Les vertus de l’échec dans la vie en général et à l’école en particulier : un livre pour reprendre les erreurs et les échecs

Les vertus de l’échec dans la vie en général et à l’école en particulier : un livre pour reprendre les erreurs et les échecs

avis livre vertus de l'échec

Présentation de l’éditeur

livres confiance en soi échecEt si nous changions de regard sur nos échecs ?
Les succès viennent rarement sans accroc. Charles de Gaulle, Rafael Nadal, Steve Jobs ou Barbara ont tous essuyé des revers cuisants avant de s’accomplir.
Relisant leurs parcours et de nombreux autres à la lumière de Marc Aurèle, saint Paul, Nietzsche ou Freud, cet essai nous apprend à réussir nos échecs. Il nous montre comment chaque épreuve, parce qu’elle nous confronte au réel ou à notre désir profond, peut nous rendre plus lucide, plus combatif, plus vivant.
Un petit traité de sagesse qui nous met sur la voie d’une authentique réussite.

Les points forts

Le livre Les vertus de l’échec est organisé autour de 10 chapitres :

  1. L’échec pour apprendre plus vite (le problème français)
  2. L’erreur comme seul moyen d’apprendre (une lecture épistémologique)
  3. La crise comme fenêtre qui s’ouvre (une question pour notre temps)
  4. L’échec pour affirmer son caractère (une lecture dialectique)
  5. L’échec comme leçon d’humilité (une lecture chrétienne ?)
  6. L’échec comme expérience du réel (une lecture stoïcienne)
  7. L’échec comme chance de se réinventer (une lecture existentialiste)
  8. L’échec comme acte manqué ou heureux accident (une lecture psychanalytique)
  9. Rater, ce n’est pas être un raté (pourquoi l’échec fait si mal)
  10. Oser, c’est oser l’échec

citation échec

 

Dans cet ouvrage, Charles Pépin décrit non pas la vertu de l’échec mais les vertus de l’échec. Certains échecs confortent la volonté et la persévérance tandis que d’autres donnent l’élan de changer les plans, les objectifs et même de renoncer parfois. Il y a des échecs qui rendent plus sages, plus réalistes et d’autres qui rendent plus combatifs et créatifs. Il est important de garde en tête que les humains peuvent échouer car c’est notre vérité d’êtres humains : nous ne sommes ni totalement gouvernés par nos instincts ni programmés comme des machines ou des robots. Nous pouvons apprendre plus en perdant qu’en gagnant à condition de s’interroger. Il y a de la réussite dans le simple fait d’essayer : on réussit à essayer car la seule manière de s’approcher d’une vérité est d’échouer d’abord à la comprendre. L’échec est également une leçon d’humilité et rappelle à la vigilance.

Nous pouvons échouer parce que nous sommes des hommes et parce que nous sommes libres : libres de nous tromper, libres de nous corriger, libres de progresser. – Charles Pépin

J’ai apprécié cet ouvrage parce que Charles Pépin s’appuie sur de nombreux exemples pour illustrer ces propos : Rafael Nadal, la chanteuse Barbara, Charles de Gaulle, Ray Charles… On y retrouve également la pensée de nombreux philosophes (Bachelard, Bergson, Hegel et d’autres) pour appuyer les propos.

J’aimerais partager avec vous quelques citations que j’ai appréciées dans cet ouvrage :

Il est des victoires qui ne se remportent qu’en perdant des batailles. Hâtons nous donc d’échouer, car alors nous rencontrons le réel plus encore que dans le succès. Parce qu’il nous résiste, nous le soumettons à la question; nous le regardons sous tous les angles.

La vie qui ne se risque pas s’étiole à petit feu.

L’audace est un résultat, une conquête : on ne naît pas audacieux, on le devient.

Les savants, souvent, sont des personnes très humbles. Ce n’est pas un hasard : parce qu’ils échouent sans cesse, parce qu’ils passent leur vie à corriger des intuitions fausses, ils ne manquent pas d’occasion de guérir de l’arrogance ou du fantasme de toute puissance.

D’abord perçus comme des culs-de-sac, certains échecs sont in fine, moins des impasses que des carrefours.

Il faut avoir échoué pour comprendre ce qu’il y a d’intense dans la simple joie de vivre et de miraculeux dans la beauté du monde.

Charles Pépin formule plusieurs propositions pour une culture positive de l’erreur à l’école. Il est beaucoup question du système éducatif français (Charles Pépin étant professeur de philosophie au lycée). Ce dernier regrette que les erreurs ne soient pas vues comme des étapes vers la compréhension et que la plupart des élèves après le CM1 considèrent le fait de se tromper comme une humiliation… alors même que la méthode scientifique repose sur le tâtonnement, sur l’essai-erreur. Les scientifiques du monde entier voient dans l’erreur un acte normal et fondateur de la connaissance. Un chercheur est d’abord quelqu’un qui sait se tromper et le progrès scientifique est une succession de rectifications. Nous pouvons choisir d’instaurer une culture de la curiosité dans les écoles où l’inquiétude face à la nouveauté et l’incertitude est accueillie en même temps que la promesse de la découverte, l’excitation de la compréhension. Une question clé pourrait être : et maintenant, qu’est-ce qui commence d’intéressant ? (plutôt que : qu’est-ce qui est perdu ?).

………………..

Source : Les vertus de l’échec de Charles Pépin (éditions Pocket). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Les vertus de l’échec sur Amazon, sur Decitre ou sur Cultura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *