DEVOIRS : 3 idées pour apprendre les leçons ou poésies autrement

DEVOIRS : 3 idées pour apprendre les leçons ou poésies autrement

Dos à dos 

Parente et enfant s’installent confortablement dos à dos assis (au sol, sur un tapis, sur un canapé…). On demande si la position est confortable : pression de l’épaule  droite ? = OK, pression de l’épaule gauche ? = pas OK. Une fois que chacun est bien installé, l’enfant peut commencer à réciter sa leçon ou sa poésie à apprendre par coeur.

Cette position présente plusieurs avantage :

  • le contact physique, source de sécrétion d’ocytocine (hormone du bien être)
  • une présence exclusive et totale de l’adulte pour l’enfant
  • l’absence de regard face à face peut libérer les enfants anxieux, paralysés par le regard des autres
  • le caractère inhabituel de cette position stimule le cerveau qui aime la nouveauté.

Dans le noir 

On éteint toutes les lumières et on se munit d’une lampe torche ou de bougies pour faire les devoirs. Pour la mémorisation d’une leçon ou d’une poésie, on peut alterner les moments avec lumière (moments d’apprentissage) et les moments dans l’obscurité (moments de restitution).

Cette pratique favorise une ambiance propice au travail :

  • les enfants se sentent comme des explorateurs, désireux de découvrir et de montrer leur courage
  • la demie obscurité facilite la concentration en éliminant des sources de distraction
  • la pénombre renforce l’intimité et le silence
  • les sens sont en alerte face à la nouveauté et à ce changement de perspective

Se percher (ou se cacher)

On demande à l’enfant de grimper sur une chaise, une table, un escabeau, voire un arbre ou un autre élément stable (et sécurisé) qui lui permettra de prendre de la hauteur.

Une fois qu’il est là-haut, on s’étonnera de sa grandeur et de cette impression de puissance que cela renvoie. Il pourra alors déclamer sa leçon ou sa poésie de cette nouvelle perspective (au sens propre – hauteur – comme au sens figuré – puissance).

Prendre de la hauteur permet d’avoir une vision plus large, de s’approprier davantage d’espace et de mieux respirer.

Ou alors on peut prendre l’option inverse : construire une cabane assez grande pour deux (avec des draps, des couvertures par exemple) dans laquelle l’enfant se sentira comme dans un cocon. L’enfant s’installe dans ce repaire pour faire ses devoirs. On pourra alors lui demander d’adapter sa voix à cet espace réduit et feutré en récitant sa leçon en chuchotant. Le fait de se retirer dans la cabane isole des sollicitations extérieures et procure un sentiment de sécurité dans une bulle coupée du monde.

…………………………………………………………………………………………………..

Source : Chouette, c’est l’heure des devoirs ! 50 idées pour aider votre enfant à travailler joyeusement à la maison grâce à la pédagogie positive de Charles Caplette (éditions Eyrolles).

Commander Chouette c’est l’heure des devoirs !  sur Amazon.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *