aider les enfants à lire

12 astuces pour aider les enfants à prendre plaisir à lire (et à faire leurs devoirs de lecture)

12 astuces pour aider les enfants à prendre plaisir à lire (et à faire leurs devoirs de lecture)

Dans le cadre de mon accompagnement scolaire auprès d’une élève de collège, j’ai été confrontée à un problème sur les devoirs de lecture. Elle avait 3 nouvelles à lire pendant les vacances de la Toussaint (soit environ une centaine de pages). Autant dire qu’elle était découragée d’avance :

  • elle lit très peu à la maison et a donc une vitesse de lecture plutôt faible; elle accroche certains mots, doit revenir en arrière. Cela lui pose donc des problèmes de compréhension et elle avait l’impression qu’elle ne pourrait jamais lire ces 100 pages en 15 jours,
  • le professeur ne leur avait pas donné d’indications sur la lecture : difficile donc pour elle de savoir quelles informations retenir, sur quels points focaliser son attention…
    • pas de projet de lecture,
    • pas d’attentes particulières (questions de compréhension ou résumé par exemple),
    • pas de résumé connu à l’avance des histoires,
    • pas d’informations sur les points communs entre les nouvelles.

 

Je lui ai donc proposé plusieurs astuces pour prendre plaisir à lire et comprendre ce qu’elle avait à lire. En voici 12 :

  • Lire à haute voix et accompagner la lecture de gestes

Lire à haute voix permet de travailler à la fois les canaux auditifs et visuels. Par ailleurs, lire à haute voix incite à plus mettre le ton, à passer en mode presque théâtral.

Accompagner la lecture de gestes pour mimer les actions des personnages (par exemple entrer dans une pièce, tourner la tête vers un autre personnages, monter dans le train…) stimule le canal kinesthésique et ancre les gestes dans le corps. On retient mieux et on comprend mieux quand on stimule plusieurs manières d’apprendre.

 

  • Se faire lire par quelqu’un

Nous avons testé cette technique ensemble et ce fut très efficace. Je lui ai lu plusieurs passages du livre en mettant le ton, en prenant mon temps, en la regardant autant que possible, en lui souriant, en faisant quelques pauses brèves.

Je lui ai ensuite demandé de reformuler l’histoire avec ses propres mots : elle n’en revenait pas d’avoir (presque) tout compris et d’être même capable de ressortir certaines phrases du livre mots pour mots.

Je l’ai donc incitée à demander à sa mère, son père, son frère, sa grand-mère de lui lire certains passages. Elle peut aussi très bien le faire avec ses copines : chacune lit quelques pages à tour de rôle.

 

  • Écouter un enregistrement de lecture

Si le livre est disponible en audio livre, pourquoi ne pas utiliser cette autre manière de découvrir un ouvrage ? Les audio livres sont en général très bien faits et l’avantage est de pouvoir mettre la lecture sur pause pour y revenir sur certains passages ou continuer la lecture plus tard.

Certains passages de livres classiques sont aussi disponibles en vidéo sur You Tube ou Daily Motion. Certaines classes de collège ou lycée qui ont travaillé une oeuvre l’ont mises en scène sous forme de vidéo (j’ai par exemple trouvé une vidéo sur la nouvelle “Celui qui voulait voir la mer” de Le Clézio réalisée par une classe de collège). Cela peut stimuler l’élève dans la poursuite de la lecture.

L’élève peut aussi s’enregistrer en train de lire ou enregistrer la personne qui lui fait la lecture pour y revenir plus tard.

 

  • Se renseigner avant sur l’histoire

Adultes, nous lisons la quatrième de couverture avant de commencer un livre, nous lisons les commentaires d’autres lecteurs ou des critiques littéraires.

Pourquoi ce serait différent pour les enfants ? Être obligé de lire un livre pour l’école ne dispense pas de s’y intéresser, de lire le résumé, de connaître l’histoire de l’auteur (pourquoi il a écrit cette histoire ? pour qui ? dans quel contexte ?), de lire l’avis d’autres lecteurs.

J’ai donc cherché plusieurs informations sur les nouvelles que mon élève avait à lire avant d’en commencer la lecture : résumé, points communs entre les trois nouvelles, avis et commentaires d’autres lecteurs, extraits populaires et significatifs.

 

  • Chercher des informations complémentaires ailleurs, sur d’autres supports

En cours de lecture ou une fois que la lecture est finie, il peut être intéressant de compléter par des informations en rapport avec le livre.

Par exemple, regarder un documentaire sur le sujet traité (un pays en particulier, une tradition, une époque…), écouter une émission de radio, se documenter sur la biographie de l’auteur, regarder l’adaptation du livre en film ou en pièce de théâtre, lire la suite…

 

  • Se donner son propre projet de lecture

Avoir un projet de lecture permet d’orienter la lecture :

  • quelles informations chercher dans le livre ?
  • quels point de repère sont importants ?
  • comment je vais pouvoir raconter l’histoire et à qui ?
  • dans quel objectif (donner envie aux autres de la lire aussi, expliquer en quoi ce livre illustre un événement historique, raconter un passage particulier…) ?

J’avais donc imprimé quelques questions de compréhension trouvées sur Internet que j’ai posées à mon élève avant de continuer la lecture. Elle savait donc sur quelles informations concentrer ses efforts de compréhension.

Mais je lui ai aussi proposé de raconter l’histoire à ses parents ou de donner envie de lire ce livre à son frère.

Partager sa lecture, ses ressentis, ses impressions, ses questions, c’est tout l’intérêt de la littérature : lire, c’est aussi l’opportunité d’interpréter et de confronter, d’enrichir, de partager, de débattre.

 

  • Lire dans des endroits divers et variés, à des heures pas nécessairement fixes

La lecture ne doit pas être associée à une corvée. Lors de la première séance de lecture que nous avons faite, nous nous sommes allongées sur son lit, pour la deuxième nous nous sommes installées au bureau. L’essentiel est que la position soit confortable et de se laisser la liberté d’en changer.

Je lui ai conseillé de lire aussi bien à la maison (dans la cuisine, au salon, dans sa chambre, sur son lit, en tailleur par terre…) qu’à l’extérieur (dans le bus, installée à la bibliothèque, dans un jardin publique, chez une copine…). On peut aussi très bien lire en marchant, dans le bus, dans une salle d’attente…

 

  • Lire en sollicitant son imagination et ses sens

Les histoires en question sont des nouvelles très descriptives, parlant de la mer, du soleil et du vent essentiellement. J’ai donc proposé à mon élève d’imaginer la chaleur du soleil sur sa joue chaque fois qu’il était mentionné, de sentir le vent dans ses cheveux, de sentir l’odeur salée de la mer, de voir dans sa tête les reflets aveuglants du soleil sur la mer.

Le recours à l’imagination permet d’ancrer ces images en mémoire, d’autant plus quand elles sont accompagnées de sensations vécues par le corps.

 

  • Dessiner ce qui a été lu

Il peut être intéressant de demander aux enfants de dessiner l’histoire. L’idée n’est pas d’avoir un dessin récapitulatif mais de proposer à l’enfant de retranscrire un univers, une interprétation propre, les éléments marquants et inspirants.

 

  • Choisir un support pour rendre compte d’une lecture

Dans le livre de Philippe Mérieu “Le plaisir d’apprendre“, une professeur de français raconte qu’elle laisse à ses élèves lycéens le choix du support pour leurs comptes-rendus de lecture :

  • un petit film,
  • un enregistrement audio,
  • une copie écrite classique,
  • le portrait d’un personnage sur le modèle d’un profil Facebook,
  • publier une critique sur un blog ou un site dédié.

 

  • Lire par ailleurs des lectures plaisir, des lectures qui plaisent personnellement

Ce qui me semble extrêmement important est de redonner le goût de la lecture aux enfants en les incitant à lire en dehors des lectures imposées par l’école. Quel que soit le support ou le thème de l’histoire, c’est en lisant que les enfants acquièrent les compétences de lecteurs : lire sans buter sur les mots, enrichir le vocabulaire, lire de plus en plus vite et de manière fluide, travailler la culture générale, comprendre des textes, adopter des projets de lecture.

BD, documentaires, livres de recette, livres avec ou sans images, magazines, livres audio, livres pour les plus jeunes ou pour les adultes ne correspondant pas à l’âge de l’enfant, peu importe : l’essentiel est de ne pas associer la lecture à une corvée scolaire !

Pour les collégiens, la lecture d’albums jeunesse peut leur redonner le goût de la lecture.

les droits du lecteur daniel pennac

  • S’entrainer à mieux comprendre ce qui est lu : un exercice ludique

Ce petit exercice est extrait du livre Explose ton score au collège. Je l’ai testé avec une élève de 4° et l’avant/ après images mentales est vraiment impressionnant.

1. Lis attentivement chacune des 10 phrases ci-dessous qui comportent toutes des comparaisons entre 2 choses. Mémorise bien qui est « le plus » ou « le moins » des deux. Imagine-toi la scène à chaque phrase. Donne toi 30 secondes à chaque phrase.

2. Une fois que c’est fait,  demande à quelqu’un de te poser les questions de la 2° partie, où tu devras justement t’aider de ce que tu auras retenu dans la 1° partie.

 

PHRASES :

– Le guépard court plus vite que la gazelle.

– L’éléphant d’Afrique a de grandes oreilles et l’éléphant d’Asie en a des petites.

– Il y a moins d’habitants à Paris qu’à Madrid.

– Le Texas a une plus grande superficie que la France.

– Voltaire est mort avant Diderot.

– Le film The Artist a eu plus d’Oscars au cinéma que le film Les Aventuriers de l’Arche Perdu.

– La planète Saturne est moins grosse que la planète Jupiter.

– La Statue de la Liberté est plus haute que la Tour de Pise.

– Le fer est plus léger que le cuivre.

– Pompée avait plus de soldats que César.

 

QUESTIONS :

– Qui court plus vite que qui ?

– Qui a de plus grandes oreilles que qui ?

– Qui a plus d’habitants que qui ?

– Qui a une plus grande superficie que qui ?

– Qui est mor après qui ?

– Qui a plus d’Oscars au cinéma que qui ?

– Qui est plus grosse que qui ?

– Qui est plus haute que qui ?

– Qui est plus lourd que qui  ?

– Qui avait plus de soldats que qui ?

 

……………………………………………………………………………………………………………………………

Mon conseil lecture :

1001 activités autour du livre de Philippe Brasseur propose des activités ludiques et créatives autour du livre s’adressant à des enfants de 2 à 8 ans. L’auteur nous prévient : il existe des méthodes pour apprendre à lire (et à bien lire) mais savoir lire ne signifie pas automatiquement aimer lire !

Le livre regorge d’activités afin que les livres deviennent source de plaisir et de créativité, comme :

  • jouer,
  • dessiner,
  • inventer,
  • parler.

Leave a Reply

Name *
Email *
Website