Stratégies pour déjouer le stress pendant les contrôles/ évaluations/ tests et assurer la réussite

Stratégies pour déjouer le stress pendant les contrôles/ évaluations/ tests et assurer la réussite

Stratégies pour déjouer le stress pendant les contrôles

Pour réduire le stress pendant les évaluations et assurer la réussite, il faut mettre le cerveau en situation de réussite pendant le plus de temps possible d’affilée dès les premières secondes. Comme le stress bloque l’accès à la mémoire à long terme et au raisonnement, l’objectif est de faire baisser le niveau de stress le plus vite possible au tout début de l’évaluation.

 

A cet effet, plusieurs stratégies sont possibles :

  • choisir les questions les plus faciles (même quand elles ne sont pas écrites au début de l’énoncé)
    • lire toutes les questions du sujet sans chercher à y répondre mais en évaluant le niveau de difficulté selon les connaissances mobilisables tout de suite : mettre un “OK” devant chaque question faciles, un “?” devant les questions qui évoquent quelque chose mais de manière confuse et/ou partielle, une “X” devant les questions qui n’évoquent rien du tout;
    • commencer à répondre d’affilée à toutes les questions classées “OK” puis, une fois ces questions traitées, répondre aux questions “?” et enfin aux questions “X”. Dans le laps de temps, certaines questions ? ou X seront peut-être devenues OK.

 

  • pour les évaluations à une seule question (type dissertation), il est recommandé d’écrire au brouillon  toutes les choses sues sur le sujet pendant quelques minutes, même si cela peut paraître désordonné. Une fois toutes les idées jetées sur le papier, il sera possible de les organiser (par exemple à l’aide d’une carte mentale) et, par association d’idées, de les développer.
    • pour assurer la mémorisation des informations sur un sujet, il vaut mieux éviter de réviser avec le cahier ouvert sous les yeux à cause des indices récupérateurs qui donnent l’illusion de savoir. Il est possible de contourner l’illusion due aux indices récupérateurs en écrivant au brouillon, cahier fermé, tout ce dont on se souvient spontanément puis en ouvrant le cahier et en comparant les notes avec la leçon pour voir ce qui n’est pas noté. Ce qui n’est pas noté au brouillon est donc ce qu’il reste à mémoriser et ce qu’il faudra noter sur une feuille (uniquement donc ce qui n’a pas été restitué ou pas restitué correctement). Enfin, il reste à mémoriser le contenu de cette feuille;
    • pour des révisions à long terme, il est utile de revoir régulièrement ce qui est acquis à un moment T (sans réactivation, le cerveau va estimer que cette information est inutile et va donc l’effacer). La méthode des cartes mémoire peut être réellement efficace à cette fin.

……………………………………………………………………

Source :

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *