Menace sur la concentration chez les adolescents ?

L’hyper concentration optimise la plasticité neuronale, à la base de l’apprentissage

Menace sur la concentration chez les adolescents

La plasticité neuronale

Le cerveau se développe quand nous nous concentrons de manière continue, sans nous laisser distraire trop souvent. En fait, l’apprentissage s’opère quand notre attention fait circuler de l’énergie à travers nos circuits cérébraux, ce qui crée de l’information dans certaines zones qui, du coup, sont activées ; ces neurones activés se connectent ensuite et participent à la croissance du cerveau. – Daniel Siegel

C’est le principe de la plasticité neuronale : des modifications physiques se produisent dans le cerveau en réponse à l’expérience.

Un mode mono tâche

Le cerveau est conçu pour se focaliser sur une seule chose à la fois ; il traite cette information en lui donnant des formes plus élaborées, en la connectant à des informations similaires, en l’associant à d’autres informations et en consolidant toute cette activité neuronale pour produire des modifications structurelles durables.

Notre cerveau ne peut pas bien fonctionner en mode multitâche (par exemple, lorsque nous lisons un livre tout en envoyant des textos ou lorsque nous surfons sur le Net tout en parlant au téléphone). Lorsque nous nous concentrons vraiment, il se passe trois choses dans le cerveau :

– d’abord, la zone cérébrale située juste au-dessus du tronc cérébral sécrète une substance chimique importante, l’acétylcholine, dans l’ensemble du cerveau ;

– ensuite, l’attention soutenue active des circuits spécifiques. Quand les neurones s’activent ensemble, ils se connectent ensemble ;

– enfin, l’acétylcholine qui baigne ces circuits activés travaille de concert avec un autre neuromédiateur libéré localement, le facteur neurotrophique dérivé du cerveau (connu sous le nom de BDNF, d’après l’acception anglaise du terme) pour optimiser l’expression des gènes impliqués dans la production des protéines nécessaires au renforcement des connexions neuronales.

Menace sur la concentration chez les adolescents ?

Certains ados rencontrent des difficultés avec le travail scolaire et se montrent incapables de se rappeler ce qu’ils lisent ou ce qu’ils ont étudié. Tout se passe comme si leurs efforts ne portaient pas leurs fruits. Il se trouve que les ados font souvent plusieurs choses à la fois pendant qu’ils travaillent et révisent. Ils sont effectivement assis à lire un manuel scolaire et ont l’impression de travailler, mais leur attention est constamment dispersée (Snapchat, vidéos You Tube,  consultations de blogs…).  Or c’est quand ils sont hyperconcentrés qu’ils optimisent la plasticité neuronale de leur cerveau, à la base de l’apprentissage

Cette répartition de l’attention sur plusieurs tâches perturbe continuellement le cerveau et va à l’encontre des conditions nécessaires aux modifications synaptiques permettant l’apprentissage scolaire.

Sans modification durable des structures du cerveau, l’apprentissage à long terme est impossible. À peine son examen passé que l’ado a déjà tout oublié ; l’attention va et vient, empêchant la croissance synaptique. – Daniel Siegel

Des menaces sur la concentration des adultes aussi

D’ailleurs, ces perturbations de l’attention, aggravées par les outils numériques, compromettent aussi l’apprentissage à long terme chez les adultes.

La capacité de concentration des  adultes qui ne sont engagés dans aucune activité de formation continue – cercles de lecture, groupes de discussion, conférences ou cours du soir, par exemple – est menacée.

Si nous n’avons pas l’occasion de focaliser régulièrement notre attention sur une tâche donnée, notre cerveau arrête de faire tourner son programme de base, à savoir continuer d’apprendre, de se développer et d’établir de nouvelles connexions. – Daniel Siegel

Le temps consacré à la concentration nous rappelle que nous devons continuer d’apprendre et d’aiguiser notre esprit tout au long de notre vie.

Par ailleurs, la pollution attentionnelle est un enjeu inquiétant pour tous (enfants, adolescents, adultes) mais elle n’est pas insurmontable.

Lire cet article : La pollution attentionnelle : un enjeu de société, dès le plus jeune âge + des solutions pour les enfants et les ados

………………………………………

Source : Le Cerveau de votre ado : comment il se transforme de 12 à 24 ans de Daniel Siegel (éditions les Arènes)

Commander Le Cerveau de votre ado sur Amazon ou sur Decitre

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *