Manuel d’autodéfense intellectuelle : un livre théorique et pratique pour développer l’esprit critique des adolescents

Manuel d’autodéfense intellectuelle : un livre théorique et pratique pour développer l’esprit critique des adolescents

livre développer l'esprit critique des adolescents

Présentation de l’éditeur

manuel auto défense intellectuelleLes hommes-lézards dirigent-ils le monde en secret ? Le concombre espagnol est-il un serial killer ? Votre supermarché vous connaît-il mieux que vos parents ? Face à la complexité du monde, le Manuel d’autodéfense intellectuelle, drôle, original, accessible et intelligent, propose en neuf chapitres une véritable initiation à l’esprit critique.

Du discours complotiste à celui des publicitaires en passant par ceux des politiciens, des scénaristes de séries télé, des pseudo-scientifiques ou des extrémistes de tout poil, ce livre nous invite à décrypter toutes les formes de rhétorique susceptibles de nous influencer à notre insu.

Depuis sa sortie, il s’est imposé comme une référence auprès des jeunes lecteurs, mais aussi des parents ou des enseignants désireux de combattre efficacement langue de bois, intox, amalgames, fausses rumeurs et autres psychoses.

L’autrice : Sophie Mazet est agrégée d’anglais et donne des cours depuis 2007 dans un lycée de Seine-Saint-Denis classé ZEP. Depuis 2011, elle y anime un atelier d'” initiation à l’esprit critique ” dont elle a tiré la matière de son Manuel d’autodéfense intellectuelle. Le ministère de l’Éducation nationale lui a remis les Palmes académiques.

Les points forts

Cet ouvrage est organisé autour de 9 chapitres :

  1. Qu’est-ce que l’information ?
  2. La vie est-elle plus belle dans les séries TV ?
  3. “On nous cache tout, on nous dit rien”, ou la dangereuse percée de la pensée complotiste
  4. A quoi sert la laïcité ?
  5. Santé, nutrition, environnement : le pire est-il toujours certain ?
  6. Peut-on échapper à la publicité ?
  7. En politique, faut-il toujours se méfier des mots ?
  8. Tous les discours dits “scientifiques” sont-ils fiables ? 
  9. Le pire ennemi, c’est nous !

Ce manuel est inspiré des cours d’esprit critique que donne Sophie Mazet en lycée. On sent son expérience auprès des jeunes et on y trouve de nombreux exemples tirés de l’actualité. Il est possible de lire les chapitres dans le désordre.

Chaque chapitre s’appuie sur des faits réels, fournit des éléments théoriques sur le fonctionnement du cerveau, sur le fonctionnement de l’industrie médiatique, sur la méthode scientifique. A la fin de chaque chapitre, une boîte à outils est proposée pour détecter les formes de manipulation dans toute forme de discours.

Ainsi, Sophie Mazet donne des clés de compréhension pour vérifier si une information est crédible avec des questions à se poser comme “‘quelle est la taille de l’échantillon à partir duquel la conclusion a été tirée ?” ou “de quelle façon un autre média aborderait cette information ?”. Sophie Mazet prévient également que l’effet de répétition prédispose notre esprit à considérer certaines informations comme vraies. Il apparaît que ce qu’on a tendance à estimer comme la vérité est simplement une information qui nous paraît plus familière.

Concernant les séries dont les adolescents sont si friands, Sophie  Mazet estime important, à partir d’exemples, de leur rappeler qu’ils ne doivent pas oublier qu’ils ont suspendu leur esprit critique pour s’immerger dans la fiction. Les séries sont “pour de faux” mais peuvent influencer la perception du monde. il est difficile de quantifier de manière précise l’influence des productions audiovisuelles sur la société mais le fait que certaines personnes soient prêtes à payer pour placer des produits ou faire passer des messages orientés dans un film ou une série prouve que cette influence est réelle. Il est donc important d’en prendre conscience.

Sophie Mazet fournit des éléments au sujet du fonctionnement du marché de l’information, notamment sur internet. Elle illustre par exemple le fait que, sur certains sujets, les sites Web prônant une croyance irrationnelle représentent l’écrasante majorité de l’information disponible. Sans méthode ni esprit critique ni connaissance sur les biais cognitifs, il est facile de se laisser convaincre par des thèses irrationnelles.

La laïcité est également abordée de manière approfondie et Sophie Mazet adopte une position universaliste. Elle écrit par exemple que s’opposer au port du voile n’est pas raciste : c’est une question de principe et d’application de la loi. Une gestion communautariste des affaires de la cité et de l’école abîme le pacte républicain. Sophie Mazet estime que les croyants doivent accepter certaines restrictions de leur liberté d’expression religieuse (et non de leur liberté de conscience) afin de protéger la liberté de tous.

Sophie Mazet donne également quelques informations sur le fonctionnement de la science et sur la démarche de la méthode scientifique. La recherche scientifique fonctionnant de manière beaucoup plus lente et moins sensationnaliste que les médias, il faut se méfier des positions médiatiques sensationnalistes (on dit bien “quand c’est trop beau pour être vrai, c’est que cela l’est”, idem pour le sensationnalisme) . Il n’y a de statut d’experts que collectifs : UNE étude ou la parole d’UN expert a peu de valeur. De plus, il faut se méfier de l’appel à l’émotion et tenter de rester attaché aux faits.

On trouve également dans ce manuel d’autodéfense des outils pour décrypter les publicités et prendre conscience de la manière dont sont collectées nos données personnelles sur internet.

Le dernier chapitre est intéressant dans le sens où il nous invite à nous connaître nous-mêmes (et notamment le fonctionnement du cerveau humain et ses biais cognitifs). Il est nous impossible d’échapper à la subjectivité car nous avons tendance à nous informer toujours auprès des mêmes sources et à écarter les informations qui ne vont pas dans le sens de nos croyances ou de nos valeurs. Nous pouvons alors dépasser cette “clôture informationnelle” en cherchant à contredire les informations que nous prenons pour vraies plutôt qu’essayer de les confirmer. Cela permet de se demander si les raisons qu’on a de penser ce qu’on pense sont solides.

Le gros point fort de ce petit ouvrage est la quantité d’exemples de l’actualité sur lesquels Sophie Monzet s’appuie pour analyser des discours politiques, publicitaires ou scientifiques, pour déjouer des stratégies, pour développer des éléments théoriques au sujet de l’esprit critique et donner des conseils pour passer à la pratique.

…………………………..
Manuel d’autodéfense intellectuelle de Sophie Mazet (éditions Robert Laffont) est disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Manuel d’autodéfense intellectuelle sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *