Le symptôme de dyssynchronie des enfants/ados surdoués

Le symptôme de dyssynchronie des enfants/ados surdoués

Le symptôme de dyssynchronie a été mis en évidence par Jean-Charles Terrassier qui a créé le terme. Il désigne la différence de rythme entre, d’une part, le développement psychomoteur normal, le développement affectif dans la norme également, et d’autre part le développement intellectuel plus rapide. Il s’agit donc d’un décalage particulier entre :

  • une avance intellectuelle mesurable en année d’avance par rapport aux autres enfants (mais pas forcément homogène dans tous les domaines),
  • et une maturité affective et un développement psychomoteur normaux (correspondant à son âge).

Jean Charles Terrassier la définit ainsi : “La dyssynchronie n’est pas une maladie, c’est un profil de développement spécifique des enfants précoces.”

Il distingue :

  • la dyssynchronie interne qui en est la cause (dyssynchronie intelligence-psychomotricité, dyssynchronie entre différents secteurs du développement intellectuel, dyssynchronie intelligence-affectivité);
  • la dyssynchronie sociale qui en est la conséquence (décalage par rapport à l’école, par rapport aux parents et par rapport aux autres enfants).

Il s’agit de la caractéristique essentielle de l’enfant surdoué selon JC Terrassier. Cette dyssynchronie entraîne les conséquences suivantes :

  • frustration intellectuelle importante si l’entourage se comporte à l’égard de l’enfant surdoué en fonction de sa maturité affective;
  • frustration affective intense dans le cas où c’est le niveau intellectuel qui sert de référence à l’entourage.

L’ensemble est accru par une hypersensibilité générale de l’enfant surdoué et une forte tendance à s’autocritiquer. La dyssynchronie avec l’intellectuel peut entraîner des conséquences particulières. La plus visible consiste en des oscillations de l’âge affectif avec parfois des régressions puis de brusques sauts en avant. Ces variations affectives ne constituent en rien des symptômes pathologiques selon JC Terrassier.

La dyssynchronie entre l’affectif et l’intellectuel fait que le surdoué peut rencontrer des difficultés à obtenir des gratifications dans ses relations aux autres.

Les besoins éducatifs des enfants surdoués liés à la dyssynchronie

La dyssynchronie, accrue par l’hypersensibilité habituelle des enfants surdoués, entraîne deux types de besoins :

  • les mêmes besoins que les autres enfants/ados en plus grande quantité
    • besoin d’un miroir à imiter et, en conséquence, besoin de relations avec des enfants qui leur ressemblent,
    • permettre aux enfants surdoués d’être reconnus comme dominants dans quelque chose (des activités où il peuvent réussir et montrer leurs capacités),
    • besoin d’encouragement et d’amour inconditionnel;
  • des besoins spécifiques
    • besoin de stimulation et de nourriture intellectuelle,
    • gestion de la frustration et de l’échec,
    • besoin de sortir des paradoxes (les injonctions paradoxales comme Sois spontané ! enferment celui qui y est dans un dilemme logique, et cela est d’autant plus vrai pour les enfants surdoués qui s’autocritiquent fortement).

…………………………………………………………………………………………………………….

Source : Guide pratique de l’enfant surdoué : repérer et aider les enfants précoces de Jean Charles Terrassier (éditions ESF). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Guide pratique de l’enfant surdoué  sur Amazon.

You may also like...

1 Response

  1. 8 June 2017

    […] Si le côté intellectuel vous donne la sensation d’avoir un enfant plus âgé, c’est plutôt le contraire côté affectif et moteur. Bienvenue au pays magique des dyssynchronies ! […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *