Expliquer aux élèves comment les apprentissages se créent

Expliquer aux élèves comment les apprentissages se créent

La plupart des élèves de tous les niveaux (du primaire aux études supérieures) croulent sous les mythes et les illusions à propos de l’apprentissage et cela les conduit souvent à adopter des stratégies inefficaces (et qui se révèlent malheureusement de plus en plus inefficaces quand le niveau d’étude monte et que la quantité d’informations à mémoriser et comprendre augmente).

Il est utile d’expliquer aux élèves comment les humains apprennent, de manière à ce qu’ils puissent adopter des stratégies et des méthodologies efficace au cours de leurs études.

Certaines difficultés rencontrées au cours des apprentissages nous aident à renforcer l’apprentissage et rendent la mémorisation plus durable.

Quand on apprend facilement, l’apprentissage est souvent superficiel et rapidement oublié.

Toutes nos capacités intellectuelles ne sont pas déterminées. Ainsi, quand l’apprentissage est difficile, il modifie notre cerveau, créant de nouveaux réseaux et augmentant par là même nos capacités.

On apprend mieux quand on est confronté à de nouveaux problèmes avant d’avoir la solution sous les yeux (plutôt que faire l’inverse).

Pour atteindre l’excellence, on doit se donner du mal pour dépasser le niveau de départ.

Se donner du mal, par nature, oblige à revenir en arrière, et ce retour réflexif est souvent ce qui permet de trouver des informations essentielles qui serviront à adopter des méthodes efficaces.

Testing : répondre aux questions sans les réponses sous les yeux

Le plus souvent, les enseignant.e.s négligent d’enseigner aux élèves comment étudier efficacement. Les auteurs du livre Mets-toi ça dans la tête proposent des stratégies efficaces pour étudier à partager avec les élèves pour une mise en pratique à la maison mais également pour une pratique en classe dans la conception des cours .

Selon eux, le fait de multiplier les tests est la meilleure manière d’aider les élèves à renforcer leurs apprentissages et freiner le processus d’oubli (ces tests pouvant être notés ou pas).

En classe

En classe, il est possible de lancer des questions plusieurs fois au cours d’une leçon concernant ce qui vient d’être évoqué. L’enseignant.e dira aux élèves de ne pas regarder leurs notes/ le cours mais de prendre du temps pour réfléchir par eux-mêmes. Le cerveau est comme une forêt et le souvenir est comme “caché” quelque part. Plus les élèves prennent de temps pour faire le chemin du souvenir, plus ce chemin sera profond et plus la mémorisation sera efficace. La prochaine fois que les élèves auront besoin de retrouver cette même information, il leur sera plus facile de la retrouver que s’ils s’étaient contentés de la lire dans leur cours. Quand les élèves sortent leur cours pour lire une réponse plutôt que faire l’effort de l’élaborer à partir de leurs souvenirs, ils court-circuitent le chemin et envoient le message au cerveau qu’il n’a pas besoin de faire d’effort pour mémoriser cette information.

L’apprentissage est un travail difficile et se donner du mal accroît les capacités intellectuelles. 

A la maison

Ce principe s’applique également aux sessions de révisions. L’objectif ne devrait jamais être de relire et survoler un texte/une leçon mais de se poser des questions sur le contenu et chercher des réponses, sans les avoir sous les yeux dans un premier temps.

Récupération, espacement et imbrication : trois bonnes méthodes de travail

En classe

Des questionnaires quotidiens qui portent sur des notions vues précédemment (et pas seulement sur le chapitre en question) permettent de cumuler les apprentissages pour une mémorisation à long terme.

Pour les enseignant.e.s, cela peut vouloir dire de proposer des questionnaires en début ou fin de cours aux élèves sur ce qui est étudié le jour même ou la veille mais également sur des points anciens sur lesquels les élèves sont encore fragiles ou qui doivent être maîtrisés sur le bout des doigts.

Ce type de questionnaire aide les élèves à se tenir à jour dans la matière, à se rendre compte quand une notion est mal maîtrisée et à renforcer les apprentissages.

A la maison

Pour l’élaboration de séances de révisions efficaces en autonomie, les élèves peuvent utiliser les mêmes principes de récupération, espacement et imbrication :

  • récupération -> fabriquer leurs propres quizz sur les idées clés préalablement identifiées et répondre à ces quizz sans avoir le cours sous les yeux

La récupération est simplement une auto évaluation. La récupération est le fait de faire émerger des connaissances et compétences dans la mémoire comme première stratégie d’apprentissage (au lieu d’une simple relecture du cours).

  • espacement -> se forcer à  répondre aux quizz ainsi conçus tous les mois pour retrouver le savoir acquis et le réactiver de manière régulière

Il est faux de croire qu’on peut graver quelque chose dans sa mémoire en se contentant de le répéter. Il est utile de s’entraîner mais ces répétitions ne seront efficaces qu’à condition d’être espacées.

  • imbrication ->  reprendre les quizz qui portent sur plusieurs sujets et matières différents dans une même session

L’imbrication consisterait par exemple en mathématiques ou en sciences à éparpiller des exercices se référant à différents types de problème dans les séquences d’entraînement de façon à s’évaluer alternativement sur des problèmes de natures variées et trouver la méthode de résolution appropriée pour chacun.

 

Les apprentissage sont profonds quand la pratique de récupération est continue et que les apprentissages sont cumulatifs.  En changeant régulièrement de sujets, les élèves sont obligés de remobiliser en permanence ce qu’ils ont déjà appris et peuvent mieux se représenter ce qui peut être mis en lien ou, au contraire, ce qui diffère.

……………………………………………………

Source : Mets-toi ça dans la tête : les stratégies d’apprentissage à la lumière des sciences cognitives de Brown, Roediger, Danier (éditions Markus Haller). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Mets-toi ça dans la tête ! sur Amazon ou sur Decitre.

You may also like...

1 Response

  1. 25 February 2018

    […] Lire la suite de cet article […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *