La dyscalculie : les éléments à observer pour déclencher une exploration diagnostique 

La dyscalculie : les éléments à observer pour déclencher une exploration diagnostique

La dyscalculie diagnostic

C’est à l’école primaire que les conséquences de la dyscalculie prennent toute leur ampleur. Dans le bulletin, l‘écart entre les résultats en mathématiques et dans les autres matières se creuse progressivement.

En plus de problèmes en calcul, des éléments peuvent attirer l’attention pour déclencher une exploration diagnostique :

  • un sens du nombre toujours en difficulté (attribuer une quantité à un nombre, comparer des nombres simples, estimer des valeurs…)
  • une chaîne numérique pas encore totalement maîtrisée (nom des nombres, enchaînement des unités, des dizaines, comptage à rebours, comptage par “paquets”- de 2 en 2, de 5 en 5, de 10 en 10…)
  • un codage/ décodage lecture/ écriture (en nombre et en lettres) des nombres difficile (différencier les chiffres qui se ressemblent comme 6 et 9, attribuer une valeur au 0 selon son rang dans les nombres, déterminer le rang de chaque chiffre…)
  • des difficultés d’abstraction (difficulté à généraliser des règles logiques et à faire des transferts tels que 2 + 3 = 5 et 20+ 30 = 50)
  • une mauvaise compréhension du système décimal en base 10 (ce qui complique les calculs impliquant des passages à la dizaine supérieure, des échanges entre unités ou encore des rangs de nombres dans les calculs posés)
  • des résultats décevants en géométrie, grandeurs et mesures (les grandeurs et mesures – temps, volume, aire…- restent abstraites et ne font pas sens, les conversions sont difficiles voire impossibles)
  • des faiblesses dans la mémorisation des concepts mathématiques (le vocabulaire spécifique aux mathématiques n’est pas retenu, les tables d ‘addition et de multiplication représentent de vrais défis et certains enfants dyscalculiques peuvent présenter des troubles associés de la mémoire de travail)
  • des échecs dans le calcul mental et, par ricochet, la résolution d’opérations posées et de problèmes.

La dyscalculie n’est pas seulement handicapante à l’école : elle se fait également ressentir dans de nombreuses situations quotidiennes (manipulation d’argent, compréhension de données chiffrées comme pour lire l’heure ou un thermomètre, difficulté à se repérer dans l’espace…).

Vers un diagnostic

Le diagnostic de dyscalculie constitue une étape essentielle pour l’enfant concerné mais aussi pour la famille et l’équipe enseignante. Il permet d’envisager des adaptations et de se documenter pour mieux comprendre et agir.

Si une dyscalculie est suspectée chez un enfant, il est important de lancer la démarche diagnostique. Celle-ci peut avoir lieu chez un orthophoniste ou au sein d’une équipe multidisciplinaire.

Pour aller plus loin sur le diagnostic des troubles dys : Les dys- : petit tour d’horizon (définition, fonctions cognitives, diagnostic)

Le bilan orthophonique permet de vérifier la présence d’une dyscalculie, donner plus d’informations sur ses caractéristiques, d’informer l’entourage scolaire de l’enfant, d’orienter vers des prises en charge adaptées et de formuler des adaptations scolaires. Avant de pouvoir le réaliser, il est nécessaire de demander une prescription médicale.

…………………………………………………

Source : Aider son enfant à compter et calculer : 50 fiches contre la dyscalculie de Delphine de Hemptinne (éditions De Boeck Supérieur)

Commander Aider son enfant à compter et calculer sur Amazon ou sur Decitre

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *