La joie est le moteur de la curiosité et la curiosité est le moteur de l’apprentissage : remettre la joie et la curiosité au cœur des apprentissages !

La joie est le moteur de la curiosité et la curiosité est le moteur de l’apprentissage : remettre la joie et la curiosité au cœur des apprentissages !

curiosité joie apprentissage

Dans son livre Les pouvoirs cachés de votre cerveau, John Medina rappelle que la curiosité est un bien précieux de l’humanité, qu’il convient de protéger.

John Medina estime que si les enfants ont la possibilité de rester curieux, ils vont continuer de développer leur tendance innée à découvrir et à explorer jusqu’à un âge très avancé.

La nature a doté les humains de l’émotion de joie associée à la découverte (et l’intensité de la joie est encore plus élevée chez les plus jeunes humains). Cette joie est le moteur de la curiosité. C’est la raison pour laquelle les tout-petits veulent tout toucher, posent tant de questions et agissent autant dans leur environnement (grimper, rouler, répéter, lancer…). L’exploration donne envie de découvrir davantage pour éprouver une joie encore plus grande. Ce mécanisme d’auto-récompense se poursuit durant toute la vie, à condition qu’on ne le brime pas (notamment au cours de la scolarité).

Medina rappelle, qu’en grandissant, les enfants découvrent qu’apprendre n’est pas seulement une source de joie, mais aussi de maîtrise. S’y connaître dans tel ou tel domaine donne la confiance nécessaire pour prendre des risques intellectuels, faire preuve de pouvoir personnel, mieux vivre et créer du sens. Malheureusement, il est possible de briser ce cercle vertueux.

Dès le cours préparatoire, les enfants associent l’école aux notes. Ils comprennent qu’ils peuvent acquérir des connaissances, non pas parce que c’est intéressant en soi (c’est le principe de la motivation intrinsèque), mais parce que cela peut leur “rapporter” quelque chose (de l’appréciation sociale, du pouvoir, de la reconnaissance…) ou parce qu’il ont peur s’ils ne le font pas (peur de la punition en cas de travail trop lent ou mal fait, peur de l’exclusion en cas d’étiquette de cancre…).

La question essentielle peut alors devenir : « Qu’est-ce que j’ai besoin de savoir pour avoir une bonne note ?  » (sous-entendu, qu’est-ce qui n’a pas de valeur scolaire et ne vaut pas le coup d’investir du temps et des efforts ?) et, de manière plus pernicieuse,  « Qu’est-ce que j’ai besoin de faire pour éviter une mauvaise note ?  » (cela peut être travailler plus mais aussi éviter de prendre des risques pour éviter les erreurs ou encore tricher par exemple…).

Ainsi, John Medina nous invite à nous connecter, en tant qu’adultes, à la nature des bébés et des enfants : ils sont des explorateurs-nés et doivent être notre modèle d’apprentissage. Ils nous montrent que les humains (et donc les élèves) n’apprennent pas en réagissant passivement à l’environnement, mais en le testant activement, c’est-à-dire en l’observant, en formulant des hypothèses, en l’expérimentant et en en tirant des conclusions. Certaines zones du cerveau nous permettent d’adopter cette approche scientifique. Le cortex préfrontal droit cherche les erreurs dans nos hypothèses (« Le tigre à dents de sabre n’est pas inoffensif ») et une région adjacente nous dit de changer de comportement (« Fuis en courant ! »).

Les neurosciences nous proposent des éléments sur lesquels engager des réflexions profondes en ce qui concerne le système éducatif pour remettre la joie et la curiosité au coeur des apprentissages :

  • cultiver la curiosité des enfants
  • éviter tout ce qui stresse les enfants et génèrent de la peur (notamment les tableaux de comportements)
  • repenser les notes
  • créer un état d’esprit de développement qui dépasse la peur de l’erreur
  • permettre le libre mouvement et la manipulation
  • donner des “bons” modèles à imiter (les humains sont des imitateurs et nous devons, en tant qu’adultes, proposer des modèles à imiter aux enfants qui cultivent les compétences attendues)

……………………………………………………

Source : Les pouvoirs cachés de votre cerveau de John Medina (éditions Leduc S) Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Les pouvoirs cachés de votre cerveau sur Amazon, sur Decitre ou sur la Fnac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *