6 étapes pour des révisions de dernière minute !

6 étapes pour des révisions de dernière minute !

1.Une approche stratégique

La stratégie est la première étape d’un plan d’action :

  • lister les priorités des matières à réviser (en fonction des coefficients) pour concentrer les efforts sur les matières les plus “rentables” en termes de points (en gardant en tête les matières à plus faible coefficient pour assurer une note correcte et non pénalisante);
  • établir un planning de révision (un emploi du temps le plus détaillé possible).

Lire aussi : Comment planifier les révisions ? Une méthode efficace en 4 temps

2. La maîtrise du contenu

On prend les notes et on les complète. On organise ses pages ou ses fiches. On essaie de repérer :

  • la structure du cours (nom des chapitres, titres, sous titres, mots clés)
  • les idées essentielles à retenir :
    • concepts,
    • formules,
    • théorèmes…

Pour récupérer et organiser assembler tous les cours de l’année, on peut rassembler les fiches préparées en cours d’année ou des fiches de synthèses (sur internet, distribuées par les profs, réalisées par des tiers…) et se faire aider par les camarades de classe si certains cours manquent, sont illisibles ou incomplets.

On peut se doter d’annales pour voir quelles sont les attentes sur le fond (les informations importantes) et la forme (consignes, types d’épreuves…).

3.Des outils efficaces

3 outils principaux sont efficaces et utiles pour des révisions de dernière minute :

fiches de révision efficace

Source : Objectif mémoire – Hélène Weber

  • les mindmaps (pour structurer les données et mieux comprendre les relations entre les informations),

mind map outil pour apprendre efficacement

  • les flash cards (pour s’auto tester et réactiver les informations).

flash cards méthode de révision

Plus les outils sont personnels et réalisés à la main, plus ils seront efficaces. C’est quand les données répondent à des questions qu’on s’est posé soi-même qu’elle sont mémorisées le plus efficacement. Ainsi, on pourra reprendre des problématiques d’annales ou les thèmes de chaque chapitre sous forme de question pour sélectionner et organiser les informations de manière pertinente.

4.La planification 

Établir un programme de révisons permet de gagner du temps et de l’énergie (diminution du stress) en fixant des horaires. La méthode des Post it peut être efficace à cette fin.

A cette étape, les révisions se concentrent sur les mind maps et les flash cards (on laisse de côté les cahiers et les livres). Le plus efficace est de s’auto interroger et de se servir de ces outils seulement comme soutiens (les relire simplement n’aide pas à la mémorisation mais les consulter pour répondre à une question qu’on s’est posé et à laquelle on n’a pas su répondre est une manière efficace de mémoriser).

Pour les flash cards, on peut fonctionner par demie journée ou journée à l’aide de trois boîtes : dans la première se trouvent toutes les flash cards sur lesquelles s’auto interroger dans le temps décidé;  dans la deuxième se trouvent les flash cards pour lesquelles on n ‘a pas su répondre (on se réinterrogera dessus dans le temps décidé – journée ou demie-journée) et dans la troisième toutes les flash cards dont on maîtrise les notions (elles seront à nouveau revues le lendemain ou la demie journée suivante). Le principe est de s’auto interroger dans les deux sens : soit consulter le recto et répondre avec les données du verso ou l’inverse.

Pour les mind maps, l’idéal est de les mémoriser globalement (nombre de branches, dessins d’illustrations) et branche par branche (mots clés, sous branches).

Les deux dernières semaines : se remémorer chaque cours sans support (récapituler les titres et sous titres de chaque chapitre, les mots clés, les définitions importantes, quelques éléments de contenu à développer et mettre sous forme de phrases dans le cadre d’une dissertation par exemple, mémoriser des exemples d’application ou les procédures pour résoudre des problèmes en mathématiques ou sciences, engranger des listes de mots, photographier des cartes et schémas).Alterner avec des exercices d’application pour mettre en pratique les éléments théoriques (se poser des questions sur des cours littéraires comme le français ou l’histoire, résoudre des problèmes pour les matières scientifiques…).

Les derniers jours, revoir l’ensemble dans une vision synthétique : les structures sous jacentes à chaque chapitre en commençant toujours par se poser des questions pour reconstruire le savoir plutôt que se contenter de lire.

5.Les besoins physiologiques

Les besoins de l’organisme qui apprend

Bien dormir et avoir une bonne hygiène alimentaire sont essentiels. 

Le cerveau a besoin de vitamines C et B (B1, B3, B9, B12), de protéines, d’oxygène, des acides gras, de fer et d’eau. La mauvaise qualité nutritionnelle du petit déjeuner réduit les performances de 10%, selon Jean-Marie Bourre (membre de l’Académie nationale de médecine).

La seule boisson indispensable dont le cerveau a besoin est de l’eau.

Le sommeil joue un rôle important dans la régulation de nos apprentissages, de nos comportements, de notre système biologique et psychique.

Il vaut mieux éviter de dormir moins de 8 heures (les adolescents ont même besoin de 10 heures de sommeil). On peut conseiller aux adolescents d’éviter de boire des boissons sucrées du thé ou du café avant de dormir et d’éteindre leurs appareils électroniques (la lumière des écrans met le cerveau en alerte et empêche la production d’hormones du sommeil). Manger un dîner léger, lire un peu ou faire des exercices de relaxation peut les aider à trouver le sommeil.

La température d’une chambre ne doit pas dépasser 19° (une pièce fraîche à 18° étant l’idéal).

La veille donc, se coucher tôt et mettre deux réveils…

Pour un planning horaire des derniers jours, imposer une pause active de 5 minutes toutes les heures (ou 15 à 20 minutes toutes les trois heures).

Des choses à éviter : 

  • Eviter de consommer toute forme de drogue aux vertus soit-disant déstressantes (tabac, cannabis, tranquillisants, café)
  • Eviter les médicaments, notamment les anxiolytiques ou les neuroleptiques qui sont mauvais pour la concentration et la mémorisation
  • Eviter de grignoter, surtout les aliments trop riches en sucres ou en graisse. Privilégier les boissons sans sucres (eau, tisane, thé léger), les fruits et légumes frais ou secs (quitte à les couper en cubes ou à en faire des brochettes pour le côté “grignotage”), les noix et les graines sèches (amandes, graines de lin, de citrouille, de tournesol…)

 

6.La gestion du stress

Le stress est d’abord une réaction physiologique de l’organisme pour s’adapter à différentes situations rencontrées au cours de la vie. Le stress passe par deux phases principales :

  • la production d’adrénaline : “je peux y arriver, j’ai les ressources nécessaires”. L’adrénaline booste, met en mouvement, rend plus présent et efficace, donne de l’énergie.
  • la production de cortisol (hormone du stress) : le cortisol aide à calmer un état de stress en augmentant le taux de glucose dans le sang.

Le problème intervient quand ces deux hormones sont secrétées en trop grande quantité face à une situation de stress trop importante, répétée ou qui dure longtemps.

  • L’adrénaline rend angoissé et/ou en colère. Le Dr Catherine Gueguen que nous sommes alors submergés par un sentiment de peur et que notre corps entre en hyper vigilance, prêt à tout moment à attaquer, fuir ou se replier.
  • Un taux élevé de cortisol entraîne le sentiment d’être sans courage, triste, en grande insécurité. Catherine Gueguen ajoute : “L’enfant se sent menacé et angoissé. Ses pensées, ses émotions, ses perceptions sont voilées par un sentiment de peur, de grand danger, il est inhibé, dans l’impossibilité d’entreprendre et de surmonter la moindre difficulté”.

Dans ce cas, le stress bloque les apprentissages

Pour aller plus loin : La roue anti-stress : un outil pour aider les enfants et les ados à gérer leur stress

roue anti stress

 

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *