Apprendre, ce que nous disent les neurosciences (entre mythes et recommandations utiles)

Apprendre, ce que nous disent les neurosciences (entre mythes et recommandations utiles)

L’apprentissage est plus profond et durable quand il se fait en fournissant un effort.

Apprendre sans effort est comme écrire dans le sable : ce qui est là aujourd’hui aura déjà disparu demain. – Peter C. Brown

Nous évaluons mal la qualité de nos apprentissages. Quand le travail avance lentement, quand il semble peu productif, nous avons tendance à nous rabattre sur des stratégies qui apparaissent plus faciles et/ou plus fructueuses.. au détriment de l’efficacité et du long terme.

Lecture répétée et apprentissage massif (répétition mécanique de quelque chose qu’on essaie de graver dans la mémoire) font partie des stratégies les plus inefficaces pour apprendre des nouvelles connaissances ou compétences réutilisables à long terme.

La remémoration (le fait de rappeler des informations de la mémoire à long terme à la mémoire de travail) est une stratégie d’apprentissage plus efficace que le  fait de réviser en relisant. Les mini quizz ou auto questionnements en sont de bons exemples.

Le travail à intervalles réguliers interrompt l’oubli, renforce les circuits d’accès aux connaissances et constitue une stratégie essentielle pour retenir ce que l’on veut acquérir.

Un apprentissage varié, alterné et distribué dans le temps améliore la capacité à extraire les principes sous jacents (ou les règles) qui distinguent un problème d’un autre. Par exemple : mélanger différents types de solides géométriques pour s’exercer à calculer des volumes, alterner des tests d’identification de différentes sortes de choses à classifier pour apprendre les attributs communs à un même type et distinguer les différences d’un type à l’autre.

Essayer de résoudre un problème avant d’avoir la solution améliore la qualité de l’apprentissage (même quand il y a des erreurs dans la résolution qu’on a proposée, à condition de s’auto corriger).

On apprend mieux en élargissant au maximum la manière de prendre les informations, de percevoir et de les évoquer (informations écrites, orales, mots, images, schémas, déplacements, utilisation d’une partie du corps…).

Nous sommes tous capables de nous faire des illusions sur ce que nous savons et pouvons faire. S’auto tester permet d’avoir une évaluation plus juste de ce qui est maîtrisé et de ce qui ne l’est pas.

Tout nouvel apprentissage nécessite un fondement de connaissances préalables. Apprendre, c’est faire du lien, mettre en lien, c’est relier (et parfois délier quand une hypothèse ou une croyance se révèle fausse).

Plus vous êtes capable d’expliquer comment vos nouvelles connaissances se relient à votre savoir antérieur, plus vous créerez de connexions qui vous aideront à les retenir. – Peter C. Brown

Placer une connaissance dans une perspective plus large (l’ancrer dans une connaissance préalable qui l’englobe) aide à apprendre. Plus on a de manières de donner du sens (représentations mentales forgées à partir de connaissances et liens établis entre ces représentations et la maîtrise d’autres aspects essentiels) à une information, plus on sera à même de la retenir.

Les gens qui apprennent à extraire d’une matière nouvelle les idées clés, à les organiser en un modèle mental et à relier ce modèle à leurs connaissances antérieures ont en général un avantage pour acquérir une maîtrise approfondie. –  Peter C. Brown

La capacité à apprendre des humains n’est pas fixée à la naissance (on ne naît pas avec une quantité d’intelligence limitée) et apprendre (compris comme la création de nouvelles connexions neuronales dans le cerveau) peut se faire à tout âge. C’est ce qu’on appelle la neuroplasticité. Chaque fois que nous apprenons quelque chose, nous transformons notre cerveau et plus cette chose sera utilisée, testée, accrochée à d’autres connaissances, plus elle sera mémorisée à long terme.

…………………………………………………………………………………………………

Source : Mets toi ça dans la tête : les stratégies d’apprentissage à la lumière des sciences cognitives de Peter C. Brown, Henry Roediger, Mark MacDaniel (éditions Markus Haller).

Commander Mets toi ça dans la tête sur Amazon ou sur Decitre.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *