Le geste mental de la réflexion

Le geste mental de la réflexion

Le geste mental de la réflexion

Guy Sonnois, auteur du livre Accompagner le travail des adolescents avec la pédagogie des gestes mentaux, propose les étapes nécessaires à une vraie réflexion. On peut inciter les enfants et adolescents à réfléchir en posant de questions de ce type : “Sur quoi base-tu ta réponse/ ton affirmation ? Comment as-tu fait dans ta tête pour trouver cette réponse ?“. Cette question oblige à chercher la justification de la réponse et à pratiquer une réflexion construite pour retrouver la règle à utiliser (et en vérifier la mémorisation/ compréhension/ capacité à la transférer dans plusieurs contextes).

Voici ce qui se passe quand il y a réflexion :

  • Mentalisation de l’énoncé

L’énoncé est mentalisé : l’élève peut s’écrire la phrase dans la tête, il peut se la répéter intérieurement… C’est dans sa tête qu’il réfléchit.

Chaque élève a sa manière personnelle de faire entrer l’énoncé dans la tête (=évoquer) et l’élève doit pouvoir y revenir tout au long de la réflexion.

Il arrive que cette “saisie” ne soit pas faite au départ , qu’elle ne soit pas conservée au-delà de quelques secondes en mémoire, qu’elle soit déformée. Dans ces cas, l’élève ne peut pas résoudre le problème/ répondre à la question ou bien il résout un autre problème (hors sujet).

  • Analyse des mots de l’énoncé

Les mots de la phrase sont analysés en fonction de leur définition et de leur valeur dans le contexte.

L’énoncé peut donc être reformulé pour mieux en saisir le sens.

Le traitement du problème dépend de cette analyse car des éléments de l’énoncé seront plus ou moins mis de côté mentalement : coup de projecteur mental, écriture vue plus grosse des éléments considérés comme importants, le reste de la phrase devient flou, voix intérieure plus forte sur certains éléments de l’énoncé…

  • Identification du problème

Cette étape est celle de l’élaboration de la problématique : sur quoi porte le problème ? quelle est sa nature ? de quelle matière relève-t-il ? quels éléments sont à convoquer ?

L’élève peut alors poser le problème “général” qu’il devra résoudre ou formuler la question sous une forme plus générale.

  • Retour sur la mémoire

Un fois le problème identifié, un retour dans la mémoire est nécessaire pour y chercher ce qui va permettre de résoudre ce problème en faisant des appels à des modèles/ des définitions/ des règles/ des théories/ des théorèmes… ).

La mémoire peut renvoyer plusieurs règles pouvant s’appliquer à cet énoncé.

Ce retour sur mémoire nécessite donc une maîtrise des règles dans leurs termes et leur définition mais également dans leur application : quelles questions poser pour les appliquer ? quels problèmes ont déjà été résolus de cette manière ? quels sont les liens avec le problème actuel ? quelles sont les différences ?

Si plusieurs options sont envisageables, ces questions pourront permettre de choisir la bonne règle à appliquer.

  • Application de la règle

Cette dernière étape de la réflexion est celle de l’application de la règle jugée la plus adéquate en utilisant à ce moment la maîtrise de l’automatisme (acquis par entraînement et résolution de nombreux exercices auparavant).

…………………….
Source : Accompagner le travail des adolescents avec la pédagogie des gestes mentaux de Guy Sonnois (éditions Chronique Sociale)

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *