ici.

Merci à Antoine Guenet de L’Ecole Autonome de Bruxelles pour la traduction et la publication de cette vidéo de la Sudbury Valley School.

Retrouvez les projets francophones d’écoles démocratiques sur le modèle de la Sudbury Valley School ici.

………………………………………………………………………………………………..

Pour aller plus loin dans la compréhension des apprentissages libres et autonomes tels que prônés dans les écoles démocratiques, je vous propose ces quelques ressources :

construction intelligence enfants neurosciences

Comment l’intelligence humaine se construit-elle selon les neurosciences ?

Comment l’intelligence humaine se construit-elle selon les neurosciences ?

3 fondations de l’intelligence humain

1. L’importance de l’environnement

L’être humain pose les fondation de son intelligence dans les premières années de sa vie avec ce que lui offre l’environnement et en faisant ses propres expériences.

2. Pouvoir agir et explorer

3. Recevoir de l’amour

L’être humain est un être social : il a besoin de l’étayage et de l’amour de ses pairs pour développer les fonctions essentielles de son intelligence.

La première chose à faire est d’être dans une bienveillance active. – Céline Alvarez

La posture des adultes est essentielle : c’est notre humanité, notre amour, notre disponibilité et notre foi totale dans les capacités de l’enfant qui sont les leviers de son intelligence.

Les conclusion des neurosciences sur la construction de l’intelligence chez les jeunes enfants (par Céline Alvarez)

Conclusion neurosciences par Céline Alvarez.

……………………………………………………………….

Pour aller plus loin : Les lois naturelles de l’enfant par Céline Alvarez (éditions Les Arènes)

 

livres compter mathématiques maternelle

Sélection de 13 livres à compter pour une initiation aux mathématiques (de 3 à 6 ans)

Les intérêts des livres à compter pour les jeunes enfants

Les avantages des livres qui proposent des histoires à base de nombres sont nombreux car les enfants sont initiés :

  • à la suite des chiffres et des nombres et à leurs noms,
  • au dénombrement d’une collection d’objets,
  • aux différentes écritures des chiffres et des nombres (en lettres et en chiffres),
  • au calcul (par addition, par soustraction, par partage…).

Ces livres à compter peuvent être de bons compléments aux activités mathématiques, en classe ou à la maison.

Sélection de 13 livres à compter pour une initiation aux mathématiques (de 3 à 6 ans)

La comptine numérique dans l’ordre croissant

Les trois livres suivants introduisent le passage au nombre suivant par augmentation de une unité à chaque fois. Le passage d’une collection d’objets à une autre se fait par l’ajout d’une unité.

La petite chenille qui fait des trous (jusqu’à 5)

A peine née, la petite chenille a très faim : elle croque une pomme et fait un trou, elle croque deux poires et fait deux trous, puis trois prunes, quatre fraises et cinq oranges. A partir de 3 ans (éditions Mijade).

 

 Maman (jusqu’à 10)

Comme tous les livres de Mario Ramos, ce livre à compter ne manque pas d’humour : un petit garçon traverse toute la maison à la recherche de sa maman et ne remarque même pas les animaux du zoo qui l’ont envahie ! Deux lions, trois girafes… Cet album avec peu de texte est aussi l’occasion de travailler le langage en maternelle à travers la description de chaque pièce de la maison. A partir de 3/4 ans (éditions Ecole des Loisirs).

 

 Petit 1

“Petit 1” cherche de nouveaux amis mais il est exclu de tous les groupes qu’il cherche à intégrer car il n’est pas comme eux (lapins, grenouilles…)… jusqu’à ce qu’il rencontre le zéro ! A chaque nouvelle rencontre, le groupe contient une unité de plus que le groupe précédent. A partir de 3/4 ans (éditions Circonflexe).
petit un livres à compter

 

 

Combien d’oiseaux (jusqu’à à 20)

1 coq, 2 perruches, 3 canards,… 9 paons,… 14 cygnes… et ainsi de suite jusqu’à 20 !

A partir de 3 ans (éditions Albin Michel Jeunesse)

 

 Le compte est rond (de 1 à 20, puis 30, 40, 50, 75 et 100)

Ce livre ludique plaira particulièrement aux enfants grâce à ses trous de plus en plus nombreux au fil des pages qui révèlent chacun une surprise une fois la page tournée.

Un livre ludique pour apprendre à compter et à visualiser les unités de 1 à 20, puis les dizaines de 20 à… 100 ! A partir de 5/ 6 ans (éditions Hélium).

 

La comptine numérique dans l’ordre décroissant

Dans ces trois livres, la quantité diminue de un 1 à chaque étape. Les enfants apprennent à revenir au nombre précédent.

Dix petites chenilles se promènent

Dix petites chenilles font une sortie. L’une ralentit, il en reste donc… neuf !
Un livre coloré et écrit en gros pour une première introduction aux chiffres de 10 à 1. Un final en pop up que les plus jeunes adoreront ! A partir de 2/3 ans (éditions Gründ ).

 

 10 p’tits pingouins

Un livre animé avec des pop ups et des languettes à tirer pour jouer à compter à l’envers de 10 à 0.

A partir de 3 ans (éditions Hélium).

 

Dix dans un lit

Ce livre est basé sur une célèbre comptine d’origine anglo saxonne : dix petits enfants sont dans un grand lit, “et un tomba du lit, il n’en resta que neuf”, jusqu’à ce que le lit soit vide ! A partir de 3/4 ans (éditions Nathan).

dix dans un lit livres à compter

 

Le rang dans une liste

Ce livre permet de travailler les nombres qui indiquent une position dans une liste.

Le cinquième

C’est l’histoire de cinq jouets cassés qui attendent leur tour chez le médecin : ce livre est une bonne introduction aux mots désignant le rang (premier, deuxième, troisième, quatrième et cinquième) dès la petite section (il est utilisé par certains enseignants en moyenne section également). A partir de 4 ans (éditions L’Ecole des loisirs).

 

Les différentes écritures des chiffres

Chiffres en friche

Dans le livre Chiffres en friche, les nombres ne sont pas toujours présents. Certains sont écrits en toutes lettres, d’autres en chiffres, parfois même avec quatre types d’écriture chiffrée différents (universel, romain, arabe et chinois). A partir de 5/6 ans (éditions Larousse).
chiffres en friche livres à compter

 

Un, cinq, beaucoup

Toute l’histoire tourne autour de la manière d’écrire les chiffres : une histoire qui sollicite la vue et le toucher.

A partir de 3 ans (Minedition).

 

Compléments et partage

Dix petits amis déménagent

Retrouver les enfants cachés permet de travailler les compléments (de dix à sept ou à huit par exemple).

A partir de 5/6 ans (éditions L’Ecole des loisirs).

 

La chevrette qui savait compter jusqu’à 10

Le livre commence de façon classique par un comptage de un en un jusqu’à 6 puis augmente la collection de quatre d’un coup.
Ce livre permet également de donner un sens au comptage : la chèvre, toute fière de savoir compter, compte ses amis à longueur de temps mais ceux-ci en prennent marre et la poursuivent. C’est à ce moment que tous comprennent que compter, c’est bien utile dans certaines situations ! A partir de 5/6 ans (éditions L’Ecole des loisirs).

 

dessin animé mathématiques

Donald au pays des mathémagiques : un dessin animé pour comprendre à quoi servent les maths !

Donald au pays des mathémagiques : un dessin animé pour comprendre à quoi servent les maths !

Je vous propose de visionner avec les enfants le dessin animé Donald au pays des mathémagiques. Ce dessin animé est magnifique pour expliquer en quoi les mathématiques contribuent à la musique, à l’architecture, aux jeux (comme les échecs ou le billard) et comment la nature suit des lois mathématiques.

Les enfants y apprendront les mystères du nombre d’or et découvriront même les techniques pour devenir imbattables au billard. J’aime l’idée à transmettre aux enfants que chaque porte fermée aujourd’hui sera ouverte par l’esprit de recherche des générations à venir.

 

Pour aller plus loin : MATHS : 2 trucs simples pour la réussite de tous les enfants

livre pour apprendre

LYCÉE ET PLUS : les 3 petits livres indispensables pour apprendre, réviser et réussir

LYCÉE ET PLUS : les 3 petits livres indispensables pour apprendre, réviser et réussir

Ces livres ont été coécrits par deux spécialistes de la pédagogie, André Giordan (docteur en sciences de l’éducation) et Jérôme Saltet (fondateur des éditions PlayBac). Ils proposent de faire le point sur les fondamentaux de l’apprentissage. J’apprécie beaucoup ces ouvrages car ils ont le mérite d’être à la fois courts, complets, sérieux et accessibles aussi bien en termes de contenu que de prix (3€ chacun).

1. Apprendre à apprendre

apprendre à apprendrePrésentation :

Apprendre efficacement et intelligemment, d’accord, mais comment s’y prend-on ?

Bien se connaître et tirer les enseignements de ses erreurs sont les deux préalables essentiels pour s’organiser et acquérir une méthode infaillible. II faut également savoir où l’on va, poser calmement les problèmes pour pouvoir les résoudre, et tenir compte de sa forme…

Grâce à de nombreux-exemples et conseils, enrichi de suppléments pour faire fructifier ses connaissances, mener des travaux de longue haleine et rebondir en cas de revers, ce guide permet de mieux appréhender ses études et de gagner bien du temps.

Un outil complet qui vous accompagnera lors de tous vos concours et de votre vie scolaire, indispensable à ceux qui veulent se donner les moyens de réussir.

apprendre à apprendre motivation

Des extraits : 

Les 11 erreurs les plus fréquentes à l’école (et comment les analyser et les dépasser)

 

2. Apprendre à réviser

apprendre à réviserPrésentation : 

«Prêt suivre le parcours intensif pour réussir l’épreuve haut la main ? Suivez le guide !».  Vous passez un examen ou un concourt, et vous vous retrouvez seul face à vos notes : comment faut-il s’y prendre pour réviser efficacement et intelligemment ?

Laissez-vous guider par deux spécialistes des sciences de l’éducation et de la pédagogie. Le préalable indispensable ? Bien connaître la nature des épreuves et se fixer des objectifs en amont.

Vous pouvez maintenant planifier vos révisions, calmement et progressivement, en apprenant à entraîner votre mémoire, faire les bons exercices, utiliser le numérique, mais aussi développer votre assurance et ménager votre corps.

Découvrez les conseils pratiques et les exemples concrets pour optimiser votre temps de révision et, ainsi, mieux réussir vos examens et vos concours. Et pour les retardataires, une session commando !

mind map pour apprendre

Des extraits :

Examens : comment se motiver pour réviser ?

3. Apprendre à réussir

apprendre à réussirPrésentation :

Comment mettre toutes les chances de son côté pour réussir un examen, un concours ou une épreuve à préparer très en amont ?

Comprendre les enjeux, connaître les particularités de chaque épreuve et discipline, avoir confiance en soi et s’organiser sont autant de clés pour donner le meilleur de soi-même.

De la mise en place d’un planning de travail aux techniques de gestion du stress, en passant par une prise de notes efficace et une organisation à toute épreuve, laissez-vous guider sur les chemins de la réussite.

Enrichi de nombreux conseils, de la préparation des oraux de concours aux réactions appropriées en cas de revers, ce petit guide n’oublie rien !

Des extraits :

RÉVISIONS : 12 trucs pour se détendre et booster l’efficacité des révisions

4 trucs à éviter de faire en période de révisions

découverte pédagogie-reggio

Une pédagogie pour les jeunes enfants à découvrir : REGGIO et ses cent langages (vidéo)

Une pédagogie pour les jeunes enfants à découvrir : REGGIO et ses cent langages (vidéo)

En exposant les enfants à d’autres cultures et langages, nous cultivons le respect pour la diversité du genre humain, nous faisons la promotion de la paix et nous ouvrons des consciences.

La pédagogie Reggio (si l’on peut parler de pédagogie puisqu’il s’agit plus d’une approche, voire d’une philosophie) est parfaitement adaptée pour les jeunes enfants d’âge pré-scolaire et de maternelle. Cette approche a été développée par Loris Malaguzzi dans la région de Reggio Emilia en Italie après la Seconde Guerre Mondiale.

Le pilier de cette approche est la notion des cent langages : les langages ici sont entendus comme le fait de s’exprimer et de communiquer avec tous les moyens possibles (la parole, le mime, les arts plastiques, les marionnettes, la danse, le langage mathématique, le langage scientifique…).

L’environnement y est considéré comme le troisième le professeur (dans une relation triangulaire entre l’enfant, ses éducateurs – parents et professionnels de l’enfance et donc l’environnement matériel). L’aménagement de l’espace est donc primordial.

Je vous laisse découvrir dans cette vidéo comment un centre d’accueil de jeunes enfants a aménagé ses locaux et ses espaces extérieurs pour permettre aux enfants d’utiliser leurs cent langages (petit bémol sur la peinture avec les escargots, on pourrait imaginer peindre avec des feuilles, des billes ou des glands qui roulent).

Ces aménagements et propositions pourraient inspirer des crèches, des écoles maternelles, des relais d’assistantes maternelles et des assistantes maternelles, des parents… Bonne découverte 🙂

Une vidéo de ABC Play Center (West Hills, Californie, Etats-Unis)

Dans le poème qui suit, Loris Malaguzzi souligne l’importance de la multiplicité des langages des enfants :

L’enfant est fait de cent. 
L’enfant a cent langages
cent mains et cent pensées
cent façons de penser
de jouer, de parler,
cent toujours cent
cent façons d’écouter
d’étonner et d’aimer
cent joies pour
chanter et comprendre
cent mondes à découvrir
cent mondes à inventer
cent mondes à rêver.

L’enfant a cent langages
(et puis cent cent cent cent)
mais on lui en vole 99.

Ecole et culture
séparent tête et corps.
On lui dit de :
penser sans les mains
faire sans la tête
écouter sans parler
comprendre sans joie
aimer et s’étonner
à Pâques et Noël uniquement.
On lui dit de :
découvrir le monde
qui existe déjà
et sur cent
on lui en vole 99.
On lui dit que :
le jeu et le travail
la réalité et la fantaisie
la science et l’imagination
le ciel et la terre
la raison et le rêve
sont des choses qui 
ne vont pas ensemble.

En somme, lui dit-on,
le cent n’existe pas. 
L’enfant dit cependant : 
le cent est bel et bien.

découverte pédagogie-reggio

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Pour aller plus loin dans la découverte de cette pédagogie et passer à la pratique avec les jeunes enfants :

Loose Parts: Inspiring Play in Young Children

Une année d’activités pour apprendre en s’amusant : 52 semaines de pédagogie active (Montessori, Steiner, Reggio…)