Aimer lire, un objectif réellement valable de l’enseignement ?

Aimer lire, un objectif réellement valable de l’enseignement ?

Pour Eveline Charmeux, agrégée de grammaire classique et autrice du livre Lire ou déchiffrer ? : l’apprentissage de la lecture en questions  il n’est pas évident que l’objectif des enseignants soit de faire aimer la lecture aux enfants.  Pour elle, l’amour ne peut jamais être le résultat d’une contrainte.

On a tous le droit de préférer autre chose que la lecture car le droit de ne pas aimer est partie intégrante de la liberté de chacun. On peut souhaiter ou espérer que tous les enfants aiment lire mais on n’a aucun droit de les obliger à aimer lire.

Eveline Charmeux soutient que le problème n’est pas  que les jeunes aiment lire mais qu’ils lisent, y compris s’ils n’aiment pas cela. L’important est que les enfants et les adolescents sachent que la lecture est l’arme numéro 1 de la liberté. Par ailleurs, Eveline Charmeux affirme qu’une activité ne peut apporter du plaisir que si on la maîtrise.

Que les élèves maîtrisent la lecture, voilà un objectif d’enseignement et c’est dans ce sens que les enseignants ont à travailler.

On objectera peut-être que l’objectif “faire aimer la lecture” a réussi à plus d’un : il est vrai que nous sommes nombreux à aimer lire… Pourtant, ce résultat, pour satisfaisant qu’il paraisse, ne mérite guère de félicitations : en général, ceux-là ne lisent que ce qu’ils aiment… Et ce n’est pas prudent, car, dans la société qui est la nôtre, nous sommes manipulés par les lectures que nous ne faisons pas. – Eveline Charmeux

Eveline Charmeux fait remarquer à juste titre que de nombreux écrits ont été conçus pour ne pas être lus ! Elle écrit : “Ce sont toujours des écrits qui concernent notre vie, notre liberté, nos droits, et l’on découvre aisément que leur non lecture n’est pas sans profits pour leurs auteurs : contrats d’embauche, polices d’assurance et, bien sûr, les textes de lois.”

Eveline Charmeux insiste donc sur l’extrême urgence d’apprendre à lire le plus tôt possible des textes rebutants précisément parce qu’ils ont l’air rebutant ! Bien sûr, cela ne veut pas dire d’empêcher de lire des livres pour le plaisir

Deux formes du plaisir de lire

Réalisation de projets extérieurs et objectifs : lire est un acte de communication en relation avec un problème à résoudre

Dans ce cas, on lit pour :

  • agir
  • trouver une réponse à une question qu’on se pose
  • comprendre et se faire une opinion
  • choisir
  • apprendre
  • communiquer

Le sens à construire est déterminé par la situation.

Il importe de choisir la nature d’écrits à lire et le projet de lecture que la situation exige.

Le plaisir retiré de cette lecture est le plaisir de l’efficacité, la satisfaction d’avoir lu pour apprendre et d’avoir lu des textes a priori difficiles.

Projets personnels de plaisir : lire est un acte d’expression, en relation avec l’imaginaire et le plaisir

Dans ce cas, on lit pour :

  • se détendre
  • passer le temps
  • jouer
  • rêver
  • se construire

Le sens à construire est déterminé par le lecteur.

Le projet de lecture et les effets de la lecture dépendent d’une lecture à l’autre et aussi d’un moment à un autre pour un même lecteur.

Le plaisir retiré de ce type de lecture est un plaisir personnel, celui de lire (plutôt que celui d’avoir lu produisant de la matière à réfléchir).

Trois mensonges au sujet de la lecture

1° mensonge : Il faut lire des livres qu’on aime.

Pour Eveline Charmeux, on ne lit pas ce qu’on aime : on aime ou on n’aime pas ce qu’on a lu. Il faut lire d’abord ! Et même si on lit quelque chose qu’on aime pas, on en a appris des choses (sur nous-mêmes à travers nos goûts notamment) et on a acquis le droit d’en dire du mal en connaissance de cause (sans se fier au jugement d’autrui ou aux “on dit”)… on reboucle ici avec la liberté !

2° mensonge : La lecture doit toujours être un plaisir.

Eveline Charmeux nous invite à reconnaître que la plupart des écrits que les enfants et adolescents lisent dans le cadre scolaire ne leur procurent aucun plaisir (énoncé, leçons, règles et même les textes littéraires dans une certaine mesure).

Eveline Charmeux regrette que nous oublions les fonctions essentielles de la lecture (autre que le fait de “faire rêver”) :

  • communiquer avec des partenaires absents,
  • s’informer,
  • trouver des réponses aux questions qu’on se pose,
  • se faire une opinion,
  • pouvoir agir.

Dans ces cas, la lecture au service de la liberté passe par la construction de significations de façon rigoureuse et rationnelle, plutôt que par l’imaginaire rêveur.

3° mensonge : Seules les lectures de fiction peuvent apporter du plaisir.

Pour Eveline Charmeux, les autres types de lecture apportent le plaisir d’avoir lu, celui d’avoir compris, d’avoir appris, celui d’en savoir davantage, de sortir des évidences, d’analyser le monde, de découvrir les injustices et les dysfonctionnements de la société, de se confronter à des théories et des points de vue différents…

En cela, Eveline Charmeux ré affirme l’idée selon laquelle ce n’est pas l’amour de la lecture qu’il faut viser mais une “boulimie méfiante, exigeante, qui décortique ce qui se cache sous les apparences, avec une curiosité inversement proportionnelle à l’attrait du texte“.

Le BESOIN de lire !

Pour cela, il faut travailler dès l’école maternelle sur le besoin de lire et sur le plaisir que peut apporter un besoin satisfait.

Faire découvrir aux petits que lire est une activité qui est d’abord utile, avant d’être agréable, et qui deviendra vraiment agréable quand on la maîtrisera bien.

Surtout leur permettre de découvrir que ce savoir est la clé de tous les autres et que c’est lui qui rend véritablement libre.

Au fait, notre objectif est-il bien de rendre nos élèves vraiment libres ? A voir… – Eveline Charmeux

Pour Eveline Charmeux, la lecture d’une notice de montage ou d’une police d’assurance peut conduire à éprouver du plaisir, un plaisir certes différent de celui éprouvé à la lecture d’un roman ou d’un magazine apprécié mais tout aussi grand. Ce plaisir n’apparaît qu’à une condition : être impliqué de façon responsable dans ce qu’on est en train de faire. C’est une des nombreuses vertus de la pédagogie de projet.

…………………………………………………………………………………………….

Source : Lire ou déchiffrer ? : l’apprentissage de la lecture en questions de Eveline Charmeux (éditions ESF).

Commander Lire ou déchiffrer ? : l’apprentissage de la lecture en questions  sur Amazon ou sur Decitre.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *