S’épanouir à l’école : quand l’enseignement fondé sur la confiance en soi et la bienveillance favorise la réussite des élèves

S’épanouir à l’école : quand l’enseignement fondé sur la confiance en soi et la bienveillance favorise la réussite des élèves

s'épanouir école bienveillance réussite

Présentation de l’éditeur

s épanouir à l écoleDes solutions concrètes pour mieux éduquer nos enfants… et changer le monde. Une vision novatrice de la pédagogie, par la fondatrice de l’école Living School.

Diplômée d’une grande école, Caroline Sost se destinait à une carrière dans le marketing jusqu’au jour où son intérêt croissant pour l’éthique et le développement personnel l’amène à changer de vie. Avec cette envie profonde de se rendre utile, elle se passionne pour l’éducation.

Convaincue que quelque chose ne fonctionne pas dans notre système scolaire, Caroline Sost envisage alors un nouveau type d’école réellement créative et porteuse d’humanité. Cette école, elle la crée à Paris, en 2007. C’est Living School, un lieu innovant où les enfants apprennent dans le plaisir à lire, écrire, compter… et devenir des citoyens épanouis et responsables.

En s’appuyant sur ses dix années d’expérience, elle présente ici une nouvelle approche psychologique reposant sur des idées originales comme le “plein potentiel”, le “centrage” ou encore le “repère intérieur”.

Caroline Sost explique comment un enseignement fondé sur la confiance en soi et la bienveillance favorise la réussite des élèves. Cette méthode permet aux enfants de mieux apprendre, d’avoir des relations constructives avec les autres et d’agir pour une société plus juste. Une pédagogie pour réussir sa vie.

 

Les points forts

J’ai beaucoup aimé la lecture du livre S’épanouir à l’école qui ne ressemble à aucun autre car il est à la confluence du roman autobiographique et du livre-outils qui propose des ressources et des clés applicables directement en classe (et même à la maison). Ainsi, on comprend que le cheminement vers une autre manière de penser et de faire en termes d’éducation n’est pas si simple mais que les outils existent et qu’il est possible de s’en saisir pour changer progressivement tout en se donnant le droit à l’erreur.

Pour ma part, j’ai été particulièrement sensible à la première partie qui relate le cheminement intellectuel, professionnel et personnel de Caroline Sost. En effet, elle et moi avons plus d’un point commun ! Au delà du prénom que nous partageons, nous avons initialement fait la même école de commerce parisienne puis nous avons totalement changé de voie après quelques années en entreprise. Elle a choisi de suivre une formation en psychologie de l’évolution puis d’ouvrir une école, j’ai choisi pour ma part de passer le CRPE (concours de recrutement des professeurs des écoles) puis d’ouvrir des blogs dédiés à l’éducation, à la pédagogie et au développement personnel ! Je crois qu’elle et moi partageons un constat : l’aspect de développement personnel est indispensable quand on veut s’engager dans une éducation bienveillante (que ce soit en classe en tant qu’enseignant et/ou à la maison en tant que parent). En effet, Caroline Sost estime que, pour bien gérer une relation, il faut toujours commencer par se gérer soi-même. Elle prend l’image du sachet à thé.

Notre qualité d’être donne une teinte, une coloration à tous nos savoirs, nos savoir-faire et les résultats que nous obtenons. Elle infuse véritablement à la façon d’un sachet de thé qu’on tremperait dans l’eau chaude. – Caroline Sost

La deuxième partie est consacrée à l’exposition du mode de fonctionnement de l’école créée par Caroline Sost. On y retrouve des éléments théoriques mais également (et c’est très appréciable) des témoignages d’enfants, des anecdotes de la vie de l’école, des exemples d’application des outils au quotidien et la manière dont les enfants ont pu s’en saisir à la fois dans le cadre de la classe mais également en dehors (notamment à la maison). J’ai par exemple beaucoup aimé l’idée des “ronds d’amour” ou de la “bulle protectrice”. Caroline Sost développe par ailleurs les notions de “crocodile” (l’ego) et de “potentiel” (le trésor intérieur) pour apprendre aux enfants comment développer leur intelligence émotionnelle sans laisser prendre le “croco” prendre le pouvoir sur eux mais en reconnaissant leur propre potentiel (et celui des autres).

Caroline Sost livre dans son ouvrage de nombreuses clés pour contribuer à un cadre plus valorisant et empathique en classe en tant qu’enseignant, dont voici quelques exemples :

  • Prendre soin de soi en tant qu’adulte

Caroline Sost rappelle une idée tellement rabattue qu’elle en est devenue un poncif, une espèce de tarte à la crème du développement personnel : l’importance de prendre soin de soi. Mais comment donner le meilleur de soi-même quand on est stressé, fatigué, décentré ?

On ne peut en effet pas donner ce qu’on ne possède pas. On comprend alors l’importance de cette notion de “soin de soi” et de remplir son propre réservoir affectif dans les métiers d’enseignement.

  • Commencer un cahier des réussites pour les adultes et les enfants

Un cahier des réussites fait appel non seulement à la créativité (en le personnalisant et le décorant) mais également à l’effet d’élargissement des émotions positives (fierté, joie, gratitude, enthousiasme, confiance, optimisme).

  • Pratiquer le non jugement

Caroline Sost insiste sur cette capacité à ne pas juger mais à accueillir les émotions et accepter les uns et les autres de manière inconditionnelle. Dans son école, elle forme les enseignants au non jugement pour qu’ils puissent se montrer proches et chaleureux même avec les enfants dans le comportement est parfois difficile.

Etre dans le non jugement ne signifie pas ignorer les problèmes. Il ne s’agit pas non plus d’excuser les gens/enfants ou de les déresponsabiliser mais de mieux les comprendre pour leur proposer des alternatives plus constructives.

Caroline Sost estime que, plus les personnes sont dans le jugement vis-à-vis des autres, plus elles ont au fond un mauvaise image d’elles-mêmes. Ainsi, elle invite les adultes à pratiquer le non jugement sur eux-mêmes avant de vouloir le pratiquer dans leurs relations, à commencer par les enfants.

  • Valoriser (soi-même et les autres) et encourager

Il est capital de révéler le potentiel présent au cœur de chaque enfant car le meilleur inspire le meilleur et le beau suscite le beau. Pour autant, valoriser n’est pas tromper, flatter ou être gentil. Il s’agit plutôt de faire transpirer cette intime conviction que chaque personne est un cadeau pour l’humanité, que chaque enfant peut contribuer positivement au monde  à sa façon .

De la part des enseignants, cela peut passer par :

  • des mots positifs et encourageants,
  • une communication non verbale empathique,
  • des rituels et un cadre bienveillant,
  • une posture qui cherche à comprendre les motivations positives derrière chaque acte même inapproprié tout en assurant un cadre garant de la sécurité de tous et toutes.

Cette capacité à valoriser est importante à appliquer aux autres mais également à soi-même en repérant ce qui est bien fait, en raisonnant en termes de temps d’apprentissage (“je ne sais pas faire pour l’instant”, “je suis en train d’apprendre) et de potentiel (“j’ai un grand potentiel à l’intérieur de moi que je suis capable de déployer”).

  • Pratiquer le centrage et apprendre à se recentrer (les adultes montrant l’exemple aux enfants dans leur posture quotidienne)

Pour Caroline Sost, il est important d’apprendre à identifier les signes annonciateurs de décentrage (sourcils froncés, doigt qui pointe, mâchoires serrées, tensions/ contractions dans le corps, mots accusateurs…).

Une fois cette conscience du décentrage acquise, il s’agit de se doter d’outils qui permettent le recentrage (outils qui conviennent aussi bien aux adultes qu’aux enfants) dont voici quelques exemples appliqués dans la Living School:

  • la respiration du ballon (gonfler le ventre à l’inspiration et le dégonfler à l’expiration)
  • des étirements et des mouvements corporels (sauter, courir, rouler, danser…)
  • les petits jardins zen (avec des petits râteaux pour lisser le sable, des galets à déplacer…)
  • un changement d’activité

 

  • Communiquer de potentiel à potentiel

Le potentiel, c’est l’ensemble des qualités que vous manifestez et c’est aussi l’ensemble des qualités en sommeil à l’intérieur de vous que vous ne manifestez pas encore. – Caroline Sost

Caroline Sost invite adultes et enfants à communiquer de potentiel à potentiel en portant leurs regards sur les capacités, les points positifs de l’autre, en se focalisant sur les ressources de l’interlocuteur.trice. Communiquer de potentiel à potentiel, c’est sortir du regard sur la limitation mais poser le regard sur ce qui est déjà et sur ce qui va bientôt germer.

Cette idée est couplée à celle de coopération : pour paraphraser Albert Jacquard, c’est raisonner en gardant en tête qu’il n’y a pas de hiérarchie mais seulement des différences.

Communiquer de potentiel à potentiel, c’est répondre par l’affirmative à cette question : “mon positionnement est-il porteur de plus de bonheur autour de moi ?”.

  • Renforcer son repère interne (plutôt qu’adopter un système de punition/ récompense insistant sur les repères externes)

Plus la priorité est données aux repères extérieurs que constituent les enseignants, les notes, les camarades et les parents, moins l’enfant a accès à cette dimension en profondeur. […] L’enfant prend progressivement comme référence ce que lui disent les figures d’autorité autour de lui. – Caroline Sost

Dans son école, Caroline Sost insiste beaucoup sur la question : “Que ressens-tu ?/ Qu’est-ce que tu ressens au fond de toi ?” qui est une des questions clés posées aux enfants lors de conflits ou de doute. Cette question est également fondamentale pour les adultes. Elle remet en lien avec ce qui se passe au fond de soi, au-delà des pensées, des tendance à l’action, des jugements.

Cette dimension du coeur permet de mesurer la qualité, la justesse ou non d’une situation en fonction du ressenti interne. Quand il y a contraction dans le corps, il y a blocage, à prendre comme une alerte, une invitation à se recentrer sur les besoins et les valeurs importantes; quand il y a expansion dans le corps, il y a un élan vital qui circule librement, comme une invitation à évoluer, contribuer, apprendre, partager.

 

Pour s’épanouir à l’école, Caroline Sost insiste également énormément sur les aspects de citoyenné et d’écologie. Elle relate ainsi qu’elle a bataillé pour proposer des menus bios dans la cantine de son école, que les enfants sont invités à porter des projets citoyens, à prendre des initiatives au niveau local pour embellir le cadre de vie des habitants du quartier de l’école, qu’elle invite régulièrement des enfants à l’accompagner lors de conférences qu’elle donne… Tout ceci dans l’optique de former des citoyens non seulement démontrant des bonnes compétences académiques mais également une conscience écologique développée et un fort sentiment de pouvoir agir (sans avoir à attendre “plus tard”).

Caroline Sost a également à coeur d’essaimer ces idées de bienveillance et de montrer qu’il est possible de dépasser la simple théorie pour passer à la pratique. Ainsi, elle organise des ateliers des parents au sein de son école et propose des formations à des enseignants de tous horizons (privé, public, ULIS, REP+…) afin de les outiller pour instaurer un climat de classe valorisant et positif. Les retours montrent en général que tous les protagonistes y gagnent : non seulement les élèves s’épanouissent à l’école mais les enseignants se rendent la vie plus belle.

Quelques citations

A Living School, les enfants sont conscients de la dureté du monde mais ils ont les ressources pour faire face et apporter des solutions constructives.

La communication de “potentiel à potentiel” nous invite à toujours chercher le “terrain commun” avec notre interlocuteur. Les enfants de Living School ont appelé cette recherche du terrain commun le “pont d’or”. Il s’agit de ce lieu qui nous réunit, ce sur quoi nous sommes d’accord.

Plus un enfant est épanoui, plus il a confiance en lui, plus il est à même de développer des savoir-faire, d’apprendre dans la facilité et de transformer positivement la société.

Oui, je continue d’apprendre chaque jour ! Le chemin d’évolution est un chemin sans fin.

………………………………………………………………..

S’épanouir à l’école : de nouvelles clés pour une éducation au service de la vie de Caroline Sost (éditions Robert Laffont) est disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander S’épanouir à l’école  sur Amazon ou sur Decitre.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *