Éviter les situations de multitâche en classe pour une meilleure attention

Éviter les situations de multitâche en classe pour une meilleure attention

Éviter les situations de multitâche en classe

Il est difficile de maintenir les élèves en situation de multitâche car le  cerveau ne traite qu’une information nouvelle à la fois. Les informations routinisées, automatiques peuvent être traitées sans ressources cognitives et attentionnelles additionnelles. L’attention conditionne l’entrée des informations dans la mémoire de travail.

Le multitâche est une situation exigeant une attention simultanée sur deux (ou plus) cibles distinctes et nouvelles. Par exemple, quand un enseignant affiche des mots sous les yeux d’un élève, son réflexe est de commencer à les lire… mais il n’est plus disponible pour écouter les consignes données à l’oral (la qualité de l’écoute est nécessairement réduite pendant le temps passé à lire). De même, un élève qui commence à réfléchir à la consigne qu’il peut lire car il l’a sous les yeux sera moins réceptif aux précisions données à l’oral par l’enseignant.

Il est donc utile de bien séparer les tâches : donner des consignes orales sans avoir distribué les fiches de travail pour obtenir l’attention complète des élèves et les laisser lire sans leur parler en même temps.

Il est également important de prendre garde à ne pas proposer deux tâches en même temps sur lesquelles les élèves devraient se concentrer : prendre l’habitude de se demander ce que l’enfant chercher à faire, de manière consciente ou non, permet de réaliser quelles informations seront traitées par son cerveau et lesquelles seront délaissées.

L’importance des objectifs bien définis, explicites et atteignables pour soutenir l’attention

De plus, avoir un objectif bien défini, explicite et atteignable limite les distractions. C’est ce qu’on constate avec l’expérience du gorille (la vidéo “the invisible gorilla”) : dans ce film, deux équipes de trois personnes se font chacune des passes avec un ballon. Les membres de l’une des deux équipes portent des maillots blancs et les membres de l’équipe adverses des maillots noirs. Un message en début de vidéo invite les spectateurs à compter le nombre de passes que se feront les joueurs en blanc. Le point clé de l’expérience est qu’un acteur traverse la scène déguisé en gorille… mais qu’il est invisible aux yeux des spectateurs concentrés sur le décompte du nombre de passes des joueurs en blanc qui ne font que bouger.

Dès que nous cherchons à faire quelque chose, l’intention qui se met en place pour atteindre l’objectif établit une hiérarchie entre tous les signaux qui parviennent à nos sens et les signaux jugés inutiles sont (autant que possible) ignorés. Il n’y a donc pas de contrôle volontaire de l’attention sans intention et il n’y a pas d’intention sans objectif explicite et atteignable (ni trop facile ni trop dur).

Au sein du cortex préfrontal, le système exécutif sait maintenir activement en mémoire un objectif précis et favoriser l’activité des réseaux de neurones qui permettent de l’atteindre. Sous cette influence, l’attention ne se déplace plus au gré du vent, vers les stimuli les plus colorés, les plus brillants, les plus bruyants ou les plus sympathiques, mais en fonction de l’objectif que l’on s’est fixé; il y a quelqu’un à la barre pour maintenir le cap, et pour en changer le moment venu – Jean-Philippe Lachaux

 

……………………….
Source : Le cerveau et les apprentissages – Cycles 1,2,3 de Olivier Houdé et collectif (éditions Nathan). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Le cerveau et les apprentissages – Cycles 1,2,3 sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *