Compréhension de texte : comment activer des images mentales pour mieux saisir le sens de l’histoire ?

Compréhension de texte : comment activer des images mentales pour mieux saisir le sens de l’histoire ?

Compréhension de texte images mentales

Afin d’aider un lecteur débutant ou un enfant dyslexique à mieux comprendre ce qu’il lit, il est possible de lui demander de s’imaginer la scène qu’il est en train de lire en se servant des ses cinq sens :

  • que voit le personnage dans la scène décrite ?
  • qu’entend-il ?
  • quelles odeurs sent-il ?
  • quel goût sent-il en mangeant ce qui est décrit ?
  • quelles sensations sent-il sur sa peau ?

On peut aussi demander aux enfants s’ils peuvent entendre des bruits de la scène ou s’ils perçoivent le mouvement des personnages. De même, on peut demander aux enfants d’imaginer quelles émotions ressent le personnage. L’idée est d’activer le “cinéma intérieur” du lecteur en les incitant à se fabriquer des images personnelles dans leur tête. Plus l’évocation sera riche et personnelle, meilleure sera la compréhension. Il est possible d’échanger sur les mots qui donnent des indices et, en cas d’incompréhension ou de hors sujet, de procéder à un travail sur le vocabulaire :

 

Cette habitude aidera les enfants qui présentent des difficultés de compréhension en lecture à mieux saisir le sens de l’histoire. Cela pourra également l’aider à comprendre les référents (ex : les pronoms qui remplacent un nom mentionné précédemment, les synonymes ou périphrases). Un lecteur capable de bien se représenter la scène peut déduire par lui-même quels mots sont remplacés.

Avec les enfants plus en difficulté, il est possible d’arrêter la lecture et de leur poser explicitement des questions au sujet des référents. Par exemple : Mon chien aboie contre les passants. Il les a effrayés. -> De qui parle-t-on lorsqu’on dit « il » les a effrayés ? Qui a été effrayés ?

Une astuce visuelle peut être proposée aux enfants pour comprendre la pronominalisation. On expliquera aux élèves que pronom et nom fonctionnent en quelque sorte comme un couple. Le pronom pourra venir s’insérer dans la boucle supérieure et les élèves pourront insérer dans la boucle inférieure le nom que le pronom remplace.

On pourra alors proposer plusieurs phrases exemples aux élèves afin qu’ils s’entraînent à associer visuellement toutes sortes de pronoms aux noms qu’ils remplacent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *