Pour une école du savoir être

Pour une école du savoir être

Caroline Sost est la fondatrice de l’école privée Living School. Elle présente dans cette vidéo sa manière de penser l’école et l’enfant.

L’école pour contribuer à l’émergence de citoyens épanouis

Pour Caroline Sost, l’école sert à faire émerger des talents uniques et à faire prendre conscience aux enfants de leur potentiel.

Tous les enfants ont un potentiel de création infini. Il est possible de tenir un discours valorisant et encourageant aux enfants en raisonnant en termes de potentiel et de talents.

savoir etre école

 

2 grands principes pour favoriser l’émergence de talents et de compétences citoyennes chez les enfants

1. Mettre le savoir-être au coeur des enseignements

Caroline Sost envisage le savoir-être comme l’ensemble de nos qualités, de nos défauts et de nos croyances à propos de nous-mêmes, des autres et du monde. Elle compare le savoir-être à un sachet de thé : il se diffuse dans toutes les parcelles de nos vies et déteint sur nos savoir-faire.

Dans son école, elle insiste sur deux aspects du savoir-être :

  • le potentiel de chaque enfant à développer et à valoriser 

Toutes les semaines, les enfants célèbrent leurs réussites dans un cahier des réussites (qu’elles soient scolaires ou extra scolaires).

Un enfant qui est capable de ressentir le potentiel à l’intérieur de lui est capable de le mettre en application et le transmettre à d’autres.

Lire aussi : La meilleure façon de valoriser et motiver !

 

  • la connaissance des ses propres émotions et la compréhension de ses réactions

Caroline Sost fait référence au crocodile quand elle parle des états émotionnels difficiles des enfants (colère, frustration , énervement, découragement, jalousie…). Les enfants apprennent des manières de parler et de dire stop à leur crocodile (un temps de recentrage avec respiration; un temps de retrait volontaire pour retrouver son calme; un temps de décharge sportive…).

Le crocodile est la petite voix qui vient juger, déconsidérer, dévaloriser, donner une solution toute faite (“tu as raison d’être jaloux…”). Mais quand les enfants apprennent à connaître leurs tendances en termes de réaction émotionnelle, ils gagnent en pouvoir personnel : ils peuvent parler à leur crocodile (“couché crocodile”).

Se connaître soi-même permet aussi de faire des hypothèses sur l’état émotionnel des autres : “comment se sent-il quand je fais ça ?” et de répondre à des questions comme “à ton avis, comment je me sens quand tu fais ci ?“.

On a tous un potentiel immense et en même temps un crocodile. – Caroline Sost

Lire aussi : Education émotionnelle : des outils et des jeux de la maternelle au lycée

 

2. Permettre aux enfants de concrètement changer des choses dans le monde

Dans son école, Caroline Sost propose aux enfants de monter des projets pour prendre part au changement du monde par eux-mêmes : elle leur pose la question est-ce que tu voudrais faire quelque chose pour changer le monde aujourd’hui ? “.

Les enfants mettent encore plus de cœur et d’amour quand les choses ont du sens. Les élèves de Living School ont par exemple participé à des actions avec Action contre la faim ou en faveur de la replantation d’arbres.

Lire aussi : 3 temps forts d’une pédagogie coopérative (par Isabelle Peloux, Ecole du Colibri)

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *