Nous sommes tous visuels ET auditifs : des exemples pour utiliser plusieurs entrées sensorielles lors des devoirs 

Nous sommes tous visuels ET auditifs : des exemples pour utiliser plusieurs entrées sensorielles lors des devoirs

nous sommes tous auditifs et visuels pas de profils

Nous sommes tous visuels ET auditifs (et même kinesthésiques, olfactifs et gustatifs): il n’y pas des profils “visuels” et d’autres “auditifs” ou bien “kinesthésiques”. Le plus efficace pour apprendre est d’utiliser toutes les entrées sensorielles. Il est possible de travailler sur la base d’un seul sens (juste lire ou juste écouter) mais cela revient à se priver d’une aide précieuse et efficace.

Ainsi, lire, regarder des images, écouter, parler, écrire, dessiner, inventer une chanson aident à fixer une information en mémoire à long terme. Le toucher peut également être mobilisé (ex : taper une date sur un clavier numérique pour s’en souvenir). Les apprentissages les plus pérennes sont ceux que l’on a construits de manières différentes et sur différents supports (au moins deux manières différentes, plus quand c’est possible). Voici quelques exemples qui peuvent être mixés pour des apprentissages efficaces et des devoirs utiles :

  • Illustrer un texte avec des schémas réalisés à la main, avec des images imprimées sur internet, avec des dessins ou pictos personnel

 

  • Modifier la présentation des informations à mémoriser :
    • carte mentale
    • sketchnoting
    • lapbook
    • tableau à double entrée
    • en géographie, passer les cartes en volume (en papier mâché, en pâte à modeler, en argile…) ou utiliser des applications sur tablette ou des logiciels qui permettent de visualiser des lieux dans le monde en 3D
    • en histoire, simuler les événements importants avec des personnages du type Playmobil

 

  • S’enregistrer (avec un smartphone par exemple) en train de lire la leçon ou la poésie à apprendre afin de la réécouter

 

  • Manipuler des objets : la manipulation peut être particulièrement utile en mathématiques. Ainsi, les nombres pairs et impairs peuvent être abordés à travers la manipulation et des propriétés visuelles. Dans un nombre pair, les unités peuvent être regroupées en deux colonnes de même taille. Dans un nombre impair, les unités ne peuvent pas être regroupées en deux colonnes de même taille car il y a toujours une unité qui reste seule.

 

  • A la fin de chaque journée d’école, demander à l’enfant de noter sur un cahier dédié les mots-clés de la journée (il est possible de lui poser des questions sur ce qu’il a appris en histoire, en grammaire, en anglais…). L’idée est de donner l’habitude à l’enfant d’extraire les informations importantes au sein d’une leçon, de les synthétiser.

 

  • Avant d’ouvrir le cahier de l’enfant (sans avoir relu la leçon avant donc), poser des questions à l’enfant :
    • De quoi te souviens-tu au sujet de cette leçon ? Dis avec tes propres mots de quoi parle la leçon.
    • Te souviens-tu du titre de la leçon ?
    • Quels sont les mots clés de la leçon ? Ce sont ceux que vous avez soulignés ou surlignés ou que le professeur a mentionnés comme essentiels (ex : définition à connaître par coeur)
    • Qu’est-ce que tu as compris ? Explique moi comme si je ne savais rien au sujet de ce sujet.

 

  • Créer des flash cards (couper des cartes dans une feuille cartonnées en inscrivant au recto une question/ une information et au verso la réponse/ une information correspondante (ex: au recto -> un mot en anglais et au verso ->   une illustration// au recto -> une multiplication et au verso -> le résultat)

 

 

………………………………..
Inspiration : Mon enfant n’aime pas l’école de Julien Masson (éditions Larousse). Disponible en centre culturel, en librairie ou sur internet.

Commander Mon enfant n’aime pas l’école sur Amazon, sur Decitre ou sur Cultura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *