Comment assimiler ses cours ? 5 points clés pour mieux assimiler

Comment assimiler ses cours ? 5 points clés pour mieux assimiler

comment assimiler ses cours

Je vous présente 5 points clés pour mieux assimiler ses cours, qu’on soit au collège, au lycée ou en études supérieures.

1.Pointer les notions essentielles

Les notions essentielles sont celles que l’enseignant estime les plus importantes et elles doivent absolument être maîtrisées à la fin du cours. Parfois, les professeurs les indiquent avec des mots mis en gras, soulignés ou bien passés en rouge dans le cours. L’identification des essentiels est une étape nécessaire au début du processus d’assimilation des cours.

Quand le professeur n’a pas pointé les notions essentielles, il est utile de relire tout le cours en se mettant en projet : le projet est de relever dans le cours les éléments importants sur lesquels l’évaluation va porter lors du contrôle. Cela peut être des dates en histoire, des mots-clés définis dans le cours, des liens entre des événements (cause/ conséquence), des formules mathématiques ou encore des mots de vocabulaire en langue étrangère.

2.Modifier la forme du contenu pour se l’approprier 

Une activité de production consiste à concevoir un produit final qui nécessite de manipuler la notion et la modifier pour se l’approprier. Les activités de production sont variables selon l’âge des élèves et les matières étudiées mais on peut citer parmi ces activités :

  • expliquer avec ses propres mots à quelqu’un qui ne connaît pas le sujet et s’assurer que cette personne comprend ce dont il est question,

 

 

  • réaliser des fiches méthodes pour les éléments procéduraux (images des gestes ou démonstration mathématique),

 

  • résumer le cours en s’appuyant sur les titres, les sous-titres et les mots clés dont les définitions sont à savoir par coeur,

 

  • créer des supports explicatifs (exemples : petites vidéos, enregistrement vocal, dessin inspiré par le sketchnoting),
sketchnote école

Source : livre “Apprendre avec le sketchnoting ” – l’exemple de la révolution russe (Isabelle Pailleau, éditions Eyrolles)

 

  • faire des comparaisons ou des métaphores avec des éléments non reliés au chapitre étudié (par exemple, la formation d’amas de matière autour du soleil lors de la formation du système solaire peut être comparée à la formation de moutons de poussière, la poussière s’agglomérant comme s’agglomère la matière),

 

  • ajouter des images à du texte (visualiser mentalement un dessin ou une illustration, se créer une image personnelle du processus comme mentionné au point ci-dessus avec la formation des moutons de poussière) ou ajouter du texte à des schémas (expliquer un schéma avec des mots et les articuler avec des connecteurs logiques comme “premièrement, deuxièmement, enfin” ou bien “en outre, si bien que”),

 

 

  • illustrer : passer par l’orthographe illustrée des mots en français pour en retenir l’orthographe ou des mots en langue étrangère pour les mémoriser. Les dates à assimiler en histoire peuvent également être illustrées.

orthographe anglais homophones

dessin apprendre date Histoire

 

3.Concevoir des questions à partir des idées essentielles repérées 

Une fois les idées essentielles repérées, assimiler un cours sera plus efficace quand des questions sont construites à partir de ces idées. Il s’agit de rédiger les questions portant sur les notions essentielles à maîtriser en vue du contrôle, ainsi que les réponses à ces questions. Il vaut mieux poser des questions courtes et y apporter des réponses elles aussi courtes et précises.

A chaque notion correspond une seule question, c’est-à-dire qu’il est préférable de construire plusieurs questions afin d’alléger chaque question, mais aussi chaque réponse. Ainsi, mieux vaut poser les questions “Comment s’appelle l’angle qui mesure 90° ?”, “Comment s’appelle l’angle plus petit que l’angle droit ?” et “Comment s’appelle l’angle plus grand que l’angle droit ?”, plutôt que la question unique “Comment s’appellent les trois types d’angles ?”

 

4.Fabriquer des flash cards 

Les flash cards sont des cartes qui permettent d’assimiler les cours par questionnement, plutôt que par lecture ou relecture.  Elles se présentent sous forme de petites cartes rectangulaires avec un recto et un verso : le recto porte une question, le verso la réponse à cette question.

Au moment d’assimiler le cours, l’étudiant tire une carte, se pose la question et réfléchit pour trouver dans sa mémoire la réponse. La réponse peut être rédigée sous forme de texte ou bien sous forme de schéma ou de dessin. Une flash card peut également reprendre un énoncé en mathématique (recto) et mentionner le théorème à appliquer, ainsi que la procédure pour arriver au résultat.

comment assimiler cours

 

5.Se tester

Se tester, c’est se poser les questions des flash cards SANS relire avant le cours, NI l’avoir sous les yeux. Les flash cards sont des outils actifs de mémorisation à long terme. Une fois qu’un élève s’est testé sur toutes les questions relatives au cours à assimiler, il est conseillé de relire la leçon telle qu’elle a été distribuée en classe pour ajouter des éléments de détails aux idées essentielles (exemples, anecdotes historiques) et réactiver les réponses fragiles.

Il est recommandé de se tester à espaces réguliers, c’est-à-dire qu’assimiler un cours passe par une planification du travail à long terme. Par exemple, on peut réaliser les 5 étapes une semaine avant la date du contrôle, puis reprendre les flash cards à J-4 puis J-1. Il est même plus efficace de réaliser le travail de sélection des essentiels et de fabrication des flash cards dès le soir même de l’étude du chapitre, puis de commencer à s’auto-tester avant de connaître la date du contrôle. Le travail de mémorisation active n’est pas efficace s’il est réalisé le veille de l’évaluation en classe. A long terme, la mémoire est bien meilleure quand on espace les périodes de révision surtout si l’on augmente progressivement les intervalles de temps entre deux séances de révision. De plus, la répétition automatise les opérations mentales jusqu’à les rendre inconscientes et automatiques : c’est la consolidation.