Confiance en l’avenir et ré expression : 2 conditions d’une bonne mémorisation (gestion mentale)

Confiance en l’avenir et ré expression : 2 conditions d’une bonne mémorisation (gestion mentale)

conditions bonne mémorisation

Antoine de la Garanderie s’est posé la question : “Comment faire travailler sa mémoire ?”. De ses différentes pratiques avec des élèves, il en a déduit deux principes :

  • apprendre en se mettant dans une situation de projet (placer le contenu à mémoriser dans un avenir conçu mentalement)
  • procéder par réitération du contenu (visuelle et/ou auditive) pour fixer dans l’avenir ce qu’on veut conserver

1.Un climat de confiance en l’avenir et en sa mémoire

Dans son livre Réussir, ça s’apprend, Antoine de la Garanderie écrit que l’inconscient ne rentabilise le travail de la conscience que si elle a élaboré le projet de retrouver plus tard l’information (et ce dès la première évocation mentale). Ce projet doit être vécu dans un climat de confiance en l’avenir.

L’optimisme concernant le pouvoir d’évoquer l’acquis dans un lendemain qui le chante est l’indispensable atout pour que l’inconscient joue les bonnes cartes. – Antoine de la Garanderie

Le travail conscient de mémorisation doit donc “parier” sur un avenir de réussite où les connaissances à conserver en mémoire et à retrouver sont considérées à l’avance comme retrouvables et retrouvée à l’instant T avec certitude.

Il faut, en même temps que ce geste de confiance en un avenir dont on esquisse mentalement la présence, des gestes de réitération mentale qui en assoient avec certitude, plus que la conservation, la ré expression. – Antoine de la Garanderie

2.La ré expression : faire “comme si”

Antoine de la Garanderie considère la ré expression comme le “faire comme si” : le candidat imagine qu’il répond à la question de l’examinateur, l’élève récite sa leçon comme s’il était en classe. L’objectif de la ré expression est de donner au contenu mémorisé l’assise temporelle voulue.

Des conditions nécessaires mais pas suffisantes

Antoine de la Garanderie ajoute que c’est à force de re-dire, re-répéter et/ou re-faire dans la tête que le contenu finit par être solidement ancré. Non seulement les connaissances et compétences à mémoriser ont besoin d’être distribuées et reprises régulièrement mais une méthode d’attention et d’évocation efficace faciliteront la mémorisation.

…………………………………………………………………………………………………………………

Source : Réussir, ça s’apprend d’Antoine de la Garanderie (éditions Bayard Compact)

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *