Pourquoi toutes les cours de récréation en maternelle devraient avoir un bac à sable

Pourquoi toutes les cours de récréation en maternelle devraient avoir un bac à sable

Pourquoi toutes les cours de récréation en maternelle devraient avoir un bac à sable

Dans son livre La cour de récréation : pour une anthropologie de l’enfance, Julie Delalande (sociologue) explique, d’après des observations effectuées dans 4 cours de récréations en écoles maternelles françaises entre 1992 et 1997, que les jeux de sable font partie de ceux où tout est à créer.

La dimension imaginaire des jeux de sable

La dimension imaginaire est celle qui donne son principal attrait ludique aux jeux avec le sable. Même le plaisir tactile de la manipulation du sable semble lié à la dimension symbolique qui y est associée (ex : jouer à fabriquer un gâteau, jouer à fabriquer du sable doux ou encore à construire un circuit de voitures).

Le sable, bien précieux objet de don

Le sable est l’objet de dons et offert publiquement. Ce type de don permet notamment à un enfant de se faire accepter dans un groupe de joueurs et il apparaît comme un bien précieux, une sorte de monnaie d’échange contre autre chose (un bonbon ou un vrai gâteau par exemple). Il peut aussi servir à symboliser un bonbon ou de l’argent.

Julie Delalande a remarqué que, dans toutes les écoles qu’elle a observées, le sable revêt une symbolique de bien précieux. Il est d’autant plus précieux qu’il est “doux”. Une des activités principales des enfants de maternelle dans la cour de récréation consiste à fabriquer du « sable doux » qui est parfois conservé d’une récréation à l’autre. Le “sable doux” est un sable purifié de ses cailloux. L’acte en soi (éliminer les cailloux) est parfois suffisant pour alimenter un jeu pendant plusieurs récréations : des enfants peuvent s’occuper à la fabrication de sable doux et en faire un jeu collectif en comparant la douceur de leur fabrication respective.

Une diversité de touchers et de couleurs des différents sables exploitée dans les jeux par les enfants

Par ailleurs, la diversité de touchers et de couleurs des différents sables est largement exploitée dans les jeux des enfants de maternelle. Les enfants attribuent des qualités différentes selon le lieu et la profondeur où se trouve le sable. Un jeu supplémentaire peut correspondre au fait de trouver un nouveau nom pour le sable d’un endroit particulier.

Ainsi, la place de l’invention reste grande dans cette manière de jouer avec le sable. Par ailleurs, cette inventivité permet à un enfant de se faire remarquer de ses pairs. Si son idée est bonne, les autres la reprendront et elle pourra s’établir comme une norme (le sable trouvé à cet endroit s’appellera dorénavant toujours ainsi). L’enfant qui en est à l’origine pourra se voir attribuer (ou renforcer) un statut de leader. La capacité à faire preuve d’invention dans les jeux de sable a donc une fonction dans le groupe que représentent les enfants dans une cour de récréation maternelle.

Une appétence pour enrichir toujours plus les possibilités de jeu offertes par le sable

Dans les jeux de sable, la part de création est toujours grande et l’intérêt du jeu grandit avec la part de créativité et de liberté que permet la matière. Très souvent, les sables sélectionnés sont assimilés à des ingrédients culinaires en fonction de leur ressemblance avec ceux-ci.

Pour l’enrichir encore, les enfants cherchent à élargir la gamme des matériaux qui composent leurs préparations culinaires et utilisent, malgré l’interdiction de les cueillir, tous les végétaux à leur disposition : feuilles, fleurs et fruits dans les haies, bogues, etc. Les jeux de sable sont donc une occasion privilégiée d’explorer un environnement « naturel ».

Le sable, occasion de jeux symboliques et de jeux de rôles

Certains jeux de sable s’accompagnent d’attitudes corporelles et langagières particulières. Ces attitudes ne sont pas seulement motivées par l’intention de s’appliquer pour obtenir un résultat mais elles revêtent une signification symbolique.

Tout en étant assis dans une cour, des enfants se projettent comme “acteurs d’un monde adulte tel qu’ils se l’imaginent ou tel qu’ils l’idéalisent”.

Ces jeux étant libres et auto dirigés (personne n’impose un rôle ou une manière de faire), les enfants choisissent d’être ce qu’ils veulent (cuisinier, pâtissier, mère ou père de famille qui cuisinent…). Dans ces jeux, les enfants cherchent à accomplir leur mission avec le plus grand sérieux.

Au-delà de la réalisation d’un “plat” en sable, ces jeux sont l’occasion de mimer un scène de repas familiaux, une scène de vente dans une pâtisserie ou une boulangerie, un travail de culture de la terre en jouant à la ferme en amont de la réalisation du plat (planter, cultiver, conduire un tracteur…).

Les jeux symboliques ne s’appliquent pas seulement à la cuisine à partir de sable mais peuvent aussi concerner :

  • une construction fictive qui met en scène la mort et la maladie (en cuisinant ou offrant un plat empoisonnée comme dans Blanche Neige);
  • des actions motrices (s’enterrer, se lancer du sable, faire glisser le sable sur des structures en pente, courir et déraper sur du sable pour qu’un nuage de poussière se forme…);
  • construire des réelles structures (des circuits de voitures, des plaines de dinosaures, un circuit pour l’eau…).

Pourquoi un tel engouement pour les jeux de sable chez les enfants de maternelle ?

Julie Delalande explique l’engouement des enfants pour les jeux de sable par plusieurs facteurs :

  • un phénomène d’imitation : les nouveaux arrivants d’une cour regardent les occupations de leurs aînés et les copient.

 

  • le sable est un matériau familier (les jeunes enfants ont aussi un contact avec le sable dans les squares et sur les plages, où dès leur plus jeune âge leurs parents mettent entre leurs mains seau, pelle, tamis et moules, leur apprenant souvent à faire des pâtés, des châteaux). Julie Delalande parle d’un “héritage culturel” (les outils et jouets pour recueillir, sélectionner, tamiser et mettre en forme le sable poussent les enfants à explorer davantage ce matériau).

 

  • la volonté enfantine de structurer, de mettre en valeur, de construire, c’est-à-dire de faire d’un ensemble de gestes un jeu.

La présence d’une symbolique des jeux de sable, qui tourne autour de la cuisine et des circuits d’eau ou d’automobiles, associée à une forme cérémonielle, amène à concevoir une ritualisation de certaines pratiques, c’est-à-dire une volonté enfantine de « mise en ordre », non seulement d’une action particulière mais à une échelle plus large, du monde en général. La cuisine par le sable, pratiquée par beaucoup d’enfants rencontrés, serait un moyen privilégié pour intégrer des oppositions fondamentales (froid/chaud, sec/humide, blanc/noir…), et la mise en scène de la vie familiale dans ces mêmes jeux permettrait une appropriation de la différenciation sociale des sexes et des rôles sociaux. Les jeux de sable semblent donc propices à la mise en place d’une symbolique soutenant l’intérêt ludique.

A la lumière des ces éléments, on comprend l’attrait des enfants pour le sable et l’importance de leur proposer un environnement qui comporte la possibilité de jouer aux jeux de sable à l’école (maternelle mais aussi plus tard !).

…………………………………………

Source : La cour de récréation : pour une anthropologie de l’enfance de Julie Delalande (éditions Presses universitaires de Rennes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *