Des stratégies pour apprendre efficacement (sciences cognitives)

Des stratégies pour apprendre efficacement (sciences cognitives)

strategies-pour-apprendre-efficacement

Les sciences cognitives ont montré que se tester/ être testé renforce plus la mémorisation que de se relire ou réécouter les contenus. C’est ce qu’on appelle “l’effet de test” qui implique un effort de récupération en mémoire. Les tests ou auto-tests peuvent prendre différentes formes :  QCM, questions ouvertes, récitation sans support sous les yeux  (sous forme de récitation orale, de texte écrit ou même de dessin). Ainsi, les élèves peuvent créer des tests personnels (par exemple, des flash cards), refaire des exercices faits en classe (ou d’autres exercices avec une correction disponible pour se corriger ensuite) ou encore utiliser des tests proposés par l’enseignant.

L’effet de test s’observe sur une grande variété de contenus (mots, textes, apprentissages procéduraux).

Pour mettre en pratique l’effet de test, plusieurs stratégies efficaces peuvent être activées :

  • reformuler avec ses propres mots,
  • faire des liens avec d’autres contenus, d’autres éléments connus
  • faire des comparaisons
  • trouver des exemples personnels
  • résumer
  • utiliser des cartes double face (ou flash cards) avec les questions d’un côté et les réponses de l’autre (possibilité de créer ses propres flash cards en ligne et partageables avec le site quizlet.com)
  • utiliser des méthodes mnémotechniques (quelques exemples ici)

Une fois le niveau de connaissance testé, il conviendra de planifier des séances de révisions de ce qui n’est pas encore maîtrisé en utilisant des méthodes efficaces comme celles mentionnées ci-dessus.

Les élèves peuvent avoir du mal à dépasser la simple relecture car cela demande un effort de se tester ou de réciter plutôt que relire. Pourtant, c’est précisément l’effort fait lors du test ou de la récitation qui crée l’apprentissage.

De plus, mieux vaut espacer les séances de révision (ne pas réviser une seule fois au dernier moment comme la veille de l’évaluation). C’est ce qu’on appelle l’effet d’espacement.

Enfin, alterner les révisions de différentes matières et, au sein d’une matière, les différentes sortes de problèmes favorise la mémorisation à long terme.

En classe, les tests peuvent devenir des activités routinières faisant partie intégrante du processus d’apprentissage sans enjeu ni stress (pas de note, pas de punition ni récompense). De même, il est efficace de ne pas tester seulement le chapitre en cours mais aussi le précédent (pour activer l’effet d’espacement).

Des affiches récapitulant les bonnes pratiques pour apprendre à apprendre qu’on peut partager avec les élèves sur le blog improfpsy.com (avec les sources des études).

…………………………………

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *