7 étapes pour apprendre le sketchnoting (prise de notes visuelle)

7 étapes pour apprendre le sketchnoting (prise de notes visuelle)

J’ai déjà abordé à plusieurs reprises le concept de Sketchnoting sur le blog. Le Sketchnoting est une méthode visuelle et graphique d’organisation des informations qui peut être utilisée par les enfants et adolescents pour mémoriser une leçon, un cours en le retravaillant sur la forme et le fond.

Les sketchnotes sont une technique de prise de notes mêlant éléments visuels et textuels. Le terme est la contraction de deux mots anglais : Sketch (gribouiller/ dessiner) et Notes (prendre des notes). Les sketchnotes sont particulièrement efficaces pour mémoriser à long terme.

L’apprentissage de la technique du sketchnoting n’est pas difficile mais demande de l’entraînement (et donc du temps) mais surtout le fait de dépasser les appréhensions et croyances limitantes du type “je ne sais pas dessiner”, “je ne dessine pas assez vite” ou encore “je ne suis pas visuel”.

Comme je l’ai déjà dit, les sketchnotes peuvent être utiles et efficaces pour les révisions (à la fois en termes de compréhension puisqu’il s’agit de reformuler le cours et d’en extraire les éléments clés mais également en termes de mémorisation à long terme puisque cela demande un vrai effort de concentration et de réflexion). Par ailleurs, le résultat esthétique donne envie d’y revenir pour réviser à nouveau.

livre apprendre sketchnoteBéatrice Lhuillier, spécialiste des sketchnotes et de la prise de notes visuelles, insiste quant à elle sur l’efficacité du sktechnoting “en direct” (lors d’une conférence par exemple… ou d’un cours en amphi !). Béatrice Lhuillier écrit que le taux de rétention des informations en mémoire après 3 jours augmente de 550% avec l’utilisation du sktechnoting. En effet, la prise de notes sous forme de sktechnotes oblige à une concentration soutenue pour capter toutes les informations émises puis les sélectionner selon leur pertinence et les ordonner, pour transformer les phrases en schémas, mots clés ou pictos et pour réfléchir à l’aspect esthétique de la production finale.

Dans son livre Sketchnote Time, Béatrice Lhuillier propose une méthode pas à pas pour apprendre à prendre des notes visuelles sous forme de sketchnotes. Elle y décrit 7 étapes pour maîtriser les techniques du sketchnoting et en faire un outil d’apprentissage, de mémorisation, de formation et de communication personnel et efficace.

1.Mettre en place une stratégie

Béatrice Lhuillier souligne l’importance des objectifs de l’apprentissage de cette nouvelle technique de prise de notes :

  • quel est le but ?
  • dans quel contexte tirer profit du sketchnoting ?
  • quel processus d’entraînement sont envisagés ? quelles stratégies seront mises en oeuvre pour les acquérir ?
  • quels résultats sont attendus ?

Béatrice Lhuillier conseille de ne pas placer la barre trop haut au départ, de commencer par petites touches en s’inspirant de choses existantes puis de pousser le curseur au fur et à mesure.

2.Comprendre les principes de base

Dans la deuxième partie, Béatrice Lhuillier expose les difficultés des sketchnoteurs débutants :

  • la difficulté à dessiner (et surtout à oser)
  • la difficulté à filtrer les informations (la clé étant de ne dessiner que ce qui est maîtrisé en fonction d’une bibliothèque d’éléments graphiques travaillés en amont et de noter sous forme de texte les messages et informations clés)
  • la difficultés à placer les éléments sur la page (la clé étant d’adopter des dispositions types au départ… quitte à casser les codes quand la maîtrise le permettra !)

Il est toujours possible de revenir sur une prise de notes pour les illustrer ou les mettre en couleur plus tard. Ce qui est surtout important est de mettre en relief (couleurs, dégradés, ombres, encadrés…) les messages clés.

De nombreux exemples et de nombreuses pages banches sont prévus pour s’inspirer et s’entraîner avec des informations simples (par exemple, sketchnoter une recette de cuisine).

3.Maîtriser les éléments visuels

Béatrice Lhuillier conseille de se constituer une bibliothèque personnelle d’éléments graphiques qui seront travaillés jusqu’à une bonne maîtrise et de se doter d’une grammaire visuelle à base de :

  • Formes de base
  • Personnages
  • Flèches
  • Conteneurs
  • Bannières
  • Séparateurs
  • Bulles

Des exemples sont présentés dans l’ouvrage afin de donner des pistes et des axes de travail à personnaliser et adapter.

exemple apprendre sketchnote

4.Améliorer les lettrages

En sketchnoting, le lettrage est primordial :

  • les titres permettent de strucuturer la planche
  • les textes facilitent la relecture

C’est le lettrage qui va permettre de hiérarchiser les informations et de mieux les retranscrire et les mémoriser.

5.Disposer les éléments sur la page

Béatrice Lhuillier propose quelques exemples de dispositions type (cases, colonnes, bandes horizontales, mind mapping, puces numérotées en Z).

Etudier des sktechnotes déjà réalisés aide à identifier les différentes structures possibles, celles qui paraissent le plus lisibles, avec lesquelles on est le plus à l’aise.

6.Utiliser la couleur

En sketchnoting, l’utilisation de la couleur n’est pas obligatoire mais peu être utile pour regrouper ou séparer des informations (délimiter des espaces, créer des contrastes…), enjoliver (décorer, faire briller…) ou encore créer du relief (surligner ou souligner une info importante…).

7.Finaliser la planche

Une planche de sketchnoting peut être retravaillée a posteriori pour un effet plus puissant à la fois en termes de mémorisation et de communication (si la planche est destinée à être partagée). Plusieurs éléments peuvent entrer en compte :

  • le contraste
  • la profondeur
  • la taille des éléments
  • les ombres
  • la répétition pour créer un motif
  • briser un motif pour attirer l’attention
  • travailler les espaces négatifs (blancs, vides, fonds…)

livre apprendre sketchnoting

Enfin, Béatrice Lhuillier propose de télécharge le logiciel GIMP pour scanner et partager un sketchnote.

J’ai particulièrement apprécié l’ouvrage de Béatrice Lhuillier parce qu’il est très progressif, propose de nombreux exemples de sketchnotes sur différents thèmes (comptes rendus de conférences, d’articles de presse, recettes de cuisine, modes d’emploi…). On peut surtout s’entraîner de manière progressive sur les nombreuses pages blanches avec consignes qui ponctuent chaque étape.

Je me suis lancée pour une prise de notes visuelles sous forme de sketchnote à partir d’une interview de Michelle Guez (formatrice en Communication non violente) au sujet de la bienveillance envers soi-même. Voici mon premier jet au crayon au papier et sans lettrage…

apprendre sketchnotes

… et la version retravaillée selon les indications de Béatrice Lhuillier 🙂 :

…………………………..

Source : Sketchnote Time de Béatrice Lhuillier (éditions Chêne). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Sketchnote Time sur Amazon ou sur Decitre.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *