La formation musicale améliore les capacités intellectuelles dans plusieurs domaines cognitifs.

Les neuro mythes liés à la musique

La formation musicale améliore les capacités intellectuelles dans plusieurs domaines cognitifs.

Dans son livre “Les 12 lois du cerveau, John Medina prévient qu’il faut bien distinguer « apprendre la musique » et « écouter de la musique » quand on parle de l’influence de la musique sur le développement du cerveau.

Il prend le temps de rectifier certains neuro mythes liés à la musique :

  • La formation musicale améliore les résultats en mathématiques.

Le meilleur résultat documenté donne à l’association entre la musique et les mathématiques une valeur r égale à 0,16. Une valeur r est une association linéaire quantifiable entre deux variables. Elle renseigne sur l’intensité du lien entre les deux. Les valeurs r se voient attribuer un chiffre compris entre – 1 et 1.

0,16 n’est donc pas beaucoup.

  • La formation musicale améliore la faculté de lire.

Ici, la valeur r est d’environ 0,11. Dans le cadre d’études plus récentes, les chercheurs commencent à identifier une amélioration des aptitudes à la lecture chez les musiciens par rapport aux non-musiciens, mais il faut poursuivre les recherches.

  • La formation musicale améliore le quotient intellectuel.

La réponse est non. Les musiciens sont en moyenne plus intelligents, mais c’est certainement parce que les individus plus intelligents que la moyenne apprennent la musique.

  • L’« effet Mozart » : écouter du Mozart rend meilleur en maths.

Une étude a montré que, lorsque des étudiants écoutaient du Mozart pendant 10 minutes juste avant de passer des tests spatiaux, leurs résultats étaient meilleurs. L’amélioration était pourtant modeste et l’analyse statistique encore plus. La valeur r était égale à seulement 0,06. L’effet Mozart n’existe donc pas.

  • La formation musicale améliore des facultés utiles à la scolarité.

La réponse est ici affirmative en ce qui concerne la mémoire de travail et le raisonnement spatio-temporel. Le raisonnement spatio temporel permet, entre autres, d’effectuer la rotation d’images en 3D mentalement. Les architectes et les ingénieurs l’utilisent beaucoup. Il existe une valeur r de 0,32 entre les deux variables si vous prenez des cours de piano collectifs et de 0,48 si vous prenez des leçons particulières.

La formation musicale apporte des bienfaits sociaux et cognitifs

L’apprentissage de la musique améliore la mémoire de travail.

L’apprentissage de la musique améliore directement la mémoire de travail, non seulement la boucle phonologique, mais aussi le calepin visuo-spatial. La mémoire de travail est un composant clé des fonctions exécutives. Or les fonctions exécutives prédisent mieux la réussite universitaire d’un futur étudiant que ses résultats aux tests d’aptitude ou même son QI (voir cet article pour aller plus loin).

Sélectionner et focaliser son attention sur des stimuli pertinents au milieu d’une foule de données et de choix possibles fait également partie des fonctions exécutives.

L’aide que l’apprentissage de la musique peut apporter aux élèves dans ce domaine (et notamment celle de leur permettre d’identifier des flux auditifs spécifiques dans une pièce remplie de bruits parasites) est précieuse.

Plusieurs études plaident en faveur de l’enseignement de la musique. Dans la revue Nature Reviews Neuroscience, les chercheurs Nina Kraus et Bharath Chandrasekaran écrivent  : « Les effets bénéfiques de la formation musicale sur le traitement sensoriel offrent des avantages au-delà du traitement musical lui-même. Une bonne raison d’améliorer l’enseignement de la musique dans les écoles, aussi bien sur le plan quantitatif que qualitatif. »

La formation musicale améliore la cognition sociale (les processus cognitifs impliqués dans les interactions sociales).

Les individus qui apprennent la musique sont davantage capables d’identifier des informations émotionnelles dans le langage verbal.

L’empathie et d’autres comportements pro-sociaux sont également améliorés.

Ces effets ont été constatés aussi bien sur des adultes, des jeunes étudiants et des enfants d’âge scolaire que sur des nourrissons.

 

Cependant, John Medina rappelle que les recherches sur le lien musique/ capacités intellectuelles  doivent se poursuivre. Par exemple, les scientifiques ignorent encore si la formation musicale améliore directement la discrimination auditive ou si les individus naturellement doués pour la discrimination auditive fine ont tendance à aimer la musique et donc à prendre des leçons de musique.

………………………………………………………………………………………….

Les 12 Lois du cerveau : exploitez au mieux vos capacités intellectuelles de John Medina (éditions Leduc.s. ). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Les 12 Lois du cerveau sur Amazon.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *