L’importance des traces mentales : l’évocation est la plus transversale des compétences pour apprendre à apprendre

L’importance des traces mentales : l’évocation est la plus transversale des compétences pour apprendre à apprendre

traces mentales évocation apprendre à apprendre

L’évocation est la plus transversale des compétences. – Micheline Dubuc

Des différences de contenu peuvent être constatées quand des traces mentales (= évocations) ont été produites avec un projet de sens d’attention visant leur compréhension ou leur mémorisation.

A cet effet, il est nécessaire de “faire attention” aux objets perçus, c’est-à-dire de prolonger l’acte de perception par celui de l’évocation permettant de se les approprier.

Il y a différentes manières d’évoquer ou de mettre dans sa tête ce qui est perçu. Les enseignants n’ont pas besoin de connaître les habitudes évocatives de chacun des élèves pour les inciter à évoquer ce qu’ils leur enseignent. Il suffit, pour les enseignants, de :

  • stimuler cette démarche mentale essentielle en rappelant aux élèves de “mettre dans leur tête”, à leur façon, ce qui leur est dit ou montré (ce rappel n’implique pas plus de quelque secondes)
  • préciser aux élèves, si nécessaire, comment ils peuvent faire pour “mettre dans leur tête”, c’est-à-dire en s’en faisant des images , fixes ou animées, ou encore en se le décrivant, avec des mots entendus ou leurs propres mots, avec des ressentis ou des mouvements
  • leur laisser du temps pour le faire et pour prendre conscience des traces mentales produites, ce qui implique de s’arrêter d’enseigner pendant quelques instants
  • vérifier les évoqués mentaux des élèves, le plus souvent possible, pour s’assurer non seulement de l’existence de ces traces mentales mais aussi de leur exactitude (les élèves pouvant être invités à reformuler et cette invitation pouvant être systématique à la fin d’une leçon).

Pour les enseignants, le plus difficile peut être d’arrêter d’enseigner quelques instants. Ce temps d’arrêt n’est pas du temps perdu mais du temps investi car ce temps permet aux élèves de mieux apprendre et aux enseignants d’enseigner, lors des leçons suivantes, à partir des traces mentales construites par leurs élèves.

Ces traces mentales (appelées évocation en gestion mentale) sont le point de départ de l’itinéraire mental menant à comprendre, mémoriser, réfléchir ou créer.

Certains élèves n’auront besoin que d’une invitation à évoquer mentalement alors que d’autres auront besoin de conseils méthodologiques.  Il ne suffit pas de leur dire de “mettre dans leur tête” mais de les questionner dans un dialogue qui permet de faire émerger les modalités évocatives.

Pour aller plus loin :  Apprendre à apprendre : les évocations de la gestion mentale

La production de traces mentales par les élèves, relatives à ce qui leur est enseigné, est très importante à stimuler. Tous les élèves doivent aller au-delà de la simple perception des objets d’apprentissage. Certains élèves doivent apprendre à diriger leurs évocations, à traduire le perçu en images mentales visuelles ou auditives correspondant à leurs habitudes évocatives, ces habitudes devant souvent être complétées par d’autres types d’évocation afin de mieux s’adapter à divers domaines d’apprentissage et de la vie.

……………………………………………………

Source : Apprendre avec des outils pédagogiques facilitateurs de pensée : Gestion mentale et transfert des apprentissages de Micheline Dubuc (éditions Chronique Sociale)

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *