Métacognition : 10 questions pour apprendre à apprendre

La métacognition, un incontournable de la prévention de l’échec scolaire

Métacognition _ 10 questions pour apprendre à apprendre

Commencer très tôt à dire ce qu’on a fait, ce qu’on fait, ce qu’on va faire (la métacognition) est un incontournable de la prévention de l’échec scolaire. La métacognition recouvre plusieurs aspects :

  • la connaissance qu’on peut avoir de processus cognitifs, d’opérations mentales nécessaires pour accomplir une tâche ;
  • la capacité à utiliser cette connaissance lors de l’accomplissement de la tâche

La métacognition est plus difficile avec des élèves qui maîtrisent mal la langue (parlée et écrite), qui ont des lacunes scolaires et qui sont peu efficaces dans leur travail.

Jean-Michel ZAKHARTCHOUK, auteur de Apprendre à apprendre, propose plusieurs conditions pour amener les élèves à pratiquer la métacognition en classe :

  • s’y exercer à l’occasion de tâches relativement simples, où l’attention n’est pas polarisée par la réussite de l’exercice;
  • créer un climat de confiance et d’acceptation des erreurs possibles pour que les élèves se sentent autorisés à évoquer leurs difficultés, leurs errements, ne se croient pas obligés de tenir un discours convenu pour faire plaisir au professeur;
  • poser des questions en « comment » plutôt qu’en « pourquoi » pour rassurer les apprenants en train d’exposer leur démarche;
  • combiner la prise de conscience des opérations effectuées pendant et après l’activité;
  • laisser l’élève lui-même effectuer cette réélaboration;
  • pratiquer fréquemment (seule une pratique fréquente permet peu à peu de s’approprier les clés d’une formation des élèves à la métacognition).

10 questions à poser aux enfants et adolescents pour apprendre à apprendre (métacognition)

  1. Comment as-tu procédé ? Par quoi as-tu commencé ? As-tu procédé par étapes ?
  2. Qu’est-ce qui t’a surpris dans cette activité ? Qu’est-ce qui t’a rassuré ?
  3. Qu’est-ce qui t’a aidé à réussir cette activité ? Fais la part de ce qui vient du travail lui-même, de tes propres compétences, des ressources que tu as mobilisées.
  4. Quelles difficultés as-tu rencontrées et comment les as-tu affrontées ?
  5. Qu’est-ce qui, peut-être, t’a manqué pour réussir ?
  6. Cette activité ressemble-t-elle à d’autres que tu as déjà faites ? Lesquelles ?
  7. Après coup, te dis-tu quelque part : « j’aurais pu procéder autrement » ?
  8. Qu’est-ce que tu penses avoir appris en faisant ce travail ? Ou que fallait-il connaître pour bien le réaliser ?
  9. Quels enseignements pourrais-tu tirer de ce travail pour d’autres, différents ? Si tu avais trois conseils à donner à un camarade qui aurait à faire le travail, que lui dirais-tu ?
  10. Qu’est-ce que tu vas modifier, après avoir réfléchi à tout ça ?

………………………………………..
Source : Apprendre à Apprendre de Jean-Michel ZAKHARTCHOUK (éditions Réseau Canopé)

 

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *