4 astuces pour faciliter les devoirs des enfants

4 astuces pour faciliter les devoirs des enfants

4 astuces pour faciliter les devoirs des enfants

  • Faire des fiches

Quand un enfant/ adolescent fait des fiches à partir de ses leçons, son cerveau effectue un travail intéressant : synthétiser un paragraphe en quelques mots ou en un dessin. Certains jeunes préfèrent dessiner ; d’autres, écrire.

Les fiches ne peuvent être efficaces et utiles pour mieux apprendre (comprendre et mémoriser à long terme) que si un réel travail de métamorphose du texte, en un dessin, un schéma et/ou en quelques mots, est réalisé. C’est une appropriation de l’essentiel de la leçon. Faire une fiche de révision n’est jamais synonyme de recopier le cours. Cela consiste plutôt dans le fait d’écrire le titre et les têtes de chapitres (en utilisant de préférence les mêmes couleurs que pour la leçon), de faire un schéma et/ou écrire quelques mots, de noter des définitions à connaître par coeur ainsi que les mots nouveaux ou les mots-clés de la leçon.

Pour aller plus loin : Faire des fiches de révisions efficaces avec la méthode de la narration d’histoire (story telling)

 

  • Enrichir la perception des nouveaux mots

Le fait de chercher la définition des mots nouveaux en les rapprochant de choses déjà maîtrisées (étymologie, mots de la même famille…), de les d’écrire, de les épeler, de les voir exister dans la tête ou de les tracer en l’air est important pour que le nouveau vocabulaire soit correctement orthographié et compris.

Savoir écrire un mot correctement est aussi important que savoir l’utiliser et les enseignants attendent que le vocabulaire de la leçon soit bien maîtrisé.

 

  • Éviter l’illusion de la connaissance

Certains écoliers, et même collégiens et lycéens, peuvent avoir du mal à évaluer s’ils savent vraiment leur leçon (ou s’ils croient la savoir). Il arrive que certains élèves pensent connaître leur leçon mais s’appuient en réalité sur des indices récupérateurs dans la leçon (couleurs, saut de ligne, mot écrit en majuscule…) : s’ils n’ont plus ces indices sous les yeux, ils ne sont plus capables de restituer les éléments à savoir.

Les élèves peuvent apprendre à vérifier seuls s’ils connaissent ou non leurs leçons. Voici une technique pour y parvenir : debout, dans sa chambre, l’élève dit à voix haute la leçon qu’il est supposé maîtriser. Quand il ne se souvient plus de la suite, il doit baisser les yeux pour regarder sa fiche. Qu’il repère combien de fois il sera obligé de regarder : à partir de trois fois, il lui faut reprendre la leçon.

  • Enrichir l’encodage des informations nouvelles

Plus une notion est codée de manière enrichie, mieux elle sera comprise et plus la mémorisation sera efficace. Par ailleurs, nous avons souvent tendance à ignorer le rôle du corps dans l’apprentissage. Il est possible d’enrichir l’encodage des notions en utilisant la manipulation et le corps pour apprendre.

Par exemple, le jour où un enfant découvre les angles droits, il est possible de lui dire de prendre une équerre et de s’amuser, à la maison, à regarder dans la cuisine, la chambre, le salon, partout où se trouvent des angles droits.

Plus on crée de ponts entre l’école et la vie courante et plus les enfants mettent de sens dans ce qu’ils apprennent.

Il est également possible d’ajouter de petites astuces mnémotechniques, des anecdotes et de l’humour pour renforcer la mémorisation . Pour le mot « isocèle », sa racine grecque peut aider : en grec, isocèle signifie « qui a deux jambes ». En principe, nos deux jambes sont égales !

…………………………………………….

Source : Au secours, mon enfant à des devoirs de Bernadette Dullin (éditions Hugo Document).

Commander Au secours, mon enfant à des devoirs sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *