Fait ou opinion ? Une activité pour distinguer description et jugement

Fait ou opinion ? Une activité pour distinguer description et jugement

Fait ou opinion éducation aux médias

Tous les élèves se lèvent et écoutent la lecture d’une phrase par l’enseignant.e. S’il s’agit d’un fait, ils s’assoient sur leur chaise; s’il s’agit d’une opinion, ils font un pas de côté. L’enseignant.e donne ensuite la bonne réponse.

Quelques exemples de phrases :

J’adore Noël. (opinion)

Le jour de mon anniversaire est le plus beau jour de l’année. (opinion)

La date d’aujourd’hui est le lundi 4 décembre 2017. (fait)

De nombreuses personnes prennent des résolutions le 1er janvier. (fait)

Tout le monde devrait aimer les batailles de boules de neige. (opinion)

L’eau gèle à partir de 0 degré. (fait)

Les pingouins ne peuvent pas voler. (fait)

Les pingouin sont plus jolis que les phoques. (opinion)

Le Portugal a remporté la coupe d’Europe de football en 2016. (fait)

Le Portugal est une bande de tricheurs. (opinion)

A la fin de la lecture des phrases, l’enseignant.e peut les reprendre une par une et poser des questions aux élèves :

  • êtes-vous d’accord avec le fait que c’est un fait/ une opinion (selon le cas) ?
  • qu’est-ce qui vous fait dire cela ?
  • y-a-t-il un ou des mots en particulier qui vous permet de faire la différence entre fait et opinion ?

Au fur et à mesure des phrases et des réponses, l’enseignant.e (ou un élève faisant office de secrétaire) peut noter les éléments clés qui ressortent sous forme de colonne faits/ opinions : des mots précis (par exemple : “pense” pour les opinions), des structures de phrases (par exemple : la présence de “je” dans les opinions)…

Parfois, il est difficile de faire la différence entre une opinion et un fait :

  • comment être sûr de faire la différence ?
  • peut-on toujours faire la différence ?
  • comment contourner cette difficulté ?

L’idée est de parvenir à une sorte de carte d’identité qui permet de reconnaître d’un côté les faits (description sans jugement, sans opinion, comme si une caméra filmait la scène) et de l’autre les opinions (présence de mots qui témoignent d’un jugement, d’une appréciation personnelle, une opinion peut être vraie ou fausse). Quand la différence est difficile à faire, les élèves peuvent élaborer des stratégies pour déterminer quand il y a description et quand il y a jugement (l’idée de la caméra ou du magnétophone qui enregistre la scène peut être une idée).

Il est possible ensuite de jouer à nouveau avec d’autres phrases en fonction des éléments vus ensemble en classe.

On pourra ensuite laisser les enfants jouer en groupes : on pourrait d’abord leur proposer des phrases toutes faites à lire par l’un d’eux qui joue le rôle de l’enseignant.e puis celui qui prend la place de l’enseignant doit inventer ses propres phrases et les soumettre à ses camarades.

Enfin, il est possible de distribuer des coupures de journaux/ magazines aux enfants et de les inviter à les classer selon qu’il s’agit de faits ou d’opinions.

Cette activité peut servir d’introduction à l’éducation aux médias (cycle 3).

………………………………………………………………..

Plus de ressources pour l’éducation aux médias sur Eduscol + le site du CLEMI (centre pour l’éducation aux médias et à l’information).

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *