Les vertus des activités manuelles pour renforcer la confiance en soi chez les enfants et adolescents (bricoler, réparer, cuisiner, jardiner, coudre, peindre…)

Les vertus des activités manuelles pour renforcer la confiance en soi chez les enfants et adolescents (bricoler, réparer, cuisiner, jardiner, coudre, peindre…)

Les vertus des activités manuelles pour renforcer la confiance en soi chez les enfants et adolescents

Dans son livre La confiance en soi : une philosophie, Charles Pépin décrit des formes d’aliénation qui minent la confiance en soi :

  • exécuter des tâches qui manquent de sens,
  • devoir aller vite au risque de mal faire et, donc, ne retirer ni fierté ni plaisir dans la réalisation de la tâche,
  • ne pas voir le fruit de son travail, ne pas pouvoir profiter du produit fini.

Les activités manuelles au sens large (cuisine, bricolage, réparation d’objets, jardinage, arts plastiques, couture…) peuvent soutenir la confiance en soi des enfants et adolescents car elles résistent à ces formes d’aliénation. Elles peuvent être à l’origine du simple plaisir de faire et de la contemplation des résultats du travail personnel. Passer du temps sur quelque chose qui résiste, s’y confronter et sentir qu’on approfondit son talent provoquent une réelle satisfaction et la confiance peut être éprouvée dans tout le corps, le coeur et la tête. Il y a de la joie qui accompagne la confiance et les activités manuelles proposées aux enfants peuvent leur donner des occasions de se réjouir. Cela s’explique par le fait que les efforts se concrétisent de manière objective et tangible dans les productions, dans un rapport premier aux choses.

Nous avons tous vécu cela : nous venons de fixer une étagère, de réparer un meuble ou de passer une couche de peinture, et nous nous exclamons, pleins d’une joie qui déborde largement ce petit succès : “Et voilà le travail !”. – Charles Pépin

Les activités manuelles (re)connectent avec la simplicité et la reconnaissance directe et immédiate du travail. Les enfants et adolescents pourront prendre d’autant plus de plaisir à l’activité qu’ils sentent qu’ils s’améliorent et que leur production est reconnue, valorisée. Charles Pépin estime que les humains sont faits pour construire, manipuler, oeuvrer, “éprouver nos facultés dans la rencontre du monde, travailler la matière pour nous travailler nous-mêmes, pour travailler notre talent”.

La confiance en soi est fille du plaisir : du plaisir que nous prenons à ce que nous faisons bien. Si nous ne “faisons” plus rien (…), alors nous nous retrouvons privés du plaisir élémentaire de faire et donc de nous-mêmes, aliénés, perdant notre cofinance en nous. – Charles Pépin

Ainsi, il peut être pertinent de proposer aux enfants et adolescents de faire quelque chose de leurs dix doigts. Faire de la peinture ou de la poterie, réparer des objets ou jardiner, cuisiner ou coudre, c’est déjà retrouver la joie de faire et, à force d’entraînement, de bien faire. Pour Charles Pépin, produire quelque chose en engageant le triptyque mains/ esprit/ coeur est la promesse d’une confiance en soi solide et soutenante.

………………….
Source : La confiance en soi : une philosophie de Charles Pépin (éditions Pocket). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander La confiance en soi sur Amazon, sur Decitre ou sur Cultura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *