Se mettre en projet : une clé efficace pour mémoriser à long terme (gestion mentale)

Se mettre en projet : une clé efficace pour mémoriser à long terme (gestion mentale)

Une clé efficace pour mémoriser à long terme

En gestion mentale, le geste de mémorisation s’appuie sur l’avenir et la mise en projet de réutilisation (le projet d’utiliser les nouvelles connaissances dans le futur, dans un avenir de réussite). Cette notion de projet est importante parce que le simple fait d’avoir “entré” une information dans sa tête ne garantit pas que l’information mémorisée pourra être restituée en cas de besoin. Anticiper la “sortie” du souvenir, c’est en faciliter le rappel au moment opportun.

Ainsi, il est important, avant la mise au travail, d’évoquer la situation dans laquelle l’information évoquée et mémorisée devra être restituée (par exemple, en s’imaginant réciter une poésie devant la classe avant de commencer à l’apprendre puis, une fois le travail de mémorisation effectué, “jouer” la scène en récitant la poésie comme si c’était devant la classe).

La mémorisation s’appuie également sur d’autres gestes mentaux :

  • l’attention et l’évocation

Être attentif signifie avoir le projet de faire exister dans la tête l’objet/ l’information perçus en direct et de prendre tous les éléments de la consigne. L’intention est d’avoir tous les éléments de l’image, de l’objet ou du texte dans la tête.

Pour mettre la chose à mémoriser dans la tête, on peut s’en parler (décrire une image, un objet, résumer un texte avec ses propres mots, raconter une histoire…), réentendre comme une bande sonore (le prof expliquer, la leçon lue…), revoir (une image, le texte écrit, les titres et/ou mots clés mis en couleur ou surlignés…), la ressentir (comment ça fait à l’intérieur, associer des gestes  à des mots…).

Il est possible d’utiliser une ou plusieurs façons de mettre dans sa tête. Chacun choisit comme il veut procéder et peut ajuster ses stratégies en fonction de ce qui est le plus efficace.

Il est important de faire des allers-retours entre la chose à mémoriser et ce qui a été mis dans la tête pour vérifier que rien n’a été oublié et que le sens n’a été déformé.

  • la mise en lien

Le fait de comparer, de faire des liens avec des connaissances déjà en mémoire et maîtrisées permet d’ancrer les connaissances nouvelles et consolide la mémorisation à long terme. Ces liens peuvent être inédits (comparaison d’un domaine à un autre, métaphore…)  et/ou logiques (“c’est comme…”, “on retrouve ce principe dans…”, “c’est la conséquence de…”, “c’est à cause de…”, “c’est le contraire de…”).

  • la réactivation régulière

Les connaissances seront fixées à long terme si elles sont réactivées régulièrement. Il s’agit donc de vérifier régulièrement si le souvenir est toujours présent dans la tête. Voici une proposition de rythme des réactivations :

  • 10 minutes après un effort de mémorisation
  • avant la fin du premier jour
  • le lendemain
  • après 1 semaine
  • après 1 mois puis tous les mois
  • si examen en fin d’année, après 3 mois puis après 6 mois

 

……………………………

Source : Je découvre comment apprendre : cahier d’exercices (éditions Chronique Sociale).

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *