[Vivre ensemble] 8 activités pour plus de cohésion et de respect dans un groupe-classe (éducation émotionnelle et relationnelle)

[Vivre ensemble] 8 activités pour plus de cohésion et de respect dans un groupe-classe (éducation émotionnelle et relationnelle)

8 activités pour plus de cohésion et de respect dans un groupe-classe (éducation émotionnelle et relationnelle)

Ces activités d’éducation émotionnelle et relationnelle visent à développer chez les enfants des compétences de communication verbale et non verbale, d’empathie et de coopération. Quand elles sont proposées dans un cadre régulier dès le début de l’année (une fois par semaine par exemple), elles participent à construire plus de cohésion et de respect au sein d’un groupe-classe (6 ans et +).

Ces activités peuvent être menées, en petits groupes ou en classe entière.

  1. – «   Mon humeur du jour  » ou «  Note baromètre  » ou «  météo intérieure  » sur l’ardoise ou à l’oral.
  2. – «   Les passions  »  : avec toute la classe, faire un grand panneau où chacun écrit ce qu’il aime (sport, musique, lectures, jeux,   etc.) et écrire les prénoms des enfants ou coller leur photo en train de faire cette activité  (l’objectif est de mieux se connaître pour voir ce qu’on a de commun et de différent et mieux vivre ensemble)
  3. – «   Portrait chinois  »  : «  si j’étais…  » un animal/ lieu/ personnage/ plat… je serais… parce que… (cette activité permet de parler de soi, de son caractère et de développer la créativité…).
  4. – «   Les petits bonheurs  »  : chacun écrit ou dessine un petit bonheur a sur un post-it. Il est ensuite possible de faire un grand tableau avec tous les petits bonheurs (une enseignante a fait un sapin de Noël et a mis les dessins des petits bonheurs à la place des boules,…).
  5. – «   Faites passer le sourire  »  : tout le monde est très sérieux, puis vous passez le sourire à un élève qui le passe à un autre, jusqu’à ce que tout le monde sourie.
  6. – «   Le domino  »  : se mettre debout et trouver un point commun «  visible  » et un point commun invisible avec son voisin (ou ses voisins). Le point commun visible les oblige à se regarder (cela dédramatise le regard) et le point commun invisible les oblige à communiquer (ce que tu aimes faire, jeux, sport, nombre de frères et sœurs, plat préféré, série, animal domestique…).
  7. – «   Débats philo  »  :  Les objectifs du débat philo sont  : la structuration de la pensée, la maîtrise du langage, l’écoute de l’autre, respect dans le débat, la prise en compte des idées d’autrui. Il est possible que l’adulte choisisse un thème ou de laisser les enfants choisir le thème. Il est important de rappeler les règles d’un atelier (toutes les réponses sont acceptables, on lève la main pour prendre la parole, on écoute les camarades, on n’est pas obligé de participer, on parle de soi-même, on respecte et accepte ce qui est dit). Des exemples de thème pour débats philo  : «  Que veut dire être heureux  ?  » «  Que veut dire être libre  ?  » «  Qu’est-ce que l’argent  ?  »/ «  Pourquoi avons-nous besoin d’être informé  ?  » «  Qu’est-ce qu’un ami  ?  » «  Qu’est-ce que la nature  ?  » «  Que veut dire avoir une vie réussie  ?  » «  Qu’est-ce que le courage  ?  »
  8. – «   Apprendre à se faire des amis (parce que ce n’est pas toujours facile de se faire des amis)  » : En petit groupe, les enfants listent toutes les manières de se faire des amis… et les manières de les perdre  ! Il est possible de garder une trace sur un panneau dans la cour.

 

A la fin d’une activité, il est important de toujours faire un retour et de demander aux enfants  : «   À votre avis pourquoi faisons-nous cette activité  ?  » «  Qu’est-ce que cela vous apporte  ?  ». –  Faites une évaluation avec eux  : «  notez cette activité sur 10 avec vos doigts en montrant vos 2 mains  ». En outre, l’adhésion à ces activités sera meilleure si les élèves peuvent s’auto évaluer ( «  qu’avez-vous pensé de votre implication dans cet atelier  ?  »).

Pour plus d’efficacité mieux vaut garder une trace  : chaque élève écrit ou dessine ce qu’il a retenu sur son cahier ou garde l’activité écrite faite et la colle dans son cahier.

Enfin, un rituel de sortie  marque la transition avec d’autres activités : respiration en conscience par exemple, s’étirer…

……………………………………………………

Source : L’impasse de la punition à l’école de Eric Debarbieux et collectif (éditions Armand Colin). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *