remplacer les devoirs

Et si on remplaçait les devoirs par ces 26 idées ?

Et si on remplaçait les devoirs par ces 26 idées ?

Jessica Smock est une ancienne enseignante américaine, docteure en science de l’éducation et mère de deux enfants. Elle écrit qu’elle regrette d’avoir donné beaucoup de devoirs lors de sa carrière d’enseignante en élémentaire (elle a enseigné à des enfants de 10/11 ans). Elle pensait que les devoirs sont une bonne manière de consolider les nouvelles connaissances et compétences, de développer le sens de l’autonomie et de l’organisation et de réfléchir sur les apprentissages (métacognition).

Or elle reconnaît que ces croyances étaient surtout guidées par la peur (la peur de l’échec de ses élèves, la peur de décevoir les parents, la peur que le pays soit mal classé dans les études comparatives internationales…).

Elle a pris connaissance de recherches qui ont démontré l’inutilité des devoirs pour les enfants avant l’entrée au collège (sixième en France, 6th grade aux Etats Unis) :

  • aucune étude n’a jamais réussi à trouver une causalité entre le volume de devoirs imposés et les performances académiques des élèves en élémentaire;
  • les devoirs ont plutôt tendance à dégrader l’attitude des enfants envers leurs enseignants et l’école en général (peur, stress, manque de confiance, fatigue…);
  • les devoirs entachent les relations avec les parents, dégradent la vie de famille (source de conflit, de punition, d’incompréhension…);
  • les devoirs “volent” du temps aux enfants (au détriment d’autres activités favorables au développement moteur, cognitif, émotionnel comme le jeu libre, les jeux dehors, les discussions…).

Voir la source (en anglais)

Jessica Smock propose de nombreuses autres activités pour remplacer les devoirs :

  1. Sauter à la corde, sur un trampoline
  2. Parler en famille
  3. Dormir
  4. Lire de manière non dirigée, juste pour le plaisir de lire
  5. Faire des puzzles
  6. Jouer dehors 
  7. Jouer dans un bac à sable avec des amis, creuser des trous dans la terre
  8. Aider à préparer le dîner (et de manière plus générale, contribuer aux tâches de la vie de famille)
  9. S’occuper d’animaux (par exemple : aller promener le chien)
  10. Jouer d’un instrument de musique 
  11. Ecouter de la musique classique
  12. Dessiner, peindre, coller
  13. Faire des expériences scientifiques
  14. Rendre visite aux grands parents, fréquenter des personnes âgées
  15. Se déguiser
  16. Jouer à des jeux de chahut
  17. Inventer des histoires
  18. S’ennuyer
  19. Méditer
  20. Jouer à des jeux de construction
  21. Apprendre à coudre, à tricoter
  22. Faire du vélo
  23. Prendre des photos
  24. Jouer à des jeux coopératifs avec des enfants de tous âges
  25. S’occuper de plante, jardiner
  26. Danser

Les apprentissages scolaires sont une forme d’apprentissage. Les devoirs grignotent le temps que les enfants peuvent accorder à d’autres formes d’apprentissages, comme l’apprentissage des relations sociales, l’apprentissage émotionnel, le développement moteur… Vous l’aurez compris, cette liste n’est ni exhaustive ni “obligatoire”. L’idée est de porter l’attention sur les risques d’une trop grande part d’activités structurées, imposées par les adultes, immobiles, à l’intérieur et sources de stress dans la vie des enfants (… et de conflits dans la famille).

………………………………………………………………………………………………………………………………

Pour rappel de la loi en France au sujet des devoirs écrits en élémentaire : 

La circulaire du 29 décembre 1956 (en application de l’arrêté du 23 novembre 1956) relative à la suppression des devoirs à la maison ne laisse pas d’ambiguïté sur la volonté du ministère de l’époque : « Aucun devoir écrit, soit obligatoire, soit facultatif, ne sera demandé aux élèves hors de la classe. Cette prescription a un caractère impératif et les inspecteurs départementaux de l’enseignement du premier degré sont invités à veiller à son application stricte ».

Plusieurs circulaires ont accompagné les modalités à donner au travail à la maison :

  • La circulaire du 6 septembre 1994

Cette circulaire précise clairement comme les précédentes l’interdiction des devoirs à la maison en ces termes : « Dans ces conditions, les élèves n’ont pas de devoirs écrits en dehors du temps scolaire. À la sortie de l’école, le travail donné par les maîtres aux élèves se limite à un travail oral ou des leçons à apprendre».

  • L’arrêté du 25 janvier 2002

Les fonctions essentielles du travail personnel donné à l’élève sont les suivantes :

  • Fixation de certains apprentissages, mémorisation ;
  • Liaison avec les familles ;
  • Développement de l’autonomie, de la responsabilité et du sens de l’organisation.

Au regard de ces finalités, la question de l’approche méthodologique est fondamentale. En effet, il est indispensable d’apprendre en classe aux élèves comment on apprend une leçon, une poésie, une table de multiplication, une définition, comment on prépare un exposé, comment on effectue une recherche documentaire… On doit apprendre à l’école à se passer de l’école, c’est là la règle. Et pour y parvenir, il faut d’abord faire à l’école, en étant très guidé, ce que, progressivement, on sera amené à faire – et même à évaluer – tout seul (Philippe Meirieu).

Après ce demi siècle d’évolution réglementaire à l’aune de l’inévitable renvoi aux inégalités sociales et familiales qui caractérise le travail de l’élève à la maison et son accompagnement, il est établi que les devoirs à la maison (et toutes formes de travail écrit) sont strictement interdits. Néanmoins, les enseignants peuvent donner des travaux oraux et des leçons à apprendre.

(source : « Les devoirs à la maison »par Philippe WOLF, Inspecteur de l’Education Nationale de la circonscription d’Oléron-Sainte-Marie)

Il en résulte qu’un enseignant en primaire peut donner à ses élèves :

  • un travail oral (lecture ou recherche par exemple),
  • des leçons à apprendre à la maison.

En France, aucun devoir écrit, soit obligatoire, soit facultatif, ne peut être demandé aux élèves en dehors de la classe.

Même si cela peut sembler une position délicate, il est possible, en tant que parents, de refuser l’effectuation des devoirs écrits par les enfants en classes élémentaires (CP au CM2).