La valeur des modes subjonctif et indicatif dans les propositions subordonnées

La valeur des modes subjonctif et indicatif dans les propositions subordonnées

subjonctif dans les propositions subordonnées

J’ai beaucoup aimé l’approche de Brigitte Mahillon et France Tillieu au sujet de la valeur des modes des verbes. Dans leur livre 100 idées pour enseigner la grammaire autrement, elles passent par une comparaison de phrases contenant des verbes conjugués aux modes subjonctif et indicatif sur laquelle je m’appuie pour cette activité afin de comprendre la valeur du subjonctif dans les propositions subordonnées.

Matériel

Un tableau comparant des phrases séparées en deux colonnes comme dans cet exemple :

comprendre conjugaison mode subjonctif

Présenter la première et la deuxième ligne d’abord séparément puis présenter le reste du tableau.

Déroulement

A chaque présentation, poser ces questions aux enfants :

  • Qu’est-ce qui est commun aux deux colonnes ? (si besoin, attirer l’attention des enfants sur la structure -> pronom personnel + verbe + propositions subordonnées introduites par que + même verbe dans les propositions d’une même ligne)
  • Quand tu regardes les propositions des phrases d’une même ligne, quelle est la différence entre les deux ?
  • Quelle est la différence de sens entre les deux phrases d’une même ligne ?

A la fin, demander si l’enfant peut formuler une hypothèse : Qu’est-ce qui entraîne le changement de forme du verbe entre les phrases de la première colonne et celles de la deuxième colonne ?

Observations pour compléter les réponses des élèves

Chaque colonne présente des phrases complexes avec deux verbes. Toutes les phrases contiennent des propositions introduites par QUE : ce sont des propositions subordonnées complétives.

La différence entre les phrases de la colonne 1 et celle de la colonne 2 réside dans le sens :

  • dans la première colonne, les propositions subordonnées sont souhaitées ou supposées
  • dans la deuxième colonne, les propositions subordonnées sont des réalités existantes (présentes, passées ou à venir), observables .

Cette différence de sens explique les différences de forme des verbes conjugués dans la proposition subordonnée complétive.

  • Dans la première colonne, les verbes des propositions complétives sont conjugués au mode subjonctif.
  • Dans la deuxième colonne, les verbes des propositions complétives sont conjugués au mode indicatif.

Les verbes du premier groupe en ER ont la même forme qu’ils soient conjugués à l’indicatif ou au subjonctif. Pour les distinguer, il est possible de les remplacer par l’auxiliaire être pour “entendre” le subjonctif : je voudrais que tu manges -> je voudrais que tu sois affamé.

 

Suite à cette activité, on peut demander aux élèves de trouver des phrases pour compléter le tableau en jouant sur les structures de phrases et en faisant bien attention à conjuguer les verbes soit à l’indicatif, soit au subjonctif.

…………………………………………………..

Inspiration : 100 idées pour enseigner la grammaire autrement de Brigitte Mahillon et France Tillieu (éditions Tom Pousse).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *