Comment être sûr d’avoir compris et de mémoriser à long terme quand on apprend ?

Comment être sûr d’avoir compris et de mémoriser à long terme quand on apprend ?

Dans le livre Mets-toi ça dans la tête !, plusieurs professeurs de psychologie américains reconnaissent qu’il est difficile de convaincre les élèves de tout âge que c’est en s’auto-testant qu’on apprend mieux et plus (lire et relire les livres de cours étant largement inefficace).

Consacrer plus de temps à lire, relire et souligner les cours peut se faire en pure perte : lire un peu puis se tester sur cette lecture permet d’éviter l’illusion de savoir (croire savoir et se rendre compte lors d’un test qu’il n’en est rien).

Quand un étudiant loupe une question d’examen, il accuse souvent le sujet de contenir des questions pièges. Mais remettre en cause le contenu du sujet n’est pas le bon terrain pour résoudre le problème. Le testing est en revanche une stratégie efficace pour progresser.

Le testing, clé de voûte pour dépasser l’illusion de savoir

Ce testing peut prendre plusieurs forme  :

En classe

Les questions

Toutes les cinq minutes environ, l’enseignant lance une question concernant ce que la classe vient de voir en interdisant de regarder la leçon ou les notes. L’objectif est que les élèves prennent quelques minutes pour réfléchir par eux-mêmes. Dès qu’ils consultent la leçon, les élèves court-circuitent le chemin entre le souvenir (mémoire à long terme) et l’attention/ la conscience (mémoire à court terme).

Les groupes de testing

Dans les groupes de testing, tous les élèves se confrontent ensemble à une question, sans ouvrir la leçon ou le livre de cours. Comme chacun a retenu des bribes d’information, le groupe classe reconstruit l’ensemble en se parlant les uns les autres.

Dans la pratique, l’enseignant peut demander aux élèves sur quelles notions ils ne se sentent pas tout au fait au clair.  Un élève passe au tableau pour tenter de l’expliquer. Ses camarades peuvent le guider avec des questions puis répondre les uns les autres pour répondre et/ou compléter les réponses. Grâce aux précisions apportées et à la co-reconstruction du savoir,  le groupe classe progresse dans la compréhension du concept.

Les fiches de résumé

Tous les lundis matins, les élèves peuvent rendre une feuille simple aux dimensions spécifiées sur laquelle ils auront réalisé un schéma bilan des acquis de la semaine précédente. Cette fiche de résumé peut prendre la forme d’une Mind Map ou ,mieux encore, d’un Sketchnote avec des dessins légendés illustrant les points clés, des flèches et des graphiques. La fiche doit être personnelle : plus les informations sont remaniées en fonction des préférences de chacun, mieux elles seront assimilées.

Ces fiches aident à synthétiser toutes les informations apprises au cours de la semaine écoulée et à penser à la manière dont tout est connecté.

Le paragraphe de restitution

En fin de semaine, l’enseignant peut demander aux élèves de produire un paragraphe argumenté de 5 ou 6 phrases dans lequel ils doivent répondre à une question simple portant sur des notions vues dans la semaine écoulée.

L’enjeu est de stimuler la récupération, la réflexion et de fixer les acquis de la semaine écoulée avant qu’ils ne s’évaporent au cours du week-end. Souvent, quand l’enseignant ne fait rien avant l’arrivée du contrôle, les élèves ne feront rien non plus de leur côté avant la veille de l’évaluation.

A la maison lors de révisions personnelles

L’auto testing

L’auto testing est une mémorisation active : je m’interroge, je me pose des questions sans support de réponses sous les yeux, je cherche dans ma mémoire les éléments pour reconstruire l’information, je reconstruis le savoir avec mes propres mots.

La mémorisation active est plus efficace que la mémorisation passive (lire, relire) : la mémorisation passive (qu’on peut assimiler à du bachotage) fonctionne seulement sur le court terme.

Les encarts de mémorisation

Insérer des encarts de mémorisation via un jeu de questions/réponses est possible à l’intérieur des cours : il s’agit d’aménager des espaces dans les cours avec des questions à gauche et des réponses à droite pour provoquer l’effort de reconstruction (mémorisation active). Les élèves cachent les réponses pour s’auto interroger.

encarts-fiches-de-memorisation

Source : http://sciences-cognitives.fr/memorisation-classe-facheux-oubli/

Le rappel libre

Chaque soir, dix minutes peuvent être consacrées à se souvenir du contenu de chaque cours du jour, sans ouvrir un livre ou une leçon. Ce rappel libre peut prendre la forme de notes sur une page blanche. Ces dix minutes peuvent être déroutantes et, au bout de deux minutes, il n’y a déjà plus rien à écrire… pourtant, cette notion de dix minutes est essentielle pour muscler les chemins entre la mémoire à court terme et la mémoire à long terme.

Au bout des dix minutes, il est possible de revenir aux notes et de vérifier ce qui a été correctement retenu. Une fois que ce qui a été oublié et/ou mal compris est identifié, les efforts peuvent être concentrés sur ces points faibles.

Cet exercice de rappel libre permet de développer une compréhension plus complexe de la manière dont les sujets d’un même cours sont corrélés.

………………………………………………………………………………………

Source : Mets-toi ça dans la tête ! : Les stratégies d’apprentissage à la lumière des sciences cognitives de Peter Brown, Henry Roediger, Mark McDaniel (éditions Markus Haller ). Disponible en librairie, en médiathèque ou sur internet.

Commander Mets-toi ça dans la tête ! : Les stratégies d’apprentissage à la lumière des sciences cognitives sur Amazon.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *